Point sur la bougnoulisation de Lyon

Aletaia_38

Gauchiste en rémission
Membre
Pour rappel, Lyon est encore considérée comme étant une ville très blanche et très bourgeoise (avec des gens très polis, etc) en France. La France est si désœuvrée niveau raciale que Lyon est vue comme un paradis blanc.
 

Sarcastix

Gauchiste en rémission
Membre
La dernière fois que je suis retourné à Lyon, c'était il y a 3 ans au mois de juillet. J'y étais avec ma compagne et en quête d'une grande ville où nous établir. Je lui avais brossé la relative blancheur de la ville en comparaison de Paris, ce qui est toujours au demeurant exact.

Làs ! Entre les vendeurs de tickets au noir à l'entrée de 20% des stations et le cancer bougnoule, particulièrement sur les quais et au parc de la tête d'Or, nous nous sommes regardés en se disant que même si l'été pouvait expliquer bien des choses, cela ne valait pas la peine de prendre le risque sur 30 ans et avec des enfants.

Restent les plus beaux quartiers (monts d'Or, 6ème) et les quartiers rénovés (Confluence) et de fourvière, effectivement très blancs mais du même coup, je vais dans le sens de propos déjà tenus plus haut, des nids à gauchistes ou centristes satisfaits, des prix inaccessibles sauf à gagner 10k par mois et, tout de même, un petit peu de bougnoules ramenés par le tramway comme des méduses par la marée.

Bref, quand tu as 30 ans et que tu veux te projeter dans l'avenir, Lyon reste une grande ville française, c'est à dire un endroit où tu n'as pas forcément envie de prendre le risque d'y élever tes enfants, malgré une assez grosse bourgeoisie catholique très BCBG.
 

White Anger

Gauchiste en rémission
Membre
Ayant vécu à la "Guille" de 1996 à 2004, j'ai le même ressenti que Meevin. C'était fortement bougnoulisé à cette époque mais encore "relativement" vivable. On pouvait encore traverser la place Gabriel Péri (là où se trouve la bouche de métro et le MacCrado) et acheter des clopes à 23 heures au tabac ouvert le soir sans se faire emmerder. J'y suis repassé quelques fois assez récemment et c'est vraiment le Mordor version non-censurée. Aux boucaques et négros d'afrique de l'ouest, qui posaient déjà le décor il y a 20 ans, sont venus s'ajouter quasiment toutes les sous-races de boue les plus répugnantes de la terre : albanais, tchétchènes, somaliens, comoriens et autres saletés difficilement identifiables. Comme le dit quelqu'un au-dessus, toutes les villes de France sont négro-bougnoulisées, mais un putain de "bouillon de culture" comme la Guillotière (rues Paul Bert et de Marseille et place Gabriel Péri), il ne doit pas y avoir beaucoup d'équivalents en France (et j'ai quand même vécu dans d'autres belles fosses à purin). Passer dans cet endroit, c'est vraiment risquer de contracter les maladies les plus dégueulasses.
Concernant la Part-Dieu, je confirme les dires de TournevisPatriote : ça fait très longtemps que c'est complètement infréquentable.
Empereur69 : d'accord avec vous pour Fourvière, mais St-Jean est quand même bien bougnoulisé et surtout colonisé par des gauchistes crasseux à dreadlocks.
 

White Anger

Gauchiste en rémission
Membre
Bref, quand tu as 30 ans et que tu veux te projeter dans l'avenir, Lyon reste une grande ville française, c'est à dire un endroit où tu n'as pas forcément envie de prendre le risque d'y élever tes enfants, malgré une assez grosse bourgeoisie catholique très BCBG.
Pour la grosse bourgeoisie catholique très BCBG c'était encore vrai quand j'étais ado (fin des années 80) mais ça n'est plus vraiment le cas désormais. Car franchement maintenant à part le quartier d'Ainay (entre Bellecour et Perrache), quelques coins du 3ème arrondissement qui est quand même essentiellement une grosse colonie juive (notamment vers Saxe-Gambetta) ou une partie non négligeable du 6ème (cours Vitton notamment), Lyon est devenue terriblement bobo, gaucho et mondialiste. Et Lyonnais de naissance, ça me fait vraiment mal d'écrire ça (et je ne parle même pas de l'invasion).
 

Aletaia_38

Gauchiste en rémission
Membre
La dernière fois que je suis retourné à Lyon, c'était il y a 3 ans au mois de juillet. J'y étais avec ma compagne et en quête d'une grande ville où nous établir. Je lui avais brossé la relative blancheur de la ville en comparaison de Paris, ce qui est toujours au demeurant exact.

