Pourquoi je persiste à défendre le national-socialisme (réflexions sur la stratégie en politique)

Vincent Reynouard

SA- soldat de choc
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 17, 2022
Messages
164
Reaction score
1,341
Voilà douze ans, j'étais extradé vers la France pour y purger ma peine d'un an de prison. Un voyage de Bruxelles à Valenciennes en voiture, menotté les mains dans le dos. Pas très confortable...
Quand je le raconte, certains soupirent: "On vous traite comme un terroriste alors que vous ne faites qu'exprimer des opinions." Certes, mais aux yeux de mes adversaires, je suis pire qu'un terroriste. Pour une raison très simple:

  • lorsqu'il commet un attentat, le terroriste espère tuer un millier de personnes (et encore);
  • en tant que "nazi" assumé, je veux instaurer une idéologie qui, au nom de son dogme central (la supériorité de la race aryenne chargée de dominer le monde) prévoit l'extermination rapide ou lente de dizaines de millions de personnes: les Juifs, les handicapés et les "sous-races".
Par conséquent, à leurs yeux, je suis un fou furieux. Or, on ne discute pas avec un fou furieux: on l'enferme.

A cela, des amis répondent: "Si vous pouviez vous exprimer, alors les gens qui vous jugent s'apercevraient de leur erreur."
Sans doute, mais cela n'arrangerait rien, bien au contraire. Car mon expérience le démontre: en cas d'échange, les gens portent immédiatement la discussion sur les "atrocités nazies". Et lorsque je développe un discours révisionniste pour démontrer qu'ils se trompent, ils coupent court en disant: "Je ne suis pas historien." Sous-entendu: "Je ne peux pas vous répondre car je ne connais pas suffisamment le dossier, mais un historien, lui, démonterait facilement votre discours." Aux yeux de ces gens, j'apparais alors comme un fou d'autant plus dangereux qu'il développe calmement des discours en apparence cohérent, destinés à laver le "nazisme" de ses crimes. D'où la nécessité plus grande encore de me faire taire pour éviter que j'embrigade des gens "fragiles".

"Si c'est le cas, m'objecteront certains, alors pourquoi vous acharner à défendre le national-socialisme?" Pour trois raisons:
  • Au sein de la droite nationale, de nombreux groupes et militants se chargent déjà de défendre certaines valeurs de droite tout en se désolidarisant du national-socialisme.
  • Un vieux proverbe dit: "Quand tu as baisé le cul du Diable, tu sens le soufre." Aujourd'hui, ce proverbe devient: "Quand tu as embrassé la cause de national-socialisme, tu reste à jamais un nazi." Si, donc, je développais un discours de droite sans me référer au national-socialisme, mes adversaire ne cesseraient de rappeler mon passé.
    3°) A cela s'ajoute une raison essentielle: dans la vie, certains sont destinés à défendre la vérité. Car la vérité est éternelle, même si, à certaines époques, elle est éclipsée parce que impensable à beaucoup. Je fais partie de ces gens chargés de maintenir la braise rougeoyante avant qu'un vent favorable ne ravive le feu du beau, du noble, du vrai.
    La tâche est ingrate, mais elle est belle, et je suis heureux de l'accomplir.
    Bonne journée à Toutes et à Tous.
 

Bergoglio Diouf

Oberster SA-Führer
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
11,395
Reaction score
54,102
Le tout n'est pas de se solidariser ou de se désolidariser des valeurs du NS...
L'important est de savoir si certaines de ces valeurs ont suffisamment sédimenté pour qu'aujourd'hui un élan racial et national puisse repartir...
J'ai de gros doutes, même si le gauchisme a montré ses limites, il semble triompher encore et encore dans ses multiples avatars jusqu'au wokisme actuel... car la masse est devenue irrémédiablement crétine, inculte, et plus que jamais moutonnière...
Quant aux droites dites nationales, elles sont représentées la plupart du temps par d'ineptes abrutis qui passent leur temps à se bouffer le nez entre eux, régler des querelles d'égo, au lieu de parler de ce qui est conforme au réel, justement...

La morale et la vérité, un beau combat toutefois, notre chemin de Damas à tous ici présent....
 

Alienathon

SA- soldat
Membre confirmé
Membre
Joined
Aug 5, 2022
Messages
220
Reaction score
637
Il faut reconnaître que le national-socialisme a été un échec pour la raison très simple qu'il a perdu sur le terrain militaire et (c'est plus grave) sur le terrain idéologique.
L'historien doit rétablir la vérité mais aussi analyser sans déni les raisons de cet échec.

Le stratège politique doit s'appuyer sur l'analyse du passé et sur l'état du monde actuel pour faire en sorte que la prochaine expérience soit une réussite.
Déjà quelque soit la qualité de votre travail de rétablissement de la vérité, le "national socialisme" est grillé, il devra changer de nom.
Il derva aussi changer tout court sinon les mêmes causes produiront les mêmes effets.
Personnellement du nationale socialisme je n'en garderai pas plus de 1/4.
Par exemple j'ai une approche sociale et comportementale qui oppose les PATRIOTES aux DÉLINQUANTS, PARASITES, TRAÎTRES etc...
Mais je n'adhère pas à l'approche raciale.

Il n'empêche que malgré les divergences on trouve sans censure sur EELB, un dialogue de qualité, du respect mutuel et de l'humour qu'on ne trouve nulle part ailleurs, ce forum montre ce que civilisé veut dire.
 
Top