Rouen & et ses alentours

GuillaumeLeConquérant

Gauchiste en rémission
Membre
Rouen c'est très très sinistré, et les villes alentours c'est idem voire pire, des bleds comme Vernon avant village bucolique devient un trou à rats. Rouen souffre de sa proximité avec les Yvelines, beaucoup de noirs de Mante la jolie, les Mureaux viennent s'installer en périphérie de Rouen...
Pour le coup c'est toute la Seine-Maritime qui en souffre, chaque été de plus en plus de négros et de bicots se déversent dans les bourgades touristiques. Il y a dix ans, c'était essentiellement du blanc (et un peu de bougnoule) de la proche banlieue, maintenant on ne peut plus aller à la piscine municipale sans y voir une cohorte subsaharienne.
 

europoïde

Gauchiste en rémission
Membre
Rouen, ancienne capitale des ducs de Normandie, est tombée bien bas. J'ai eu le grand privilège d'y vivre pour y étudier l'histoire, et sans cette bénéfique prise de contact avec le réel, je serais toujours à mijoter dans le jus du gauchisme ambiant qui m'imprégnait dans mon adolescence.

Rouen se divise en deux parties, séparées par la Seine mais reliées par de nombreuses lignes de transport en commun : une rive nord (la « rive droite » historique et blanche) et une rive sud (la « rive gauche » moderne et afro-bougnoulisée). La rive droite abrite tout ce que la ville a de normand, français, européen et blanc : le patrimoine historique, les musées, les rues médiévales pittoresques, les petits quartiers bourgeois tranquilles. La population y est essentiellement blanche mais les hordes d'afro-bougnoules de la rive-gauche s'y déversent par douzaines chaque jour, grâce aux transports en commun. Malheureusement, l'invasion a d'ores et déjà commencé et la rive droite est chaque année un peu plus gangrénée par les engeances venus de l'autre côté de l'eau (de la Méditerranée ou de la Seine, c'est tout pareil dans notre cas).
Toute la partie de la ville comprise entre l'hôtel de ville et la périphérie est perdue à la cause blanche, les kebab et coiffeurs africains sont légion rue de la République. C'est d'autant plus parlant que ladite rue de la République, par le pont Corneille, se prolonge rive-gauche sous le nom de rue Lafayette, laquelle abrite la plus grande concentration au mètre linéaire de coiffeurs africains de la ville (tous proposant, sans exception, des services de transfert d'argent). Le cœur battant de la ville, le Théâtre des Arts où se croisent les 5 principales lignes de transport en commun de la métropole, est une gigantesque pompe à crasse et à cheveux crépus qui avale et recrache inlassablement ses sbires infernaux dans le centre historique de Rouen. C'est là que de nombreuses agressions et vols sont commis par de vibrants maghrébins désœuvrés et victimes du racisme systémique de la métropole. Du reste, il devient de plus en plus dangereux de sortir après une certaine heure, surtout à certains endroits tels que le parc de l'Hôtel de Ville ou le quartier de la Grand-Mare en périphérie de la ville, fameux pour ses affrontements de bandes.

La rive gauche, quant à elle, est un cloaque puant abandonné de Dieu. S'y croisent en toute liberté les pires espèces sauvages : maghrébins, nègres somalo-comoriens, mûlatrions fièrement promenés en poussette par leurs grands-parents boomers plus blancs que blanc. Il est à noter que – ô surprise – nos chers compatriotes couscous-tajine disposent d'une mosquée chapeautée par les Frères Musulmans, lesquels par leur association-écran jouent un rôle dans le paysage politique de la métropole. Être un blanc de l'autre côté de la Seine, c'est aimer le risque ; y vivre, c'est être suicidaire (surtout pour les femmes). HLM et bureaux de la CAF flambants neufs le long du métro, tous construits à coups de millions subventionnés par l'argent blanc, sont la marque de l'estime que portent les dirigeants écolo-gauchistes de la métropole à leurs sous-races du Tiers-monde.

Du reste, Rouen pourrait être une ville très bien desservie par les transports en commun si les employés de la société de régie n'étaient pas à 95% d'irrécupérables brigands cégéto-communistes se mettant en grève à la moindre occasion. De nombreuses lignes desservent la plupart des points essentiels, et jusque tard dans la nuit pour s'éviter de devoir traverser la jungle à pieds à la sortie du bar. La ville est sale et infestée de rats, les pigeons y sont légion et les clochards et autres putes roumaines pullulent le long des boulevards.


