Macron giflée comme une garce au cri de « Montjoie Saint Denis, à bas la Macronie »

Bergoglio Diouf

Stabschef
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
9,000
Reaction score
40,114
Sissi, une tapette : une petite tape. Comme dans "Je te tiens tu me tiens par la barbichette, le premier de nous deux qui rira aura une tapette". 😄

Avec Sarkozy on a effectivement eu un premier représentant de la nation qui ne savait pas se tenir. Qui disait "On ceci, On cela" au lieu de dire "Nous", par exemple, et qui avait très peu de culture. Il tranchait nettement sur ses prédecesseurs, et son atlantisme était manifeste, décomplexé et même mis en scène de façon très embarrassante (dédicace à ceux qui se souviennent de ses pénibles joggings en casquette/t-shirt NYPD…).

Je ne sais pas si l'idée d'un pouvoir mondial doit être liée au sanhédrin ou si elle n'est tout simplement pas inscrite dans le genre humain et se retrouve donc dans divers empires, tels ceux de Mésopotamie qui se donnaient explicitement une mission de règne cosmique (sur tout le cosmos c'est-à-dire sur l'environnement dans sa totalité).
En revanche ce qu'on peut créditer aux juifs sur ce plan c'est d'avoir trouvé, ou du moins le mieux appliqué, la formule efficiente de cet instinct naturel de règne mondial : noyauter les différents empires de la Terre et se constituer, eux, en gouvernement informel de l'ombre. Le règne indirect par le Réseau. Évidemment la méthode est appliquée par d'autres, les jésuites par exemple, mais la longue expérience des chouifs et leur obscur mélange d'intérêts ethniques, culturels et spirituels fonctionne apparemment du tonnerre…

Je ne sais pas ce que tu veux dire par « l'image du président au cours des âges n'a eu de cesse que de valoriser un gouvernement mondial », je ne vois pas comment cette idée se traduit dans le discours "sémiotique" public, quelle forme elle revêt. Mais je pense au contraire que la vieille idée de personnage incarnant la nation est très régulièrement utilisée. C'est une idée dont raffolent les communiquants, un concept qui parle à tout le monde, il n'y a qu'à voir la popularité des familles royales et l'empressement autour des plus grands capitaines d'industrie (nabab par-ci, empereur par là…).

Plus la nation disparaît, plus le monde se désincarne et se délite dans un réseau aussi complexe qu'impersonnel, plus ces concepts de personnage emblématique et centralisateur sont utilisés comme des boules souvenir pour entretenir l'illusion que l'identité existe encore et que tout continue comme avant, du temps où la crémière vendait le lait de la vache du paysan (personnages identifiables) alors qu'on achète du lait industriel dans un supermarché : impersonnel au possible.

En vérité (en vérité je te le dis), les vieux concepts sont volontiers mixés aux nouveautés dans le très nécessaire narratif de la propagande. Et même les (relatives) nouveautés de la gouvernance moderne ont un parfum de légendes anciennes. L'assemblée générale de l'ONU est une mise en scène qui évoque les chevaliers de la Table ronde. On ne voit pas les tablées du G7, pourquoi ? Parce que le G7 est moins démocratique ? Possible.

Pour revenir à l'idée de la "personne dont le corps est sacré car il incarne la nation ou un bout de la nation", c'est une idée qui plane au-dessus de ce petit drama national de la Gifle et au-dessus de toutes les agressions d'élus (le député Mélanchon l'a même explicitement formulée, plusieurs fois il me semble).

Et en ce qui concerne les images d'Épinal avec lesquelles les communiquants jonglent, elles incluent les plus éculés des poncifs visuels et discursifs : l'image de Louis XIV en hermine et bas bleus tenant son sceptre, l'image de Napoléon sur son cheval cabré, etc. Ad nauseam. Ces images doivent faire croire que l'entité historique « France » est éternelle malgré ce qui semble lui arriver (enculerie pure et simple bien sûr).
Ces vignettes sont utilisées à des fins diverses, positives ou négatives selon les besoins du contexte et de la narration.

Dans les caricatures nationales et internationales et les couvertures de presse, l'image du roi Soleil a été très vite utilisée pour Macron, parallèlement à l'image du dynamique "gestionnaire de crise" qui ne porte pas de veste. Pour Sarkozy c'était Napoléon, le nabot arriviste (combien de fois a-t-il été représenté en Napoléon…). On ne jette pas d'aussi puissants symboles aux orties.
Belle analyse de la sémiologie du pouvoir.

En vérité je vous le dis,
Macron est une ignoble petite fiotte à nègres,
aussi prétentieuse qu'incapable...
Évangile selon Saint-Bergo, chapitre 5, de 24 à 47

F4ED5D32-4098-4FF5-BF24-66216C143FED.jpegEx1DqOzWUAUzmT-.jpeg
 

templeXIII

SA- chef d'escouade supérieur
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
2,378
Reaction score
4,812
Sissi, une tapette : une petite tape. Comme dans "Je te tiens tu me tiens par la barbichette, le premier de nous deux qui rira aura une tapette". 😄

Avec Sarkozy on a effectivement eu un premier représentant de la nation qui ne savait pas se tenir. Qui disait "On ceci, On cela" au lieu de dire "Nous", par exemple, et qui avait très peu de culture. Il tranchait nettement sur ses prédecesseurs, et son atlantisme était manifeste, décomplexé et même mis en scène de façon très embarrassante (dédicace à ceux qui se souviennent de ses pénibles joggings en casquette/t-shirt NYPD…).

