Pour en finir avec le bobard du finacement de Hitler par les juifs...

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
En juin 1929, banquiers et industriels se réunirent en secret à New York pour discuter de la situation en France et en Allemagne. C’est surtout l’Illuminati John Davison Rockefeller, Jr, qui a parlé. Tous se sont mis d’accord sur le fait que le progrès économique français devait être stoppé. Pour y parvenir, il fallut lancer une révolution communiste ou au moins une révolution nationale-socialiste. Finalement, les banquiers ont décidé qu’un régime national-socialiste serait préférable. Plus tôt, ils avaient remarqué Adolf Hitler.

Ces informations ont été publiées dans un livre de "Sidney Warburg", De Geldbronnen van het Nationaal-Socialisme (Les financiers du National-Socialisme), publié en 1933 à Amsterdam avant d’être mystérieusement retiré des ventes. Ce curieux ouvrage a plus tard refait surface en Suisse où il fut traduit en allemand. Le livre est toujours conservé dans les archives sociales de Zurich. James et Paul Warburg ont déclaré qu’il s’agissait d’un horrible faux antisémite (Antony C. Sutton, Wall Street and the Rise of Hitler, Sudbury, 1976, pp. 133-148, traduit en français et publié par le Retour aux Sources, Wall Street et l’ascension d’Hitler)​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Les 7 et 8 novembre 1918, le socialiste, franc-maçon et journaliste juif Kurt Eisner (en fait Salomon Kosmonowski) avait pris le pouvoir au nom du socialisme à Munich. En octobre de la même année, il a été libéré de prison. Pendant le coup d’État, il agita le peuple et organisa le rassemblement de 100 000 Allemands naïfs. Avec quelques centaines de francs-maçons, il occupa les bâtiments du parlement et du gouvernement et proclama une République socialiste. Le roi bavarois fut renversé et contraint à l’exil. Un conseil ouvrier et militaire avec bien entendu des francs-maçons à sa tête s’est emparé du pouvoir officiel. Eisner s’est autoproclamé Premier ministre et ministre des Affaires étrangères. Dans le gouvernement, figuraient à la fois des mencheviks et des bolcheviks. La plupart d’entre eux étaient cependant francs-maçons. Eisner a falsifié des documents officiels de l’État pour exagérer la dette de guerre bavaroise. Le franc-maçon Rudolf von Sebottendorf se plaignait cependant dans son discours à la Société de Thulé que les ennemis de l’Allemagne — les Juifs — avaient pris le pouvoir.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Trois mois après le coup d’État socialiste du 21 février 1919, Kurt Eisner fut assassiné par l’officier allemand Anton Arco-Valley, qui avait été expulsé de la Société nationaliste et occulte de Thulé à cause de son sang juif. Il voulait avec ce meurtre montrer qu’il était loyal aux idéaux allemands.

Dans un vieux périodique de l’époque, parmi un groupe d’officiers, on peut voir le caporal Adolf Hitler marchant avec un insigne rouge communiste dans la procession funèbre en l’honneur du socialiste juif Eisner. Plus tard, Hitler a caché qu’il avait sympathisé avec les sociaux-démocrates. Eisner appartenait à la même loge maçonnique Art et Travail que Lénine (Hans Jurgen Ewert, In der Zeitenwende, Fischbachau, 1986, p. 52). Mais il était aussi membre de la Loge Zum aufgehenden Licht (la Lumière Ascendante) et celle de Der Isar, sans oublier son appartenance au B’nai B’rith, la franc-maçonnerie internationale réservée aux seuls juifs.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Le 6 juillet 1922, le journal juif Tribune Juive admettait :

"La Révolution allemande s’est faite à l’initiative des Juifs".

