Pour la première fois, des scientifiques américains créent une souris avec 4% d’ADN humain

A

AdminDP

Guest
Sigmar Polaris
Démocratie Participative
19 Mai 2020



Le règne des hommes-bêtes approche

Nous allons bientôt vivre dans un univers situé à mi-chemin entre Warhammer et Alien.

Science News :

Des scientifiques ont créé des embryons qui tiennent beaucoup de la souris et un peu de l’humain.

Avec un peu d’aide, les cellules souches humaines peuvent s’imbriquer dans des embryons de souris en pleine croissance, notamment dans le foie, le cœur, la rétine et le sang en développement, rapportent les chercheurs le 13 mai dans Science Advances.

Les pointilleuses cellules humaines ont tendance à ne pas bien se développer chez les autres animaux. Mais dans un des nouveaux embryons de souris, 4 % des cellules étaient humaines – le mélange le plus complet entre l’homme et la souris à ce jour.

Ce niveau d’intégration est « assez frappant pour moi », déclare Juan Carlos Izpisua Belmonte, biologiste spécialiste des cellules souches et du développement à l’Institut Salk d’études biologiques de La Jolla, en Californie. Si d’autres scientifiques peuvent reproduire les résultats, « cela représente potentiellement une avancée majeure », déclare Izpisua Belmonte, qui n’a pas participé à l’étude.

Ces chimères pourraient aider à révéler comment une seule cellule peut donner naissance à un organisme entier. Des animaux plus humanisés pourraient également s’avérer précieux pour l’étude de maladies telles que le paludisme, qui touchent davantage les humains que les autres animaux. Et avec plus de progrès, les chimères pourraient finalement s’avérer être une source d’organes humains.
Oui, vous avez bien lu, des créatures hybrides monstrueuses sont créées en ce moment dans les laboratoires américains. Ces programmes supervisés par la CIA ne concernent pas prioritairement le secteur médical mais le domaine militaire.



Dans quelques années, l’armée américaine aura une collection complète d’organismes mutants atrocement difformes.

De nombreux scientifiques ont rencontré des obstacles dans la culture de cellules souches humaines sur des souris ou d’autres animaux, notamment des porcs et des vaches (SN : 1/26/17). « Nous avons analysé des milliers d’embryons, mais nous n’avons jamais constaté de contribution chimérique robuste » de cellules souches humaines à des embryons de souris au-delà du 12e jour, déclare Jun Wu, biologiste spécialiste des cellules souches et du développement, du centre médical de l’université du sud-ouest du Texas à Dallas, qui n’a pas participé à l’étude.

Le succès de la nouvelle méthode est dû au choix du moment, explique le neuroscientifique et biologiste spécialiste des cellules souches Jian Feng. Pour croître et se développer dans un embryon de souris, les cellules souches humaines doivent revenir à une phase antérieure appelée « stade naïf ». « Il faut ramener les cellules humaines » à cette phase, dit Feng, de l’université de Buffalo à New York.

Feng et ses collègues réinitialisent les horloges des cellules souches en réduisant au silence une protéine appelée mTOR pendant trois heures. Ce bref traitement a ramené les cellules à leur stade de naïveté, rétablissant vraisemblablement leur capacité à se transformer en n’importe quelle cellule du corps.

Les chercheurs ont injecté des lots de 10 à 12 de ces cellules souches humaines plus jeunes dans des embryons de souris contenant environ 60 à 80 cellules de souris, et ont laissé les embryons se développer pendant 17 jours.

En apparence, ces embryons se sont développés normalement bien qu’ils aient abrité des cellules humaines. En comptant l’ADN spécifique à la souris ou à l’homme, les chercheurs ont constaté que les cellules humaines représentaient entre 0,1 et 4 % du total des cellules des embryons.

Les cellules humaines se sont imbriquées dans la plupart des tissus en développement de la souris, destinés à devenir le foie, le cœur, la moelle osseuse et le sang. Les chercheurs ont constaté que les globules rouges humains étaient particulièrement abondants dans ces embryons de souris. Un petit nombre de cellules humaines se sont retrouvées dans des tissus qui formeront un cerveau ; un embryon a eu un essaim de photorécepteurs humains, des cellules oculaires qui aident à détecter la lumière.
L’homme-rat est déjà une réalité.