Je ne sais pas si l'idée d'un pouvoir mondial doit être liée au sanhédrin ou si elle n'est tout simplement pas inscrite dans le genre humain et se retrouve donc dans divers empires, tels ceux de Mésopotamie qui se donnaient explicitement une mission de règne cosmique (sur tout le cosmos c'est-à-dire sur l'environnement dans sa totalité).
En revanche ce qu'on peut créditer aux juifs sur ce plan c'est d'avoir trouvé, ou du moins le mieux appliqué, la formule efficiente de cet instinct naturel de règne mondial : noyauter les différents empires de la Terre et se constituer, eux, en gouvernement informel de l'ombre. Le règne indirect par le Réseau. Évidemment la méthode est appliquée par d'autres, les jésuites par exemple, mais la longue expérience des chouifs et leur obscur mélange d'intérêts ethniques, culturels et spirituels fonctionne apparemment du tonnerre…

A
Je ne sais pas ce que tu veux dire par « l'image du président au cours des âges n'a eu de cesse que de valoriser un gouvernement mondial », je ne vois pas comment cette idée se traduit dans le discours "sémiotique" public, quelle forme elle revêt. Mais je pense au contraire que la vieille idée de personnage incarnant la nation est très régulièrement utilisée. C'est une idée dont raffolent les communiquants, un concept qui parle à tout le monde, il n'y a qu'à voir la popularité des familles royales et l'empressement autour des plus grands capitaines d'industrie (nabab par-ci, empereur par là…).


Plus la nation disparaît, plus le monde se désincarne et se délite dans un réseau aussi complexe qu'impersonnel, plus ces concepts de personnage emblématique et centralisateur sont utilisés comme des boules souvenir pour entretenir l'illusion que l'identité existe encore et que tout continue comme avant, du temps où la crémière vendait le lait de la vache du paysan (personnages identifiables) alors qu'on achète du lait industriel dans un supermarché : impersonnel au possible.

En vérité (en vérité je te le dis), les vieux concepts sont volontiers mixés aux nouveautés dans le très nécessaire narratif de la propagande. Et même les (relatives) nouveautés de la gouvernance moderne ont un parfum de légendes anciennes. L'assemblée générale de l'ONU est une mise en scène qui évoque les chevaliers de la Table ronde. On ne voit pas les tablées du G7, pourquoi ? Parce que le G7 est moins démocratique ? Possible.

Pour revenir à l'idée de la "personne dont le corps est sacré car il incarne la nation ou un bout de la nation", c'est une idée qui plane au-dessus de ce petit drama national de la Gifle et au-dessus de toutes les agressions d'élus (le député Mélanchon l'a même explicitement formulée, plusieurs fois il me semble).

Et en ce qui concerne les images d'Épinal avec lesquelles les communiquants jonglent, elles incluent les plus éculés des poncifs visuels et discursifs : l'image de Louis XIV en hermine et bas bleus tenant son sceptre, l'image de Napoléon sur son cheval cabré, etc. Ad nauseam. Ces images doivent faire croire que l'entité historique « France » est éternelle malgré ce qui semble lui arriver (enculerie pure et simple bien sûr).
Ces vignettes sont utilisées à des fins diverses, positives ou négatives selon les besoins du contexte et de la narration.

Dans les caricatures nationales et internationales et les couvertures de presse, l'image du roi Soleil a été très vite utilisée pour Macron, parallèlement à l'image du dynamique "gestionnaire de crise" qui ne porte pas de veste. Pour Sarkozy c'était Napoléon, le nabot arriviste (combien de fois a-t-il été représenté en Napoléon…). On ne jette pas d'aussi puissants symboles aux orties.


Merci de partager. Ce serait tellement plus motivant, efficace et rapide de le faire face et face! :)
Il faut travailler sur l'idée de Dieu, pour comprendre la volonté hégémonique des juifs du sanhédrin sur la création, et non sur une cosmologie.

A
Je voulais dire qu'en dépréciant volontairement et à petit feu l'image et l'efficacité d'un système national de direction, on valorise implicitement l'idée d'un gouvernement extérieur à la nation, au dessus de la nation.
Finalement cela va de concert avec la dépréciation de la nation et évidemment du nationalisme qui est supportée et financée en permanence par la juiverie.
Ce qui est retiré à l'un va naturellement à l'autre. L'humanité bouge comme ceci, il n'y a toujours qu'une seule alternative pour un mouton, parce qu'il ne peut pas ou ne veut pas prendre de recul.

Ce que tu décris ensuite, j'y adhère globalement, ce sont toutes les conséquences du libéralisme celui de la destructuration de la vérité par des sophismes.
Pour la filiation de cette destructuration il faut lire Alain Pascal, et pour le fonctionnement du libéralisme dans la destruction des principes et vertus, et donc dans la préhension humaine de la vérité, il faut lire Monseigneur Lefebvre "Ils l'ont découronné". Mais E. Drumont par ses longues descriptions pleines d'humour et bien ciselées, nous apporte les applications! :)
 

Comte de la Crypto

SA- soldat
Membre confirmé
Membre
Joined
Mar 24, 2021
Messages
334
Reaction score
648
Il y a de fortes chances pour que ce soit une mise en scène orchestrée par Macron lui-même pour susciter une sorte de réflexe de solidarité nationale autour de sa personne.

Il est vrai que la scène est étrange...
Macron arrive en trottant et va directement sur "l'agresseur", qui ni une ni deux lui en met une dans la trogne...

J'ai presque entendu Besson "non, non, nooon... ça ne va pas les enfants! On la refait! Un peu plus de naturel s'il vous plait"

Mais comme notre monde et nos relations n'ont plus rien de naturel... on ne sait plus...
 

Mandjian Delamoor

SA- chef d'équipe
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
648
Reaction score
2,173
Merci de partager. Ce serait tellement plus motivant, efficace et rapide de le faire face et face! :)
Il faut travailler sur l'idée de Dieu, pour comprendre la volonté hégémonique des juifs du sanhédrin sur la création, et non sur une cosmologie.