Si l'on prend la peine de s'éloigner un peu de la verrue raciale qu'est Rouen, c'est un très bel arrière-pays qui s'offre au blanc curieux. Les pays de Caux et de Bray offrent un vaste patrimoine rural globalement préservé, et un taux de négrification très en-deça de la moyenne de la grande ville – proche de zéro dans certaines zones. Le terroir y offre une vaste palette de saveurs et de paysages, bien que la population rurale ait durement souffert de la désindustrialisation.

Conclusion : si vous allez en Haute-Normandie, ne vous arrêtez pas à Rouen, visitez la campagne environnante.
La rive gauche aussi avec ces agences immobilières à "vocation sociale" qui permettent à des immigrés et clandestins d'être logés dans le privé et même dans le publique. Il y a aussi Saint-Etienne du Rouvray, Oissel et la légendaire ville de Elbeuf
 

europoïde

Gauchiste en rémission
Membre
Puisque le sujet concerne aussi les alentours de cette belle ville de Rouen - Car oui, son centre historique serait splendide sans les hordes du Mordor -, l'on peut aussi évoquer l'agglomération d'Elbeuf.
Un trou à rats pur jus, et dont le maire est musulman. On peut deviner, du coup, à qui il dispense les allocations et subventions. Il faut savoir que son administration est totalitaire. Et les subordonnés blancs sont traités comme des chiens.
Caudebec-lès-Elbeuf n'est pas mieux, et l'on voit grouiller, aux heures d'ouvertures, l'essaim de crasseux et assistés du tiers-monde au niveau des restos du coeur, face à l'église.
Saint-Pierre-lès-Elbeuf, est sans grosse activité, et comme le reste plutôt sinistrée pour les blancs. Car pour l'engeance allogène, les kebabs et autres distributeurs de bouffe immonde sont partout.
Saint-Aubin-lès-Elbeuf a échappé jusqu'à récemment à cette mutation obligatoire. Il y régnait une envie culturelle, quand bien même sinistrée aussi. Mais de plus en plus de métèques y déambulent avec des airs hostiles et patibulaires. La seule commune de droite du secteur, surtout peuplée de vieux retraités, sans activité, mais qui vient de passer entre les mains d'une certaine Karine BENDJEBARA-BLAIS. Je crois que, hélas, la messe est dite aussi pour cette commune.
Oui Mérabet son nom et ils payent même le coiffeur avec l'argent du contribuable aux divers cas sociaux et allogènes touchant les minimas il soutient aussi sa mosquée qui était fréquenté par Maxime Hauchard de Bosc Roger en Roumois ce Maxime qui était passé maître dans la boucherie en Syrie https://www.lefigaro.fr/internation...rancais-en-syrie-un-cas-loin-d-etre-isole.php


Dire que je connaissais des proches à lui
 

GuillaumeLeConquérant

Gauchiste en rémission
Membre
La rive gauche aussi avec ces agences immobilières à "vocation sociale" qui permettent à des immigrés et clandestins d'être logés dans le privé et même dans le publique. Il y a aussi Saint-Etienne du Rouvray, Oissel et la légendaire ville de Elbeuf
Histoire vraie : une petite dame octogénaire que je voyais souvent passer quand je travaillais rive gauche, m'a un jour confiée que Rouen Habitat lui avait refusé sa demande de changement de logement (son HLM était vétuste) pour un prétexte quelconque… et que, ô surprise, les HLM qu'elle visait avaient été massivement alloués à, je cite : « des Noirs ! »
 

europoïde

Gauchiste en rémission
Membre
Histoire vraie : une petite dame octogénaire que je voyais souvent passer quand je travaillais rive gauche, m'a un jour confiée que Rouen Habitat lui avait refusé sa demande de changement de logement (son HLM était vétuste) pour un prétexte quelconque… et que, ô surprise, les HLM qu'elle visait avaient été massivement alloués à, je cite : « des Noirs ! »
Justement je connais une fille qui travaillait chez Rouen Habitat où habitat 76 je ne sais plus et elle m'a expliqué que c'était la préfecture donc le gouvernement qui imposait aux bailleurs sociaux des quotas d'immigrés et ça peut atteindre 90%, oui oui 90% et c'était il y a quelques années et pour revenir aux agences à "vocation sociale" ils permettent à des immigrés d'être logés dans des résidences parfois de haut standing alors que le travailleur blanc il devra avoir un CDI, un garant et 3 où 4 fois le loyer en salaire.
 

europoïde

Gauchiste en rémission
Membre
Depuis quand un nègre a besoin d'autre garantie que celle d'être nègre ?

C'est écrit dans le Talmud : "Le blanc devra payer 3 mois de caution, le nègre aura juste à faire la queue à la CAF".
Oui c'est vrai comment les agences et les propriètaires oseraient t-ils demander 3 mois de caution au flamboyant éternègre
 
Top