Déjà à Vienne, Hitler était entouré d’amis juifs, et il dépendait de divers encadreurs et vitriers juifs pour vendre les aquarelles dont il tirait à l’époque l’essentiel de ses revenus. Hitler a obtenu le soutien financier d’au moins trois boutiques d’art juives. L’historien Ken Anderson a admis dans son livre Hitler and the Occult (New York, 1995, p. 37) que les premiers contacts de Hitler avec les Juifs avaient été étonnamment cordiaux. Malgré ses attaques ultérieures contre les Juifs, il respectait et protégeait le médecin juif Éduard Bloch, qui avait soigné gratuitement la mère d’Hitler alors qu’elle souffrait d’un cancer. En 1940, Hitler autorise la famille Bloch à émigrer aux États-Unis (Richard Swartz, "Hitler’s political antisemitism was Established in Vienna", Svenska Dagbladet, 9 janvier 1997). Mais Hitler n’appréciait pas que les Juifs contrôlent le Parti social-démocrate en Autriche.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Dans le chaos qui émergea de l’assassinat d’Eisner, quelques maçons bolcheviks en profitèrent pour établir un nouveau gouvernement rouge avec Johann Hoffmann à sa tête. Mais le gouvernement a ruiné l’économie et a dû fuir à Bamberg au début d’avril 1919. Puis quelque chose d’étrange s’est produit. Le 7 avril 1919, un groupe d’intellectuels, d’anarchistes et de représentants de l’Alliance paysanne sous la direction de Gustav Landauer arrive au pouvoir et établit un nouveau gouvernement qui tente de normaliser l’économie en se débarrassant du "méchant de l’histoire" : la perception des intérêts usuraires.

Les francs-maçons ont alors redouté de perdre leur emprise secrète sur la communauté. Le nouveau gouvernement de Bavière n’était au pouvoir que depuis une semaine, lorsque les communistes maçonniques le renversèrent le 13 avril. Landauer s’est rangé du côté des bandits. Son idéal était celui de l’anarchiste maçonnique Francisco Ferrer.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Ainsi, l’initiative du ministre des Finances, Silvio Gesell, d’introduire un système sain pour une économie sans perception d’intérêt et sans inflation, fut entravée. Willy Hess a écrit ce qui suit dans son livre Silvio Gesell und die Freiwirtschaft (Silvio Gesell et l’économie libre, Winterthur, 1985, p. 22) :

"Les réformes de Gesell ont été considérées comme un coup fatal porté au capitalisme, et devaient être combattues avec tous les moyens disponibles."

L’information sur cette courte période dans l’histoire politique allemande est dure à trouver. Dans les livres d’histoire ordinaire, on a l’impression que le criminel politique maçonnique Leviné a pris le contrôle immédiatement après le meurtre d’Eisner. Ce n’était pas du tout le cas. On voulait simplement effacer le nom de Silvio Gesell des livres d’histoire, bien que ce fut le seul phénomène positif qui se produisit à cette époque.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Les communistes juifs maçons avec Eugène Leviné, Ernst Toller (le chef de l’Armée Rouge locale), Max Levien, Erich Miihsam (fils d’un rabbin), Arnold Wadler et Tobias Axelrod occupèrent le sommet du pouvoir pendant deux semaines (13 avril — 1er mai 1919). Ils proclamèrent la République soviétique de Munich, puis la République soviétique de Bavière. Tous ses dirigeants appartenaient à la loge maçonnique secrète Numéro Onze, située dans la Brennerstrasse à Munich. La plupart d’entre eux étaient venus de Russie jusqu’en Bavière après avoir participé à la terreur révolutionnaire rouge de 1905.

Eugène Leviné devient président du Conseil des commissaires du peuple de la République soviétique de Bavière. Il était né à Saint-Pétersbourg en 1883 sous le nom de Nissen Berg. Eugène Leviné a violé la comtesse Westarp, la célèbre nationaliste, avant de la faire tuer, elle et d’autres personnes.

Tobias Axelrod (franc-maçon du 33ème degré et Illuminati) était le grand maître de la loge et devint commissaire du peuple pour les affaires économiques. Il a immédiatement annulé les mesures financières de Gesell. En 1918, il avait fondé un bureau d’information à Copenhague pour le compte de la Russie soviétique (Mikhail Demidenko, Tracing the SS to Tibet, Saint-Pétersbourg, 1999, p. 177).