A
Je voulais dire qu'en dépréciant volontairement et à petit feu l'image et l'efficacité d'un système national de direction, on valorise implicitement l'idée d'un gouvernement extérieur à la nation, au dessus de la nation.
Finalement cela va de concert avec la dépréciation de la nation et évidemment du nationalisme qui est supportée et financée en permanence par la juiverie.
Ce qui est retiré à l'un va naturellement à l'autre. L'humanité bouge comme ceci, il n'y a toujours qu'une seule alternative pour un mouton, parce qu'il ne peut pas ou ne veut pas prendre de recul.

Ce que tu décris ensuite, j'y adhère globalement, ce sont toutes les conséquences du libéralisme celui de la destructuration de la vérité par des sophismes.
Pour la filiation de cette destructuration il faut lire Alain Pascal, et pour le fonctionnement du libéralisme dans la destruction des principes et vertus, et donc dans la préhension humaine de la vérité, il faut lire Monseigneur Lefebvre "Ils l'ont découronné". Mais E. Drumont par ses longues descriptions pleines d'humour et bien ciselées, nous apporte les applications! :)
Merci pour les références. ;)

Il faut travailler sur l'idée de Dieu, pour comprendre la volonté hégémonique des juifs du sanhédrin sur la création, et non sur une cosmologie.
Attention, je ne parle pas de cosmologie, mais de cosmos tout court, qui est l'équivalent exact de la Création en langage non-biblique — cosmos et Création sont synonymes.

Je voulais dire qu'en dépréciant volontairement et à petit feu l'image et l'efficacité d'un système national de direction, on valorise implicitement l'idée d'un gouvernement extérieur à la nation, au dessus de la nation.
Finalement cela va de concert avec la dépréciation de la nation et évidemment du nationalisme qui est supportée et financée en permanence par la juiverie.
Ce qui est retiré à l'un va naturellement à l'autre. L'humanité bouge comme ceci, il n'y a toujours qu'une seule alternative pour un mouton, parce qu'il ne peut pas ou ne veut pas prendre de recul.
D'accord, je comprends la logique, mais comment ça se traduit dans le monde du discours – qui est fondamental – c'est ce qu'il faudrait essayer de voir.
Est-ce que la Propagande (=discours public volontaire + discours public involontaire car naturellement repris par les "éponges") ne donne pas justement de fausses images de Pouvoirs nationalistes agissants, bien identifiés selon d'anciennes lignes (ethniques, historiques, etc.) alors que dans la réalité c'est tout à fait le contraire ? Les pouvoirs effectifs, les rouages agissants sont transnationaux, essentiellement industriels et douloureusement interdépendants.

Moi je pense qu'il y a des propagandes et qu'elles sont harmonisées, modulées à loisir. L'image des Chefs - dont la réalité est caduque - est utilisée alternativement à l'image du Concert des Chefs (la Table ronde, le grand Conseil des Sages, le sommet des Grands, la farandole des Bonnes Volontés Unies…). Ces deux images sont fausses, illusoires. Dans la réalité ce ne sont ni les uns ni l'autre qui font "tourner le monde" et qui décident des directions à prendre, des chantiers à engager, des choses à détruire et des choses à planter à plus ou moins long terme. Dans la réalité les araignées "décisionnaires" qui tissent les plans sont des groupes très discrets du type CFR, Bilderberg ou d'autres plus ou moins connus des radars (Instituts et think tanks divers) dont la Propagande ne parle pas.

(…) ce sont toutes les conséquences du libéralisme celui de la destructuration de la vérité par des sophismes.
Pour la filiation de cette destructuration il faut lire Alain Pascal, et pour le fonctionnement du libéralisme dans la destruction des principes et vertus, et donc dans la préhension humaine de la vérité (…)
Je suis ici globalement d'accord avec toi, encore que la "vérité" soit une réalité très délicate à discuter, mais je ne veux pas faire mon Pilate ! Et j'estime qu'il faut être audacieux avec sa vision de la vérité.
De mon côté je trouve que le classique mais trop peu lu Max Weber fournit une précieuse compréhension de toute la mentalité en arrière-plan du libéralisme, de la préhistoire du monde moderne tordu et décadent dans lequel on essaye de survivre…
 

templeXIII

SA- chef d'escouade supérieur
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
2,378
Reaction score
4,812
Merci pour les références. ;)


Attention, je ne parle pas de cosmologie, mais de cosmos tout court, qui est l'équivalent exact de la Création en langage non-biblique — cosmos et Création sont synonymes.


D'accord, je comprends la logique, mais comment ça se traduit dans le monde du discours – qui est fondamental – c'est ce qu'il faudrait essayer de voir.
Est-ce que la Propagande (=discours public volontaire + discours public involontaire car naturellement repris par les "éponges") ne donne pas justement de fausses images de Pouvoirs nationalistes agissants, bien identifiés selon d'anciennes lignes (ethniques, historiques, etc.) alors que dans la réalité c'est tout à fait le contraire ? Les pouvoirs effectifs, les rouages agissants sont transnationaux, essentiellement industriels et douloureusement interdépendants.

Moi je pense qu'il y a des propagandes et qu'elles sont harmonisées, modulées à loisir. L'image des Chefs - dont la réalité est caduque - est utilisée alternativement à l'image du Concert des Chefs (la Table ronde, le grand Conseil des Sages, le sommet des Grands, la farandole des Bonnes Volontés Unies…). Ces deux images sont fausses, illusoires. Dans la réalité ce ne sont ni les uns ni l'autre qui font "tourner le monde" et qui décident des directions à prendre, des chantiers à engager, des choses à détruire et des choses à planter à plus ou moins long terme. Dans la réalité les araignées "décisionnaires" qui tissent les plans sont des groupes très discrets du type CFR, Bilderberg ou d'autres plus ou moins connus des radars (Instituts et think tanks divers) dont la Propagande ne parle pas.


