Séparatisme linguistique?

Nikolaus

SA- aspirant
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
152
Reaction score
235
Les Blancs d'Afrique du Sud ont l'Afrikanaans, de multiples minorités européennes ont survécu avec une langue qui leur est propre: Les Serbes, les Hongrois.
...Et les bourguigons ont le morvandiau: "Pairlanteins morvandiau?"
Grammaire bourguignonne:
Pairlantai: parler
Pairlantoos
Pairlantoos
Pairlantoot
Pairlanteins
Pairlanteins
Pairlanteint
Mais perso, je préfèrerais le Latin.

Dictionnaire bourguignon en ligne:
https://dicobourguignon.fr
 

Harroku

SA- soldat de choc
Membre confirmé
Membre
Joined
Feb 13, 2021
Messages
711
Reaction score
1,664
Pourquoi pas simplement le français?
J'entends par là un Français correctement écrit et parlé, avec un vocabulaire suffisamment riche, cette pratique ira en s'amenuisant à mesure du remplacement ethnique et culturel de notre pays.
Il suffit déjà de voir la tendance actuelle à simplifier et abaisser continuellement le niveau, pour d'adapter au QI des nouvelles populations, mais aussi les vocations idéologiques d' émasculer la langue (langage inclusif) ou la pression de la culture populaire nègre américaine s'exerçant entre autres sous sa forme la plus nauséabonde, à savoir le rap.
Autant préserver notre langue, et dans quelques décennies, nous serons tels les québécois au milieu de l'Afronce, si évidemment, nous avons survécu jusque là, et que le système a lui aussi survécu jusque là.
 

Perrot2

SA- aspirant
Membre
Joined
Apr 6, 2020
Messages
47
Reaction score
88
C'est drôle, j'avais pensé à la même chose !

Si c'est une question sérieuse, alors allons-y sérieusement.

On peut regarder les tendances :
  • les moyens de transport physique ont tendance à
    • rapprocher les peuples,
    • renforcer la centralisation politique,
    • lisser les différences dialectales,
  • les moyens de communication développés depuis le XXe siècle (radio, télé, internet), ont terriblement
    • standardisé les dialectes du monde entier
    • anglicisé les langues majeures du monde
Donc les tendances sont vraiment mauvaises. Plus les peuples sont intégrés dans la mondialisation et les échanges avec d'autres peuples, plus leurs spécificités disparaissent y compris linguistiques.
Les dialectes d'antan ne sont plus que des résidus qu'on retrouve chez les plus âgés, ou dans les coins les plus périphériques (ex. Derrick). C'est vrai en France, sous la férule parisienne, mais la tendance est aussi vraie dans les autres pays via le mélange des dialectes dans les médias. Seule solution, que la langue soit reconnue, enseignée et officielle.

Il faudrait voir du côté des sociétés fermées, comme les Amish parlant encore haut-allemand, ou les juifs Hassidiques de New York parlant encore yiddish ... et je pense que même là, il se trouve beaucoup de monde à parler la langue environnante (l'anglais).

Ensuite Harroku évoque a la qualité :
  • c'est l'élite d'une société qui fixe la norme, et donc la complexité
  • à l'époque où l'élite désire la centralisation, elle se façonne une langue normée afin de se comprendre et d'échanger dans les sciences (le but fixé à l'Académie française il y a 400 ans), et impose sa prononciation (françois /swé/ remplacé par français /sè/, sur le modèle de la bourgeoisie parisienne en 1789)
  • dans une société décadente comme la nôtre, le discours se relâche (argot, disparition des temps, des subordonnées et des formules complexes), la langue se simplifie, la prononciation est relâchée
La qualité en Occident décline :
  • Les Français, même parmi les élites n'utilisent plus le passé simple et ne sont plus capables de structurer leur discours comme on l'apprenait à l'école d'autrefois. Les classes populaires utilisent souvent une prononciation "beauf" et sont incapables à 18 ans d'écrire une copie correcte.
  • Les Américains ont détruit leur système éducatif comme les Français. Résultat, les jeunes sont incapables de faire des phrases complexes, rajoutent sans cesse "like", pour combler leurs approximations, etc.
Mais fort heureusement, on part de très haut. Le latin aussi a grandement décliné, mais il est toujours resté Cicéron.

Étudier les dialectes est très intéressant car ça nous réconcilie avec la civilisation pré-moderne disparue, et ça nous fait comprendre la logique de la langue telle qu'elle était spontanément comprise par le peuple. C'est très nourrissant.
Mais pour se soucier de la justesse et de la maîtrise des mots... il faut les élites idoines. Et nous ne les avons plus.

Pour enrayer le déclin, les gens lettrés utilisent un langage "figé", car ça vaut mieux qu'un langage abâtardi.

Mais sans réaction de l'élite de la société, capable de renormer de nouveau, le français risque d'être abâtardi encore plus.
D'ailleurs cet abâtardissement est assumé par les élites : ça s'appelle l'écriture "inclusive" (après l'anglais et l'argot).

Il y a un autre sens à ta question : si on se sépare, pourrait-on aller jusqu'à créer une langue ?

C'est possible et attesté : il suffit de voir comment le langage des cités se maintient malgré les réseaux sociaux, qui sont en fait des réseaux raciaux. C'est un marqueur, dont les gens sont fiers.

De là à ressusciter une langue quasi-disparue, comme le morvandiau ? oui et non... si tout est décentralisé, style Gilets jaunes, et qu'il n'y a pas d'élites dans ta contre-société : aucune chance. Il faut des petits-bourgeois et un État favorables. Ou alors quelque chose d'autre capable d'impulser l'usage d'une nouvelle langue. On ne façonne pas le moyen de communication des gens, sans être en position dominante !

Paradoxalement, quand on voit les succès incroyables du traducteur neuronal DeepL, on se dit que la technologie pourrait un jour aider à réapprendre les langues disparues.
 

L'ami Rador

SA- soldat
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 10, 2020
Messages
365
Reaction score
571
La fonction recherche apparaitra quand tu passeras membre confirmé.

C'est lourd mais c'est comme ça.
 
Top