Le juif et franc-maçon extrémiste galicien Ernst Neurath est devenu le commissaire du peuple pour l’idéologie communiste de la République soviétique.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Ces "révolutionnaires" voulaient s’emparer d’autant d’or et de bijoux que possible à Munich. Les milices communistes ont pris des otages pour s’emparer des richesses des citoyens. Eugène Leviné et Max Levien ont aussi assassiné leurs otages. Par exemple, le 26 avril 1919, les gardes juifs révolutionnaires prirent sept membres de la société de Thulé en otage et par la suite (le 30 avril) les a tous assassinés, y compris le comte Gustav von Turn und Taxis. Partout à Munich, on pouvait voir des soldats de l’Armée Rouge commettre diverses atrocités. Le Tribunal révolutionnaire était derrière ce terrorisme organisé.

La Société de Thulé fonda rapidement une unité spéciale de combat, la Thulé, dont la tâche était de combattre la République soviétique de Bavière les armes à la main.

Adolf Hitler a également réussi à jouer le rôle des bolcheviques pendant ces deux semaines. Il est devenu le numéro deux du conseil de bataillon de l’Armée Rouge de la République soviétique. En d’autres termes, Hitler a commencé sa carrière politique en tant que militant dans un conseil militaire soviétique. On raconte qu’il était indécis dans ses orientations politiques. Ces faits sont absents des descriptions habituelles de la manière dont Hitler est arrivé au pouvoir. Les documents pour le prouver sont eux cependant toujours là.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Les troupes blanches qui avaient encerclé Munich ont réussi à renverser les communistes maçonniques les 1er et 2 mai, ce que les Illuminati ont considéré comme un revers très difficile. Landauer a été arrêté le 1er mai et exécuté le lendemain. Eugène Leviné a été immédiatement arrêté et condamné à mort le 3 juin. Deux jours plus tard, on lui a tiré dessus. Toller a été condamné à cinq ans de prison et Miihsam à 15 ans de prison. Le meurtrier de masse Max Levien (né en 1885 à Moscou) s’est d’abord échappé à Vienne et s’est installé en 1921 en Russie soviétique où il est devenu membre du Comité exécutif central et actif dans le Comintern. Les bandits maçonniques rouge sang avaient joué leur rôle et avaient dû quitter la Bavière.

Max Levien était devenu chef de la Ligue Spartakiste rouge et avait fondé un parti communiste à Munich après la Première Guerre mondiale (David Korn Wer ist wer wer im Judentum: Lexikon der Jiidischen Prominenz / Who’s Who du Judaïsme : Encyclopédie des célébrités yiddish, Volume 2, FZ-Verlag, Munich, 1999, p. 188). Il avait essayé d’exterminer autant d’Allemands nationalistes que possible. Les dirigeants des Spartakistes appartenaient à l’Ordre Illuminati. Les Juifs Tobias Axelrod, Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg appartenaient au Nouvel Ordre Illuminati (Friedrich Wichtl, Freimaurerei, Sionismus, Kommunismus, Bolschewismus / Franc-maçonnerie, Sionisme, Communisme, Bolchevisme, Munich, 1921, p. 15). Karl Liebknecht était également membre du B’nai B’rith (Zeiten-Schrift, n° 32, 2001).​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
En septembre 1919, Hitler devient membre du petit Parti Ouvrier Allemand (DAP) à Munich, après avoir assisté à ses réunions pour le compte du renseignement militaire (William L. Shirer, The Rise and Fall of the Third Reich, New York, 1960). Au début des années 1920, Hitler reprit la fonction de propagande du parti. Il finit par contrôler tout le parti. Le mouvement a commencé à se développer rapidement. Hitler utilisa habilement le mécontentement face à l’aggravation des conditions sociales. Déjà le 1er avril de la même année, le mouvement reçut son nouveau nom : le Parti National-Socialiste Ouvrier Allemand (NSDAP). À l’été 1921, Hitler devint le chef officiel du parti.