Je suis ici globalement d'accord avec toi, encore que la "vérité" soit une réalité très délicate à discuter, mais je ne veux pas faire mon Pilate ! Et j'estime qu'il faut être audacieux avec sa vision de la vérité.
De mon côté je trouve que le classique mais trop peu lu Max Weber fournit une précieuse compréhension de toute la mentalité en arrière-plan du libéralisme, de la préhistoire du monde moderne tordu et décadent dans lequel on essaye de survivre…

Très Intéressant tout ça. Ce sont ces partages qui apprennent des choses efficaces! :)
Merci bien.
J'ai imprimé ton texte pour y revenir en plusieurs fois, sinon la tartine sera immangeable!

Création et cosmos ne sont pas synonymes, mais tu pars de ce principe. Ok.
Donc ok pour la création. Mais la création implique des créés et un créateur, il y a bien une relation souverain à sujets. Dieu ne fait pas partie de la création. La France s'est constituée en nation après l'organisation de la royauté, avec un roi lieutenant du Christ, régent en quelque sorte du royaume christique sur terre. D'ailleurs c'est l'objet de la triple donation de 1429 (Jeanne/Charles 7- "PV" au Vatican (s'ils ne l'ont pas brûlé!:) )). L'idée du grand homme droit(comme un père, colonne vertébrale) vient de là en France. Et il est vrai que pendant les temps féodaux, les conditions de vie en France se sont largement améliorées et la population a mieux vécu collectivement, dans cette société organique. L'ora tant militaire que scientifique ou qu'économique inondait toute l'Europe. Le paysan du coin le savait et priait son roi pour qu'il suive convenablement la voie du Christ. Il y a des tas de textes (beaucoup savaient écrire et lire) qui sont magnifiques de simplicité d'humilité et de bonté courageuse.
Les juifs, on le sait tous se sont opposés au Christ avant même sa passion (même aux prophéties), il y a même des sociétés secrètes de son vivant (Simon le magicien est le plus connu). Dès le 2è siècle(à peu près...), les deux Talmud et à partir du XII la cabale. Il faut rappeler que la cabbale nait en France, dans le Sud plutôt Ouest, rabbins et marranes présents inondaient de leurs hérésies (albygeois, catharisme...)
La France depuis Clovis prend le flambeau christique et les juifs se sont acharnés sur son peuple et ses rois depuis lors. Un tel acharnement laisse tout de même à penser que le catholicisme présente un intérêt indéniable comme force d'opposition contre la juiverie. Rien que cela doit nous faire réfléchir.

Il est donc tout à fait logique, que toute la production COLLECTIVE de la civilisation française doivent être détruite par la juiverie. Lorsque tu vois ce qui a été changé ou détruit au cours des siècles à partir du moment où on n'a pas éjecté la juiverie, tu peux remarquer ce qui faisait l'efficacité collective de notre civilisation. Le prédateur vise la tête pour tuer.

Pour ce qui est de la méthode, c'est toujours la même avec la juiverie fragile et luciférienne.
Cette méthode est particulièrement visible avec zemmour.
A un moment donné, une fois les moutons rangés (matérialisme/libéralisme), on regarde les réfractaires qui se battent et restent opposés. Ces opposants ultimes qu'on ne peut pas contrer de face car trop formés et/ou trop courageux, on les accompagnent vers la sortie! :)
La juiverie va envoyer un émissaire qui va attester du constat des opposants et s'accorder avec, puis une fois accepté par les opposants, va initier, instiller des tangentes sémantiques et finalement conceptuelles.
Tu as compris la suite...appât du gain, maçonnerie, philosophisme,....
Pour nous, une fois la république bien installée (à partir de la troisième) il fallait un homme fort, faux roi et vrai président pour accompagner les français à la porte du 3è temple. En fonction de l'état civilisationnel de la population, la juiverie de satan a agit de concert. Pour moi ce concert dure depuis trop longtemps pour ne pas être surnaturel. Mais c'est mon point de vue.
Après Marcuse, et tous les délires humains de la fin des 60's, il ne restait plus qu'à détruire l'image même des faux rois. Giscard et son accordéon, les suivants "techniciens" de la banque (aucune surnature), Mitterrand le conspirateur, à l'orgueil acheté au prix fort auprès du "spécialiste", Chirac le merdeux qui faisait peuple mais qui n'était que délégué à la république française (bon: Irak et référendum Maastricht- il savait ce qui en serait fait), et on a parlé des trois autres.
Dans le discours, ou le fil du temps, ce sont les affaires d'argent, de femmes, de scooters, et avec Micron
c'est l'appothéose avec les excuses à l'étranger, les trahisons en tous genres qui donnent honte à la population qui ne se reconnait plus collectivement dans sa nation, dans son pays, sur SA terre.
Terre qui n'est même plus indispensable tant la population est zombifiée.
Ajoute la pub juives, les fringues juives, les média juifs puis désormais les medium juifs, et voilà! :)
Une baballe blanche et des nègres marrons..... :)
On est combien en France à se rendre compte de cela, 100000 maximum. Les autres vont suivre mais il faut le temps.
Je crois que c'est Machiavel: "Il y a les esprits qui comprennent tous seuls, C'est qui comprennent lorsqu'on leur explique, et ceux qui ne comprendront rien, qu'on leur explique ou pas."

Rhoo la longueur du texte.... Délosé...heuu non Désolé.
 

templeXIII

SA- chef d'escouade supérieur
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
2,378
Reaction score
4,812
Merci pour les références. ;)
........
Je suis ici globalement d'accord avec toi, encore que la "vérité" soit une réalité très délicate à discuter, mais je ne veux pas faire mon Pilate ! Et j'estime qu'il faut être audacieux avec sa vision de la vérité.
De mon côté je trouve que le classique mais trop peu lu Max Weber fournit une précieuse compréhension de toute la mentalité en arrière-plan du libéralisme, de la préhistoire du monde moderne tordu et décadent dans lequel on essaye de survivre…

Chapitre deux! argghhh nooonnn...

La vérité c'est crucial en effet. Sans s'appuyer sur ce qu'on tient pour vrai on ne peu pas se projeter.
Et justement, c'est cela qu'attaque en premier la juiverie!