Certaines de ces créatures finiront par s’échapper des laboratoires secrets du gouvernement américain et se pourront se reproduire dans la nature. Avec la capacité de reproduction du rat et une intelligence pour partie humaine, cette forme de vie monstrueuse pourra tenir tête aux hommes.

Selon les chercheurs, aucune cellule humaine ne faisait partie des cellules qui forment le sperme et l’ovule. La capacité des chimères à se reproduire est l’une des questions éthiques inquiétantes entourant les organismes que les scientifiques tentent encore de résoudre.
L’objectif des scientifiques américains est de créer des élevages de monstres humanoïdes pouvant être utilisées comme armement biologique.



Au fur et à mesure des progrès en bio-ingénierie, la part d’ADN humain combinée avec celui d’animaux va croître.

Une fois à l’intérieur d’un embryon de souris, le rythme de développement normalement lent des cellules humaines s’est accéléré pour correspondre à celui de leurs hôtes. Les cellules souches humaines sont généralement lentes à se transformer en certains types de photorécepteurs matures, en cellules hépatiques ou en globules rouges, explique M. Feng, mais pas lorsque les cellules humaines sont à l’intérieur d’un embryon de souris. « Vous mettez les mêmes cellules humaines dans un embryon de souris, [et] elles se transforment rapidement », explique M. Feng. « En 17 jours, vous obtenez toutes ces cellules matures qui, autrement, mettraient des mois à arriver dans un embryon humain normal. »

D’autres scientifiques soulignent que différents laboratoires doivent répéter les résultats. Mais « si cela fonctionne – un grand « si » ici – cela a de grandes implications », dit Wu.
Les combinaisons potentielles à terme sont illimitées. Les hommes-bêtes formeront des lignées puis des sortes de royaumes ou d’états primitifs et ils chercheront à anéantir l’homme. Un peu comme les noirs ou les arabes dont les faibles variations génétiques par rapport aux hommes blancs les rendent déjà incompatibles avec la civilisation.



Les antispécistes militeront en leur faveur tout comme ils militent déjà pour les non-Blancs.

Commentez l’article sur EELB

Continue reading...
 

La Bruyère 88

Gauchiste en rémission
Membre
Et ça c'est ce qui est rendu public...
Je n'ose imaginer les saloperies qu'ils concoctent dans leurs laboratoires militaires.

Dans 500 ans, un califat d'homo-fenecus rentrera en guerre contre la république indépendante de l'intelligence artificielle des organico-robots.

Ça promet.
 
Last edited:

COhenVIDence19

Sarköziste honteux
Membre
Ah ah ah ah, mais vouz'êtes malaades non !
Nous ? vous faire ça ? A vous ? stupides Goyim ? meeeuh nan.
Et, chuis désolé, mais quelle sorte de rat avec des gènes de tique et d'pieuvre pourrait, mieux que NOUS, vous parasiter sournoisement depuis l'Antiquité ?
 

Attachments

Last edited:

baronmaximus

Crypto-villiériste
Membre confirmé
Membre
Qu'est ce qu'ils se font chier ces chercheurs américains, ils n'ont cas faire comme en FrOnce obliger à mélanger les bougnes et les blancs.
Marre de ces dépenses inutiles.😁😖
C'est vrai, la méthode frônçaise d'incitation à la copulation zoophile de femmes blanches avec des animaux bipèdes humanoïdes, est bien plus efficace !

Par contre, vu ce que ça coute en allocs diverses, en frais médicaux pour les petits déchets, et frais de garderie jusqu'à 16 ans,en CMU, RSA, Pôle emploi, ce n'est pas certain que ça coûte moins cher que les bricolages étatsuniens en labo !

Et je ne parle pas des miliards et millairds de biftons déversés sur "la banlieue" et ses "quartchiers", depuis 35 ans .....
 

Guigui

Branleur sous pseudo
Membre
En Fronce, les chercheurs en biotechnologie travaillent déjà sur ce gence de saloperie.
 
Top