En novembre 1922, l’ambassade américaine à Berlin envoya le capitaine Truman Smith à Munich pour obtenir des informations sur Adolf Hitler et son Parti national-socialiste.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Au début de 1923, Lénine et Grigori Zinoviev, chef du Comintern, décidèrent que l’Allemagne était prête pour une révolution bolchévique. Les communistes la considéraient comme un territoire clé de la révolution mondiale et voulaient utiliser le mécontentement de la population à leur profit. Le Comintern et l’Aide Rouge ont désespérément essayé de mettre en œuvre leur plan en Allemagne. Leur prise de pouvoir devait avoir lieu à minuit le 22 octobre 1923.

Le lendemain à l’aube, Hambourg, Berlin et d’autres grandes villes seraient aux mains des bolcheviks. Toutes ces opérations ont été menées par les francs-maçons Karl Radek (en fait le juif Sobelsohn), Bela Kun, et Josef Unschlicht (membre de la Tchéka et du renseignement militaire soviétique) de Moscou. L’opération devait être étendue à toute l’Allemagne. Officiellement, Radek était stationné dans la Délégation commerciale soviétique à Berlin. Les fonctionnaires communistes allemands pensaient cependant que les préparatifs n’étaient pas suffisants pour une entreprise d’une telle ampleur (le temps n’était pas encore venu), et voulaient reporter la "révolution" de trois mois. Les francs-maçons de haut rang, qui contrôlaient divers mouvements communistes, avaient simplement d’autres projets pour l’Allemagne.

Seulement, ils ont "oublié" d’informer le chef terroriste Ernst Thalmann. C’est pourquoi, avec ses 300 "révolutionnaires", il a commencé sa tentative de coup d’État à Hambourg le 23 octobre à 5 heures du matin. Le 25 octobre, tous les terroristes ont été vaincus.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Hitler reçut l’attention dont il avait besoin quand, le 8 novembre 1923, il tenta de monter une contre-offensive — un coup d’État très mal organisé à Munich. Par la suite, il se cacha temporairement dans la maison d’une femme juive appelée Hanfstaengl à Munich. Hitler s’est fait connaître non seulement en Allemagne mais aussi à l’étranger. Le nom d’Hitler faisait la une des journaux du monde entier. Il a pleinement utilisé le procès qui lui a été fait et a transformé la défaite en une victoire idéologique. Il a été libéré après moins de neuf mois, alors même qu’il avait été condamné à cinq ans de prison (la loi prévoyait pourtant une peine d’emprisonnement à vie pour atteinte à la sûreté de l’État).

En prison, il dicta son manifeste politique Mein Kampf, dont la première partie fut publiée le 18 juillet 1925 et la seconde partie en 1927. Il a abondamment cité le livre d’Henry Ford Le Juif international. Plus tard, le livre lui rapporta d’importants droits d’auteur — en 1930, ils s’élevaient à 50 000 Reichmarks — et au total, il en gagna plus d’un million. Mein Kampf a d’abord été traduit en russe et imprimé en édition limitée pour le Comité central à Moscou en 1928. Staline commença à admirer Hitler et décida de le soutenir sur le chemin du pouvoir (Viktor Suvorov, Suicide, Moscou, 2000, pp. 55-56).​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Il a fallu plusieurs années pour réorganiser le Parti National-Socialiste. En janvier 1927, les national-socialistes et leur lutte pour le pouvoir et le socialisme semblaient sans avenir. Suite à sa condamnation, Hitler ne fut autorisé à s’exprimer publiquement qu’en 1927. Depuis 1925, Hitler était apatride, n’ayant pas réussi à devenir citoyen allemand. Ce n’est qu’en 1932 qu’il a enfin obtenu la citoyenneté allemande.

Après quelque temps, il a été considéré par les banquiers de Wall Street comme un pion particulièrement prometteur. Ils décidèrent de parier sur Adolf Hitler et de provoquer ainsi le chaos en Europe.