Si Diouf me fiche un beigne, j'aurais pris la beigne. Qu'on la voit de loin ou de près, qu'on voit la haine dans le regard de Diouf ou mon visage déformé, je me serais pris la même beigne. Il n'y a qu'une vérité.
J'aurais pu prendre l'exemple de M. le Baron qui me renverse avec son 4x4 d'émir...

C'est le délire cartésien. L'homme qui disait douter de tout jusqu'à ce qu'il ait une idée qui lui semblât sérieuse, qui avançait masqué (c'est de lui) et qui trafiquotait en "Hollande" avec les illuminés et la juiverie nous a laissé Sa phrase: "je pense donc je suis".
Pour lui, dans le texte, il n'existait que parce qu'il avait une idée de lui-même. Sa pensée le créait en quelque sorte. ça nous mène directement au barbu qui veut qu'on ne l'appelle pas monsieur. Par contre on pourrait appeler le barbu Arthur sans problème...Avec une épée à deux mains...Non?
En fait Descartes aurait mieux fait, au lieu de mathématiques, d'observer la création par ses sens et d'approfondir la physique.
Il n'y a qu'une seule vérité, et comme tu l'as écrit, les juifs n'ont eu de cesse que de la travestir pour empêcher les civilisations catholiques (en premier), mais aussi les autres moins bien armées, d'être pérennes et prospères.
 
Last edited:

Mandjian Delamoor

SA- chef d'équipe
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
648
Reaction score
2,173
Cher templeXIII, merci pour tes réponses. Je ne vais pas me lancer dans un débat au long cours car d'une, je n'ai pas le temps pour des échanges de fond suivis sur ce forum, et de deux cela donnerait un fil qui pourrait ressembler à Chrétiens/Païens et la dernière fois que j’y ai jeté un œil j’ai pas trouvé ça très édifiant… Je vais essayer de m’en tenir à une synthèse ciblée de ma position (je vais essayer !), tout en te répondant sur certains points.

Création et cosmos ne sont pas synonymes, mais tu pars de ce principe. Ok.
Donc ok pour la création. Mais la création implique des créés et un créateur, il y a bien une relation souverain à sujets. Dieu ne fait pas partie de la création.
Je ne comprends pas bien pourquoi tu « bloques » sur le mot cosmos. Les Pères grecs utilisent ce terme pour parler de la Création, c’est-à-dire de notre environnement organisé, par opposition au chaos. Le terme est employé par les théologiens de l’Église dès les premiers siècles, il est parfaitement orthodoxe… Dieu (Christ Pantocrator) a créé un univers organisé, un « cosmos », ce cosmos est sa création. C’est le monde tel qu’il se présente au quatrième jour, avant la création des êtres vivants (d’après la Genèse).

Je crois déduire qu’en insistant sur la relation des créatures au Créateur de la création :), tu soulignes en quelque sorte la racine de ton argumentation, qui est (?) que le Créateur a un plan suprême et qu’en tant que créatures nous faisons « partie » du plan que nous le voulions ou non. Est-ce correct ?

— À propos de ton développement sur l’histoire de France.

Alors là honnêtement c’est, pour moi, ésotérique. Et aussi un tout petit peu idéalisé : « Le paysan du coin le savait et priait son roi pour qu'il suive convenablement la voie du Christ. » Je ne dis pas que cela n’a pas existé mais c’est à mon avis très simplifié. En passant, tu n’as pas à me convaincre que le Moyen Age n’était pas l’âge sombre des légendes républicaines, tu prêcherais à un convaincu. :D

Il en va de même pour les quelques jalons historiques que tu fournis, ok, je connais la plupart de ces données, c’est sur la signification que tu leur attribues que je diverge. À savoir que, le rôle prophétique de la France, sa destinée prophétique et les prophéties en général, j’adhère pas. En tout cas pas de cette façon : je pense que la France a joué un rôle central sur la scène du monde et que désormais elle en est — comme toutes les autres nations européennes et du monde — réduite à suivre la voix du globalisme. Puissé-je avoir tort.

De plus, quand on voit ce que les juden ont fait à l’Allemagne, à sa culture, à son « biotope » spirituel très élevé (cela inclut les grands penseurs, écrivains, musiciens, scientifiques…) on relativise nécessairement la place « suprême » de la France. Tu vas me dire que l’Allemagne n’avait pas le « flambeau du Christ », eh bien je n’adhère pas non plus à cette idée de porte-flambeau du Christ.

Pareillement, ce que tu décris sur la dégradation de l’image des présidents, sur la décadence de la société française et sa chute dans l’apathie matérialiste : ceci s’applique à beaucoup d’autres peuples, c’est la tendance du monde, la pente que suivent peu ou prou toutes les nations.

Un tel acharnement laisse tout de même à penser que le catholicisme présente un intérêt indéniable comme force d'opposition contre la juiverie
Je suis d’accord. Le catholicisme a bien fait chier les juifs, en plus d’avoir énormément de mérites et d’accomplissements (pour le dire prosaïquement) ; je suis loin d’être anti-catholique. Mais il a visiblement fini sa course dans le monde.

— Ta deuxième partie.

Bon je passe sur tes exemples un peu puérils (tout de même) pour illustrer le supposé caractère objectif de la vérité… Et donc ? Tu compares ces exemples d’ « actions concrètes et observables » (la beigne de Diouf et l’accident de 4x4) avec quoi ? Avec la foi en Christ + en tout ce que la Bible dit (bonjour la chasse à la bonne version) + dans les interprétations de ce contenu biblique faites par…l’Église > catholique > romaine *mais pas celle de Vatican II*, Etc. (…encore plus de critères restrictifs…) ? Ouf ! Ça, pour toi, c’est aussi « objectif » qu’un phénomène observable du monde physique (du cosmos) ?

