Queensland(Australie):La police teste un algorithme prédictif pour mieux lutter contre les violences conjugales

Kurt Heinrich

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
1,802
Reaction score
8,453
L'algorithme utilise des données pour identifier les délinquants à haut risque, mais certains "experts" s'inquiètent de ses pièges potentiellement graves...

La police du Queensland se prépare à commencer les essais d'un système d'intelligence artificielle pour identifier les auteurs de violence domestique à haut risque, et les agents ont l'intention d'utiliser les données pour « frapper aux portes » avant une grave escalade.
L'« outil actuariel » utilise les données du système informatique de la police Qprime pour développer une évaluation des risques de tous les auteurs potentiels de violence domestique et familiale.
L'algorithme est en développement depuis environ trois ans et des essais pratiques commenceront dans certains districts de police avant la fin de 2021.
"Avec cet outil, nous n'attendrons pas un appel téléphonique triple zéro et un incident de violence domestique et familiale pour passer à l'action", a déclaré le surintendant par intérim Ben Martain.

"Avec cette cohorte d'agresseurs, dont nos outils d'analyse prédictive nous disent qu'ils sont les plus susceptibles de dégénérer en d'autres infractions DFV, nous frappons de manière proactive aux portes sans aucun appel de service.";
Martain dit que le nouveau système marquerait un virage vers une police plus préventive, comme des interventions précoces ou des programmes de déjudiciarisation dans des situations à haut risque. Il ne peut pas être utilisé (Pour l'instant) pour des arrestations de style Minority Report, ou comme preuve devant un tribunal.
Certains défenseurs des victimes de violence domestique – bien que prudents quant à l'utilisation de l'intelligence artificielle – affirment qu'une approche axée sur les données pourrait empêcher les cas où ces modèles existent de passer entre les mailles du filet.
« Le système doit être mieux à même d'identifier et de répondre aux délinquants à haut risque, en particulier ceux qui passent d'une relation à l'autre », a déclaré la militante féministe Angela Lynch.
« Nous avons besoin de réponses innovantes quant à la manière dont nous les traitons, mais cela doit être fait en toute sécurité.».
« Il faudrait être très prudent et regarder quels sont les impacts, en particulier sur les groupes qui peuvent être particulièrement vulnérables. ».

L'Organisation nationale de recherche australienne pour la sécurité des femmes a constaté que « le racisme, les mauvaises relations avec les communautés locales, la misogynie et la culture patriarcale des services de police » étaient des préoccupations constantes.

La juive
Lyria Bennett Moses, directrice du Allens Hub pour la technologie,le droit et l'innovation à l'Université de NSW, a déclaré qu'une approche similaire de « frapper aux portes » en New South Wales a eu pour effet de cibler les jeunes autochtones (aborigènes).
Bennett Moses a déclaré que tout modèle d'intelligence artificielle « doit être transparent » et soumis à une évaluation indépendante.'Frappez,oui!Mais frappez aux bonnes portes..."

Traduisons sa pensée>Aux portes des blancs (Les goyim mâles,créatures sauvages,sont tous des tabasseurs de femme dès leur adolescence selon une récente étude de l'Université d'Haifa-Sciences naturelles,section zoologie)...

Source
 

Bergoglio Diouf

Stabschef
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
9,029
Reaction score
40,232
L'algorithme utilise des données pour identifier les délinquants à haut risque, mais certains "experts" s'inquiètent de ses pièges potentiellement graves...

La police du Queensland se prépare à commencer les essais d'un système d'intelligence artificielle pour identifier les auteurs de violence domestique à haut risque, et les agents ont l'intention d'utiliser les données pour « frapper aux portes » avant une grave escalade.
L'« outil actuariel » utilise les données du système informatique de la police Qprime pour développer une évaluation des risques de tous les auteurs potentiels de violence domestique et familiale.
L'algorithme est en développement depuis environ trois ans et des essais pratiques commenceront dans certains districts de police avant la fin de 2021.
"Avec cet outil, nous n'attendrons pas un appel téléphonique triple zéro et un incident de violence domestique et familiale pour passer à l'action", a déclaré le surintendant par intérim Ben Martain.

"Avec cette cohorte d'agresseurs, dont nos outils d'analyse prédictive nous disent qu'ils sont les plus susceptibles de dégénérer en d'autres infractions DFV, nous frappons de manière proactive aux portes sans aucun appel de service.";
Martain dit que le nouveau système marquerait un virage vers une police plus préventive, comme des interventions précoces ou des programmes de déjudiciarisation dans des situations à haut risque. Il ne peut pas être utilisé (Pour l'instant) pour des arrestations de style Minority Report, ou comme preuve devant un tribunal.
Certains défenseurs des victimes de violence domestique – bien que prudents quant à l'utilisation de l'intelligence artificielle – affirment qu'une approche axée sur les données pourrait empêcher les cas où ces modèles existent de passer entre les mailles du filet.
« Le système doit être mieux à même d'identifier et de répondre aux délinquants à haut risque, en particulier ceux qui passent d'une relation à l'autre », a déclaré la militante féministe Angela Lynch.
« Nous avons besoin de réponses innovantes quant à la manière dont nous les traitons, mais cela doit être fait en toute sécurité.».
« Il faudrait être très prudent et regarder quels sont les impacts, en particulier sur les groupes qui peuvent être particulièrement vulnérables. ».

L'Organisation nationale de recherche australienne pour la sécurité des femmes a constaté que « le racisme, les mauvaises relations avec les communautés locales, la misogynie et la culture patriarcale des services de police » étaient des préoccupations constantes.

La juive
Lyria Bennett Moses, directrice du Allens Hub pour la technologie,le droit et l'innovation à l'Université de NSW, a déclaré qu'une approche similaire de « frapper aux portes » en New South Wales a eu pour effet de cibler les jeunes autochtones (aborigènes).
Bennett Moses a déclaré que tout modèle d'intelligence artificielle « doit être transparent » et soumis à une évaluation indépendante.'Frappez,oui!Mais frappez aux bonnes portes..."

Traduisons sa pensée>Aux portes des blancs (Les goyim mâles,créatures sauvages,sont tous des tabasseurs de femme dès leur adolescence selon une récente étude de l'Université d'Haifa-Sciences naturelles,section zoologie)...

Source
alm.gifalm.gifalm.gif
xdll.jpegiu.gif
alm.gifalm.gifalm.gif
623C9F3E-66EF-48E8-ABD4-C8A950DD7120_4_5005_c.jpeg
xdl.jpegal r.gif
op.jpgkgr.gif
 

Kurt Heinrich

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
1,802
Reaction score
8,453
La situation en Australie est vraiment plus que préoccupante… i
Le mois d'août a vu le plus grand nombre de demandes faites par les Australiens à vouloir quitter le pays.

Selon l'Australian Border Force (ABF), 37 979 demandes ont été reçues de personnes souhaitant quitter le pays et 14 900 de personnes prévoyaient de rester à l'étranger pendant trois mois ou plus.

Un grand nombre de demandes, soit 12 347, ont été rejetées. L'Australie est l'un des rares pays au monde où les résidents doivent demander un permis avant de quitter le pays.
 
Top