Pour le contacter, un représentant fut diplomatiquement dépêché en Allemagne. Cette personne s’appelait Sidney Warburg, il s’agissait évidemment d’un pseudonyme. Pour aider Hitler à accéder au pouvoir les banquiers maçonniques lui offrirent leur soutien économique. En retour, ces faiseurs de rois éminemment puissants souhaitaient le voir adopter une politique étrangère agressive assortie de représailles contre la France. Ces banquiers avaient prévu que la France se tournerait alors vers la Grande-Bretagne et les États-Unis et que le gouvernement français se retrouverait en grande difficulté économique. Il fut décidé de ne pas révéler à Hitler les raisons de ce soutien miraculeux.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
L’accord entre Hitler et les banquiers en juin 1929 fut signé entre autres par John D. Rockefeller, Jr, J. H. Carter (représentant de la Guaranty Trust Company et de la National City Bank of New York), le banquier Tommy Walker et le président des États-Unis Herbert Clark Hoover (1929-1933), la plupart étant francs-maçons de hauts rangs. Le magnat de la presse William Randolph Hearst (propriétaire de Consolidated Publications) était également présent à cette réunion. Cette information importante, l’ancien professeur d’économie Antony Sutton la donne dans son livre Wall Street and the Rise of Hitler (Sudbury, Angleterre, 1976)[1]. L’information a été vérifiée et rendue plus précise par le politicien et auteur allemand G. Schmalbrock.

William Collins Whitney, l’un des directeurs de la Guaranty Trust Company, était membre de la société secrète des Skull & Bones et des Illuminati.

La confrérie des Skull & Bones est étroitement liée à la franc-maçonnerie et aux Illuminati. Littéralement La Société de l’Ordre du Crâne et des Os s’appelait autrefois La Fraternité de la Mort.


[1] Wall Street et l’ascension d’Hitler, d’Antony Sutton est disponible au Retour aux Sources, www.leretourauxsources.com, cf. également du même auteur La trilogie Wall Street, www.omnia-veritas.com.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Les Skull & Bones, était à l’origine la loge numérotée 322 d’un ordre allemand secret, qui a été fondé à l’Université de Yale dans les années 1832-1833 par le général William Huntington Russell et Alphonso Taft, qui fut plus tard secrétaire de guerre dans l’administration du président Ulysse S. Grant. Tous deux étaient francs-maçons. L’Ordre a été fondé grâce aux revenus du trafic illégal de stupéfiants. Chaque année, 15 nouveaux membres sont sélectionnés.

Le grand-père du président George W. Bush, Prescott Sheldon Bush, et d’autres hommes affiliés à cet ordre, ont profané la tombe de Geronimo, se sont emparé de son crâne et d’autres reliques du chef Apache pour les exposer dans une de leur vitrine. Certains membres prétendent que ces restes seraient toujours en possession de l’ordre ; les demandes de restitution sont bien entendu restées vaines. Bush Senior a même prétendu qu’ils avaient été "égarés".

Beaucoup de personnages éminents ont été membres de l’Ordre, tels William Howard Taft, président des États-Unis, Henry Luce, fondateur du Time Magazine, et Averell Harriman, diplomate et confident des présidents américains.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
John D. Rockefeller, Jr, était à l’époque membre de l’organisation maçonnique The American Protective Association (APA), fondée le 13 mars 1887 à Clinton, Iowa, par le franc-maçon Henry Francis Bowers (Paul A. Fisher, Behind the Lodge Door: Church, State, and Freemasonry in America / Derrière la porte de la Loge : l’Église, l’État et la franc-maçonnerie en Amérique, Rockford, Illinois 1994, p. 79).

Son frère Percy Rockefeller participa également au financement des bolcheviks et des national-socialistes. Percy Rockefeller appartenait également à la Skull & Bones Society.

En outre, le banquier George Herbert Walker (le père de George H. Bush, président des États-Unis durant les années 1989-1993) a aidé à financer Adolf Hitler. Parmi eux se trouvait Prescott Sheldon Bush, son gendre.