Si la vérité peut être aussi objective qu’un phénomène physique (beigne, accident, pigeon qui chie sur la tête…) eh bien ce n’est pas une vérité, c’est une réalité.

En vérité la vérité ne peut pas être objective, elle ne peut qu’être affirmative, que proclamatoire, et comme le dit en substance un sale juif dans les évangiles : Si elle vient de Dieu, elle subsistera, sinon, elle disparaîtra, vous fatiguez pas les gars.

C'est le délire cartésien. (…)
Je ne faisais pas allusion au « délire cartésien » du parti pris subjectiviste (qui a dégénéré en relativisme absolu) quand je commentais tes mots sur la « vérité ». Je te suggérais à mi-mots que ce que tu nommes « vérité » est simplement ta vérité 1) catholique 2) d’une certaine tendance parmi 3) différentes tendances traditionalistes, etc. > Entonnoir qui aboutit logiquement à la secte. Je disais aussi qu’en affirmant comme tu le fais cette vérité qui est la tienne, tu as peut-être un rapport plus authentique, je dirais, avec la vérité.

les juifs n'ont eu de cesse que de la travestir pour empêcher les civilisations catholiques (en premier), mais aussi les autres moins bien armées, d'être pérennes et prospères.
Les juifs travestissent et agissent contre toutes les sociétés, oui, mais peut-on affirmer que les sociétés catholiques ont chuté seulement par le juif ? Elles étaient également travaillées par leurs propres vices… Si je mentionne la réforme luthérienne tu risques de me faire le « topo-bateau » des raisons sociopolitiques :p donc je la mentionne en précisant qu’elle a été précédée, sur des siècles, de tentatives similaires de réformes, c’est-à-dire de purification et de luttes contre la corruption ecclésiastique. Donc qu’il y avait de gros problèmes récurrents, dans les sociétés catholiques, qui n’étaient pas liés au juifs.

Pardonne-moi si je ne te réponds pas plus rapidement ou aussi longuement la prochaine fois ! Il faut aussi que je garde un peu de temps pour dire des conneries sur les autres fils…😊
 
Last edited:

templeXIII

SA- chef d'escouade supérieur
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
2,378
Reaction score
4,812
Cher templeXIII, merci pour tes réponses. Je ne vais pas me lancer dans un débat au long cours car d'une, je
— À propos de ton développement sur l’histoire de France.
.....
Pardonne-moi si je ne te réponds pas plus rapidement ou aussi longuement la prochaine fois ! Il faut aussi que je garde un peu de temps pour dire des conneries sur les autres fils…😊

Merci également de ta réponse. D'accord pour les disponibilités, je suis obligé d'écrire par petits morceaux...
Et effectivement, pitié, pas de dérive comme sur le fil Païens/je ne sais plus..

Pour le cosmos, c'est surtout pour ne pas risquer de tomber dans les monismes, et les gnoses qui ont permis "les retournements" de la vérité. Je n'écris pas pour moi, mais pour éventuellement en aider d'autres.
Pour être plus efficace, je pense qu'il faut mieux commencer par les choses simples, c'est-à-dire les principes et les vertus.

Pour les paysans du coin, ce n'est pas idéalisé, l'expression était pour alléger le texte; j'ai du faire des recherches pour une demeure fin 12è début 13è, avec des restaurations début XVII, et j'ai lu en pseudo français (le temps à y passer.....) des lettres aux évêques, aux moines, des doléances aux seigneurs...Et on y trouve des allusions à des problèmes de voisinage, de terrains, de ferronniers qui ne font pas leur boulot correctement, et avant les départs réguliers vers la Terre Sainte pour des pèlerinages, les demandes et prières. Dans moins de la moitié des cas, ces textes étaient dictés à des moines .
Difficile de parler de proportion de la population, mais il y avait beaucoup plus de "lettrés" que ce que l'on nous raconte. Ceci explique cela, tu ne montes pas une maison sans écrire et faire des calculs, les études de sol ne se faisaient pas au doigt mouillé, idem pour le moindre ferronnier. Les paysans faisaient des arpentages pour les terriers sous la surveillance d'un officier seigneurial ou de l'évêcher ou d'un mandaté. Je n'invente rien, je l'ai lu.

Pour l'histoire de la baffe, c'est un exemple pour être mieux compris, c'est un forum; ce n'est pas une thèse.
Si tu admets que la vérité dépend de la personne, alors c'est l'égarement, dans la continuité de Descartes.
Il n'y a pas de différence entre la vérité et la réalité. C'est une question d'acquité je dirais, mais quelque soit
le niveau de complexité de ce que l'on est capable de décrire, tous les niveaux doivent être cohérents, sinon on s'est trompé.
Le sale juif dont tu parles va dans mon sens, seul Dieu dit la vérité, puisque la création c'est lui, il connait ce qu'il a créé. Ultimement, la vérité c'est Lui. C'est la définition d'un Dieu unique.
Si tu admets que tout le monde a son "impression" qui est une vérité, alors il est impossible de constituer collectivement une société pérenne. Un jour ou l'autre tout sera détruit, et on ne peut pas construire et évoluer sur des fondations fluctuantes.
C'est pour cela que j'ai insisté sur ce point. C'est toujours là que ça bloque, c'est toujours intéressant et cela pose question sur l'avenir collectif. Comme tu le vois, il est inutile de viser plus haut, mieux vaut une juste description des pissenlits qu'une mauvaise envolée sur l'univers, et ce sont les conséquences vertueuses d'une société organique.
Les prophéties ne m'intéressent pas non plus, parce que je suis incapable de les comprendre quand elles sont faites. Je ne peut envisager le monde qu'en l'observant, donc a postériori.
Et les hommes sont traversés par pas mal de turpitudes, dans le monde catholique comme ailleurs, les juifs n'ont fait que s'en servir.

