TÉMOIGNAGE : Ce soir, l'équipe de FronSSe de football aligne 7 nègres sur les 11 titulaires de départ, comme d'hab.

Rabbin Sorcier d'Angmar

SA- aspirant
Membre
Joined
Sep 3, 2022
Messages
11
Reaction score
41
C'est un sujet aisé, facile et surtout récurrent mais qui témoigne du grand remplacement dont nous sommes victimes.
Je suis le football est-européen depuis plus de 15 ans, particulièrement les championnats bulgares, russes, ukrainiens, tchèques et croates. L'intérêt ? J'aime le sport "authentique", au sens où je préfère le sport qui exalte les efforts, les performances et la sueur de l'homme blanc plutôt que les paillettes, la paresse et la facilité du singe noir. Les grands rassemblements de 60000+ personnes m'exaspèrent et ressemblent plus à une fête ultra-libérale orgiaque, avec son cortèges de journalopes bienpensants et de supporters provenant de bien trop d'horizons différents, qu'à l'éloge d'une société en bonne santé physique et mentale.
Aussi j'aime voir les supporters de club tels que le Levski Sofia, le Hajduk Split, le Dynamo Kiev ou le Zenit St-Petersburg dénoncer, sans remords aucun, la présence de joueurs marrons sur le terrain, n'hésitant pas à leur faire comprendre qu'ils ne sont pas ici en territoire conquis, ou pas encore ...

Le sport est le miroir de la société, il renvoie à ce qu'il y a de meilleur et de pire dans la société civile. Ainsi, même à l'Est, j'ai vu mon sport se négrifier à vue d'oeil. Des nègres ont commencé à envahir les championnats est-européens afin de tenter de se faire un nom là où la présence d'un singe sur le terrain peut encore étonner. J'ai vu il y a de cela 2-3 saisons, 2 nègres intégrer la plus grande équipe de foot de Biélorussie, le BATE Borisov. C'est la première fois que des nègres jouaient en Biélorussie mais il ne s'agissait pas de n'importe quels nègres, nous parlons ici de nègres bien de chez nous, de nègres de cuvée fronssaise !!!
2 énormes bonobos sortis du zoo de Seine-St-Denis ont battu la campagne biélorusse pendant 2 ans accompagnés de leur marmaille nombreuse et de leur guenon tels de fiers ambassadeurs prosélytes de la LICROUILLE.

Si en France, les gens marrons et les animaux de cirque sont vénérés et même préférés à l'homme blanc, il n'en est pas de même à l'Est, là où la civilisation blanche survit.
Je dirais même que la géographie a un impact non-négligeable sur la qualité raciale d'une nation. Ma théorie est simple mais se vérifie au fur et à mesure que je regarde les matchs de ces pays encore à peu près civilisés. Une fois la frontière germano-turque passée, vous vous enfoncez en Autriche où certaines espèces d'individus basanés très communes par chez nous se sont égarées. Mais vous constatez aussi que la présence des nègres et des mahométans a déjà diminué par rapport à l'Allemagne turcophone. Vous tentez ensuite votre chance en Croatie, là c'est le même constat. Le nègre est attiré par les rivages et le climat chaud et doux de la Dalmatie mais le blanc est à nouveau majoritaire comparé à l'Italie.
Plus haut, en Tchéquie et en Slovaquie, les moricauds sont quasi-asbents du paysage footballistique, probablement car l'existence de ces terres leur est inconnue. Attention, on peut quand même y trouver un "Traoré" ou un "Camara" planqué dans la vingtaine de "Jovanovic" et de "Pavlenka" présente sur le terrain.
Mais allons plus loin encore !!! En Pologne ou en Biélorussie, ici point de gens marrons. point de sauvages dans les enceintes sportives. Vous pouvez vous adonner à l'exercice sans craindre d'attraper la variole du singe/nègre. Quant à la Russie ... le climat est beaucoup trop hostile pour qu'un singe décide de migrer jusque là-bas. Et si, par mégarde, l'un d'entre eux vient à s'égarer jusqu'à St-Petersburg, il est vite éconduit et moqué par les supporters. Le singe à crampons ne tient généralement pas plus de 3 mois dans ces conditions.

Malgré tout, même aux confins de l'Europe, un pays brille par sa négritude et cela ne va pas vous décevoir, je dirais même que c'était évident, écrit, voire prémonitoire : l'UKRAINE.
Et oui, qui l'eut cru ? mais le pays des cosaques et aussi celui des tacos. L'Ukraine est à l'origine un pays de slaves mais une tumeur brésilienne s'y est développée. Bon nombre de ces énergumènes, dont on ne sait trop s'ils sont hommes-vagins, femmes à barbe, animaux ou vraiment humains, jouent dans les clubs ukrainiens. C'est bien simple, chaque club ukrainien doit accueillir son tacos-bourritos, symbole du progressisme juif de Kiev.
Le sport, et surtout le foot comme sport le plus populaire au monde, est un instrument politique. Il convient donc de se parer de noir et de tous les dégradés imaginables jusqu'au marron pour se faire bien voir de Bruxelles.

Quant à la France et ses 7 macaques, représentants sportifs du peuple, dès le coup d'envoi, ils nous permettent de faire figure d'excellence face aux juifs et à leur supplétive euro-progressiste en chef, Von der Leyen.
 
Top