Prescott Bush et Averell Harriman ont soutenu l’accession d’Hitler au pouvoir avec 100 millions de dollars versés de 1926 à 1942 par l’intermédiaire de leur banque new-yorkaise Harris & Brothers Harriman. Le Congrès a toutefois dissous la banque, mais les membres du conseil d’administration ont reçu environ 1,5 million de dollars chacun après la guerre.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
En étudiant certains documents dissimulés au grand public par le pouvoir maçonnique occulte, nous pouvons découvrir les véritables circonstances de la prise du pouvoir par Hitler. Nous y trouvons également les noms des responsables du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Ces personnages de l’ombre n’ont jamais été jugés à Nuremberg. Selon Antony Sutton, le procès pour crimes de guerre de Nuremberg était une farce politique, où ni les atrocités soviétiques ni les crimes horribles perpétrés par les alliés, aussi bien pendant qu’après la guerre, ne furent jamais mentionnés.

Les dirigeants nazis ont été accusés de crimes contre la paix (à cause du déclenchement de la guerre). Le gouvernement allemand a été décrit comme conspirant contre la paix. Au contraire, ce sont les vainqueurs qui sont à l’origine de ce crime. L’Allemagne tenta d’éviter la guerre, car elle n’y était pas préparée, comme le montrent les statistiques découvertes par l’historien de guerre Viktor Suvorov dans son livre "Suicide" (Moscou, 2000).​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
À partir d’avril 1945, les forces américaines et françaises tuèrent plus d’un million de prisonniers de guerre allemands. La plupart ont été internés dans des camps américains. Eisenhower a créé un règne de terreur jamais vu auparavant dans l’histoire militaire américaine. Sa politique génocidaire fut un crime de guerre sans précédent, car les prisonniers n’avaient aucune chance de s’échapper des camps de la mort (James Bacque, Other Losses, Toronto, 1991).

Il existe un mythe trompeur selon lequel ce sont les capitalistes allemands, dirigés par Fritz Thyssen, le fabricant de locomotives Ernst von Borsing et le magnat du charbon Emil Kirdorf dans la région de la Ruhr, qui ont fourni l’essentiel du soutien financier à Hitler. Jusqu’en 1933, Thyssen ne contribua qu’à hauteur de 2 millions de RM. Il s’agissait d’une somme relativement faible. Le Parti communiste allemand a reçu à lui seul des dizaines de millions de marks de Moscou.

Le fait que le capitalisme allemand en général n’avait aucun lien avec le Parti nazi est facilement prouvé en étudiant les documents trouvés dans les archives des grandes entreprises. Le parti nazi avait adopté dès le début une attitude nettement anticapitaliste. Lorsque les nazis, en novembre 1932, tentèrent de faire signer aux grands capitalistes allemands une pétition pour la nomination d’Hitler au poste de chancelier, seul Fritz Thyssen qui était en fait un de leurs partisans la signa.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Franz von Papen était complètement entre les mains de l’élite financière maçonnique cosmopolite. L’élite financière allemande a quant à elle, joué un rôle minime, comme l’a confirmé l’historien américain Henry Asby Turner Jr dans son ouvrage majeur German Big Business and the Rise of Hitler (Oxford, 1987). Malheureusement Turner ne dit rien sur le rôle joué par les grandes entreprises américaines et la franc-maçonnerie dans l’ascension d’Hitler vers le sommet du pouvoir.