Je n'ai aucune idée préconçue et je ne te recouvrirai jamais de milliards de lignes pour prouver mon point de vue, d'abord parce que je les connais pas, et surtout parce que je préfère observer et comprendre pour mieux agir. C'est en fait pour cela que je fais mon métier et que je suis apprécié pour cela jusqu'à présent!

Mais je te l'accorde, ce que j'écris n'est pas académique, parce que ce que j'ai lu m'a confirmé ce qu'avant j'avais déduit, avec plus de détails évidemment. Je ne recrache pas ce que j'ai lu parce qu'aujourd'hui cela me semble juste. C'est mon point de vue.

Merci de ta patience! :)

Voici une synthèse d'une dizaine de pages à ceux qui voudront la lire; cela vient d'un article qui me semble assez intéressant; cela ne va pas plaire à tout le monde, mais comme je l'ai déjà écrit, si la vérité s'oppose à ses croyances, alors il vaut vérifier par les sens et changer d'avis s'il le faut.
https://www.nice-provence.info/2021/06/06/synagogue-satan/
 

Mandjian Delamoor

SA- chef d'équipe
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
648
Reaction score
2,173
Merci également de ta réponse. D'accord pour les disponibilités, je suis obligé d'écrire par petits morceaux...
Et effectivement, pitié, pas de dérive comme sur le fil Païens/je ne sais plus..

Pour le cosmos, c'est surtout pour ne pas risquer de tomber dans les monismes, et les gnoses qui ont permis "les retournements" de la vérité. Je n'écris pas pour moi, mais pour éventuellement en aider d'autres.
Pour être plus efficace, je pense qu'il faut mieux commencer par les choses simples, c'est-à-dire les principes et les vertus.

Pour les paysans du coin, ce n'est pas idéalisé, l'expression était pour alléger le texte; j'ai du faire des recherches pour une demeure fin 12è début 13è, avec des restaurations début XVII, et j'ai lu en pseudo français (le temps à y passer.....) des lettres aux évêques, aux moines, des doléances aux seigneurs...Et on y trouve des allusions à des problèmes de voisinage, de terrains, de ferronniers qui ne font pas leur boulot correctement, et avant les départs réguliers vers la Terre Sainte pour des pèlerinages, les demandes et prières. Dans moins de la moitié des cas, ces textes étaient dictés à des moines .
Difficile de parler de proportion de la population, mais il y avait beaucoup plus de "lettrés" que ce que l'on nous raconte. Ceci explique cela, tu ne montes pas une maison sans écrire et faire des calculs, les études de sol ne se faisaient pas au doigt mouillé, idem pour le moindre ferronnier. Les paysans faisaient des arpentages pour les terriers sous la surveillance d'un officier seigneurial ou de l'évêcher ou d'un mandaté. Je n'invente rien, je l'ai lu.

Pour l'histoire de la baffe, c'est un exemple pour être mieux compris, c'est un forum; ce n'est pas une thèse.
Si tu admets que la vérité dépend de la personne, alors c'est l'égarement, dans la continuité de Descartes.
Il n'y a pas de différence entre la vérité et la réalité. C'est une question d'acquité je dirais, mais quelque soit
le niveau de complexité de ce que l'on est capable de décrire, tous les niveaux doivent être cohérents, sinon on s'est trompé.
Le sale juif dont tu parles va dans mon sens, seul Dieu dit la vérité, puisque la création c'est lui, il connait ce qu'il a créé. Ultimement, la vérité c'est Lui. C'est la définition d'un Dieu unique.
Si tu admets que tout le monde a son "impression" qui est une vérité, alors il est impossible de constituer collectivement une société pérenne. Un jour ou l'autre tout sera détruit, et on ne peut pas construire et évoluer sur des fondations fluctuantes.
C'est pour cela que j'ai insisté sur ce point. C'est toujours là que ça bloque, c'est toujours intéressant et cela pose question sur l'avenir collectif. Comme tu le vois, il est inutile de viser plus haut, mieux vaut une juste description des pissenlits qu'une mauvaise envolée sur l'univers, et ce sont les conséquences vertueuses d'une société organique.
Les prophéties ne m'intéressent pas non plus, parce que je suis incapable de les comprendre quand elles sont faites. Je ne peut envisager le monde qu'en l'observant, donc a postériori.
Et les hommes sont traversés par pas mal de turpitudes, dans le monde catholique comme ailleurs, les juifs n'ont fait que s'en servir.

Je n'ai aucune idée préconçue et je ne te recouvrirai jamais de milliards de lignes pour prouver mon point de vue, d'abord parce que je les connais pas, et surtout parce que je préfère observer et comprendre pour mieux agir. C'est en fait pour cela que je fais mon métier et que je suis apprécié pour cela jusqu'à présent!

Mais je te l'accorde, ce que j'écris n'est pas académique, parce que ce que j'ai lu m'a confirmé ce qu'avant j'avais déduit, avec plus de détails évidemment. Je ne recrache pas ce que j'ai lu parce qu'aujourd'hui cela me semble juste. C'est mon point de vue.

Merci de ta patience! :)

Voici une synthèse d'une dizaine de pages à ceux qui voudront la lire; cela vient d'un article qui me semble assez intéressant; cela ne va pas plaire à tout le monde, mais comme je l'ai déjà écrit, si la vérité s'oppose à ses croyances, alors il vaut vérifier par les sens et changer d'avis s'il le faut.
https://www.nice-provence.info/2021/06/06/synagogue-satan/
Jusqu'ici on se tient bien. 🤪

— Pour le paysan du Moyen Age : en fait je ne remettais pas en question la généralisation de son alphabétisation mais la généralisation du fait qu'il priait "pour son roi pour qu'il suive convenablement la voie du Christ", c'est cela qui me semble un poil idéalisé dans sa généralisation — j'aurais dû préciser. Les rois, les seigneurs, les grands de ce monde…n'étaient pas toujours dans le cœur des crotteux, pour diverses raisons.