Làs ! Entre les vendeurs de tickets au noir à l'entrée de 20% des stations et le cancer bougnoule, particulièrement sur les quais et au parc de la tête d'Or, nous nous sommes regardés en se disant que même si l'été pouvait expliquer bien des choses, cela ne valait pas la peine de prendre le risque sur 30 ans et avec des enfants.

Restent les plus beaux quartiers (monts d'Or, 6ème) et les quartiers rénovés (Confluence) et de fourvière, effectivement très blancs mais du même coup, je vais dans le sens de propos déjà tenus plus haut, des nids à gauchistes ou centristes satisfaits, des prix inaccessibles sauf à gagner 10k par mois et, tout de même, un petit peu de bougnoules ramenés par le tramway comme des méduses par la marée.

Bref, quand tu as 30 ans et que tu veux te projeter dans l'avenir, Lyon reste une grande ville française, c'est à dire un endroit où tu n'as pas forcément envie de prendre le risque d'y élever tes enfants, malgré une assez grosse bourgeoisie catholique très BCBG.
C'est exactement cela. Tu décris très bien la réalité de Lyon.
 

Sarcastix

Gauchiste en rémission
Membre
Pour la grosse bourgeoisie catholique très BCBG c'était encore vrai quand j'étais ado (fin des années 80) mais ça n'est plus vraiment le cas désormais. Car franchement maintenant à part le quartier d'Ainay (entre Bellecour et Perrache), quelques coins du 3ème arrondissement qui est quand même essentiellement une grosse colonie juive (notamment vers Saxe-Gambetta) ou une partie non négligeable du 6ème (cours Vitton notamment), Lyon est devenue terriblement bobo, gaucho et mondialiste. Et Lyonnais de naissance, ça me fait vraiment mal d'écrire ça (et je ne parle même pas de l'invasion).
Merci. J'en suis profondément attristé et, revisitant rapidement la ville après avoir été ancien élève à l'UCLY, ça ne m'avait pas autant frappé que vous le décrivez sans aucun doute fort justement.

Je connaissais bien Guillotière et cie mais là, ce qui m'a frappé, c'est le quadrillage cacasoïde de la ville : on a l'impression que dès que l'on passe dans les transports, la boue déferle sur vous. Cela n'était pas autant le cas il y a 10 ans lorsque j'y vécus.

Aujourd'hui, quand tu es blanc dans une grande ville, il te faut gagner ta vie comme un juif. A défaut, il ne reste plus qu'à rejoindre le panier de crouilles, pas moyen d'y échapper, c'est comme le sparadrap du capitaine haddock.
 

White Anger

Gauchiste en rémission
Membre
Merci. J'en suis profondément attristé et, revisitant rapidement la ville après avoir été ancien élève à l'UCLY, ça ne m'avait pas autant frappé que vous le décrivez sans aucun doute fort justement.

Je connaissais bien Guillotière et cie mais là, ce qui m'a frappé, c'est le quadrillage cacasoïde de la ville : on a l'impression que dès que l'on passe dans les transports, la boue déferle sur vous. Cela n'était pas autant le cas il y a 10 ans lorsque j'y vécus.

Aujourd'hui, quand tu es blanc dans une grande ville, il te faut gagner ta vie comme un juif. A défaut, il ne reste plus qu'à rejoindre le panier de crouilles, pas moyen d'y échapper, c'est comme le sparadrap du capitaine haddock.
C'est exactement ça.
PS : le coup du sparadrap m'a bien fait marrer. Merci :) !
 

Bouric

Branleur sous pseudo
Membre
Bonjour.
Nouveau venu sur ce forum.
Ma famille en est à la quatrième génération de Cx Roussiens. Je me souviens de la place Colbert au début des années 60. Nous y habitions, dans la cour des Voraces. Ma grand-mère tenait la papeterie au 9. Quand je la vois, cette place, aujourd’hui, j’ai envie de dégueuler.
Puis on est passé sur plateau. Il y avait des petites maisons, des jardins... Beaucoup, la plupart, ont disparu.
Aujourd’hui, la Cx Rousse n’est plus qu’un gigantesque bistrot sans âme. Antifas, je ne sais pas, bobo sans doute oui. L’avantage du bobo, c’est qu’il fait fuir les bas revenus en faisant monter les loyers, donc beaucoup de primo-arrivants, le désavantage c’est qu’il fait aussi fuir l’âme populaire de ce quartier qui n’a plus rien à voir avec ce que j’ai connu.
Aujourd’hui, ma fille y vit toujours, et ma mère, et j’y habite quand je rentre, deux fois par an, de mon exil de Hong Kong.
Heureusement, on a une campagne.
 

JudgeD

Gauchiste en rémission
Membre
C'est drôle une amie russe a vécu à Lyon il y a quelques années (3/4 ans env) et elle m'a dit n'y avoir vu que des français blancs racistes !
Et je lis ce topic...:eek:
 
Top