L’essentiel du financement ayant permis à Hitler d’accéder au pouvoir provenait de grands capitalistes juifs, dont les entreprises étaient basées en Allemagne et qui étaient étroitement liés à la franc-maçonnerie internationale, en particulier IG Farben et la famille Warburg, qui servaient de couverture aux Rothschild. En 1937, Max Warburg changea le nom de sa banque ; la Warburg & Co devint la Brinkman Bank, afin de camoufler son implication. Herr Brinkman était un gentil (non-juif) qui n’attirait pas l’attention.
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
La rencontre entre Hitler et "Sidney Warburg" eut lieu à Munich en juin 1929 et fut organisée par le maire de Munich Deutzberg. Hitler a exigé 100 millions de marks (24 millions de dollars) des Américains. Le 25 octobre 1929, une autre réunion fut organisée, à laquelle participèrent d’importants banquiers et des représentants des grandes fiducies. Parmi les participants figuraient Henry Deterding, le directeur de la Royal Dutch-Shell et un franc-maçon de haut rang. Georg Bell, l’un des dirigeants des SA, était son agent au sein du mouvement nazi. La SA (Sturmabteilung) était composée des tristement célèbres chemises brunes. Le symbole des SA était constitué de grandes étoiles à cinq branches. Les banquiers new-yorkais considéraient la somme exigée par Hitler comme beaucoup trop importante, et lui donnèrent à peine 10 millions de dollars. Cet argent fut transféré à la Mendelsohn Bank d’Amsterdam, contrôlée par les frères Warburg, des francs-maçons de haut rang et Illuminati. Ils faisaient partie de l’empire financier des Rothschild. Dix des principaux dirigeants nazis avaient le droit de retirer cet argent par chèque dans dix villes allemandes différentes.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Par la suite, la Schröder Bank de Francfort-sur-le-Main y a également participé. Le baron Kurt Schröder était le banquier personnel d’Hitler et le SS-Gruppenführer (équivalent du lieutenant général de l’armée). À partir de 1938, la Schröder Bank représentait les intérêts financiers nazis en Grande-Bretagne. Aux États-Unis, Schröder et Rockefeller ont fusionné certains de leurs intérêts commerciaux. Avery Rockefeller, le fils de Percy Rockefeller, était vice-président de la Schröder Banking Corporation de New York (Antony Sutton, Wall Street and the Rise of Hitler, Sudbury, 1976, p. 81).

Henry Deterding avait promis d’envoyer 500 000 livres à Hitler, qui recevrait en outre 20% des bénéfices allemands réalisés par la filiale Rhenania-Ossag de Shell. Selon l’historien Oswald Dutch, Deterding et Yahudi Samuel (de la Royal Dutch Shell) ont donné 30 millions de livres à Hitler en 1931.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Même le falsificateur de l’histoire William L. Shirer démontra qu’Hitler avait été libéré de ses dettes en 1929 (L’ascension et la chute du Troisième Reich). Soudain, il disposait de beaucoup d’argent, d’une voiture avec chauffeur, d’une villa à Ober-Salzbourg et d’un appartement de luxe dans la rue Printzregent à Munich. Selon Shirer, il n’a jamais été établi combien d’argent les banquiers et les magnats industriels allemands ont donné au Parti National-Socialiste avant janvier 1933. Les chiffres sont connus, cependant, tout comme les énormes contributions financières des francs-maçons américains. Mais ces informations sensibles sont extrêmement désagréables pour ces personnages obscurs qui façonnent l’histoire depuis les coulisses.

Peu après l’accord passé entre Hitler et les banquiers internationaux, le magnat de la presse américaine William Randolph Hearst (1863-1951) commença à montrer un grand intérêt pour le Parti nazi et son chef Adolf Hitler. Même le New York Times a diffusé les discours d’Hitler. Le Harvard University Magazine a publié une longue enquête sur le nazisme.​
 

Jevola

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,992
Reaction score
8,339
Le magnat de la presse britannique Harold Sidney Rothermere (1868-1940) ajoute sa voix aux propagandistes nazis.

Selon les informations acquises par Staline après la fin de la guerre, 40 000 entreprises juives ont continué à financer le renforcement de la machine de guerre allemande même après 1938.

John D. Rockefeller Jr était particulièrement intéressé par les déclarations anticommunistes d’Hitler régulièrement citées dans la presse.

Dans les années 1920, Rockefeller avait fait appel à la célèbre agence de publicité Ivy Lee & T. J. Ross de New York pour donner une image positive des bolcheviks auprès du grand public. Ils devaient être considérés comme des idéalistes et des humanistes charitables. Lee prétendait que les communistes étaient "des gens bien" et qu’il n’y avait pas de problème communiste. Il s’agissait simplement d’un malentendu psychologique. Une déclaration de Frank Vanderlip, comparant Lénine à George Washington, fut même publiée avec enthousiasme. La même agence a également compilé la brochure de propagande insidieuse L’URSS — une énigme. Le meurtrier de masse Staline y était surnommé "Oncle Joe" d’une manière familière.​
 
Top