— « Le sale juif dont tu parles va dans mon sens, seul Dieu dit la vérité, puisque la création c'est lui, il connait ce qu'il a créé. Ultimement, la vérité c'est Lui. C'est la définition d'un Dieu unique. »
Bah j'ai pas dit le contraire. :p Bien que Dieu puisse aussi mentir et se jouer des hommes (mais là encore…débat trop long). Je dis juste que c'est l'identité de Dieu qui ne va pas être facile à déterminer. C'est un peu mon propos central dans notre échange.

— « Si tu admets que tout le monde a son "impression" qui est une vérité, alors il est impossible de constituer collectivement une société pérenne. Un jour ou l'autre tout sera détruit, et on ne peut pas construire et évoluer sur des fondations fluctuantes. »

Idem, je ne parle surtout pas d'"impression" faisant office de vérité perso (mais je comprends que ça puisse facilement se déduire), je parle d'un libre-arbitre inhérent à l'humain et d'une impossibilité de définir Dieu — de le définir objectivement, pour en faire un "concept fonctionnel" — impossible définition qui interdit à quiconque de l'imposer unilatéralement à autrui. Mais, oui, en effet, et c'est là tout le paradoxe de notre malheureuse condition d'homme, il faut une sorte de vérité ou un ensemble de vérités communes pour "faire société". L'authentique "vérité spirituelle" commune me semble avoir fait son temps, en tout cas dans sa version transcendante. Ce n'est que mon numblavi…
 

templeXIII

SA- chef d'escouade supérieur
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
2,378
Reaction score
4,812
Jusqu'ici on se tient bien. 🤪

— Pour le paysan du Moyen Age : en fait je ne remettais pas en question la généralisation de son alphabétisation mais la généralisation du fait qu'il priait "pour son roi pour qu'il suive convenablement la voie du Christ", c'est cela qui me semble un poil idéalisé dans sa généralisation — j'aurais dû préciser. Les rois, les seigneurs, les grands de ce monde…n'étaient pas toujours dans le cœur des crotteux, pour diverses raisons.

— « Le sale juif dont tu parles va dans mon sens, seul Dieu dit la vérité, puisque la création c'est lui, il connait ce qu'il a créé. Ultimement, la vérité c'est Lui. C'est la définition d'un Dieu unique. »
Bah j'ai pas dit le contraire. :p Bien que Dieu puisse aussi mentir et se jouer des hommes (mais là encore…débat trop long). Je dis juste que c'est l'identité de Dieu qui ne va pas être facile à déterminer. C'est un peu mon propos central dans notre échange.

— « Si tu admets que tout le monde a son "impression" qui est une vérité, alors il est impossible de constituer collectivement une société pérenne. Un jour ou l'autre tout sera détruit, et on ne peut pas construire et évoluer sur des fondations fluctuantes. »

Idem, je ne parle surtout pas d'"impression" faisant office de vérité perso (mais je comprends que ça puisse facilement se déduire), je parle d'un libre-arbitre inhérent à l'humain et d'une impossibilité de définir Dieu — de le définir objectivement, pour en faire un "concept fonctionnel" — impossible définition qui interdit à quiconque de l'imposer unilatéralement à autrui. Mais, oui, en effet, et c'est là tout le paradoxe de notre malheureuse condition d'homme, il faut une sorte de vérité ou un ensemble de vérités communes pour "faire société". L'authentique "vérité spirituelle" commune me semble avoir fait son temps, en tout cas dans sa version transcendante. Ce n'est que mon numblavi…

Avé!
Intéressant de partager avec toi. On dégage les différences vraiment essentielles.

-Pour "les gueux", et d'après les textes que j'ai lus, peut-être s'agissait-il d'une famille de seigneurs particulièrement droite et respectée, mais je garantis avoir lu des souhaits et des prières avant le départ en Terre Sainte du Seigneur en question. Après ce n'était peut-être pas légion, et d'après les terriers sur lesquels j'ai travaillé, les terres étaient productives et la région sinon très prospère, était assez stable.
Sans être trop précis cette région est particulièrement importante pour les débuts de la royauté française.
Mais regarde les vendéens, ils sont allés chercher les seigneurs, il y avait donc un minimum de confiance.
Les nobles n'avaient qu'à fuir ou se soumettre comme d'autres nobles déchus l'ont fait; la population aurait été abandonnée.

-Ok pour le sale juif.
Le Dieu des catholiques ne ment pas. ça, c'est ce que propose Lucifer à Eve.
Il n'y a pas non plus un Dieu bon et un Dieu mauvais, qui ferait partie du même monde.
Il y a un créateur et celui par nature qui s'oppose à la création divine.
ça c'est à peu près tous les mythes à travers toutes civilisations humaines, même chez les nègres (en simplifié pour le mythe lui-même), à travers les siècles (Hiram/Osiris/etc..) Il faut lire J.-C. Lozac'Hmeur "les fils de la Veuve", il te plairait.

- pour la Vérité, alors que de mon point de vue il ne peut y en avoir qu'une, le reste est une impression, c'est pour cela que j'ai utilisé le mot.
Dieu se définit très bien mais ne peut se comprendre complètement, à partir du moment où on accepte qu'il puisse nous être supérieur, et que sa connaissance qui a servi à créer notre monde n'est pas à notre portée. En y réfléchissant , comment le pourrait-on? De mon point de vue, il est impossible que l'univers ne se soit constitué seul, il faut un être sans cause, et cet être c'est Dieu. Il ne peut pas être mauvais, ni mentir puisqu'il est Dieu. Celui qui fait cela c'est le diable. Si on admet que Dieu puisse être mauvais, on est chez les "musulmons" ou je ne sais qui.

Le seul interdit, et nous vivons les conséquences aujourd'hui, c'est de croire que nous pourrons faire quelque chose de la connaissance divine. C'est l'orgueil. Quel homme peut comprendre suffisamment la création pour créer lui-même un univers aussi complexe et cohérent néanmoins.
Cette une question très importante, dans la même veine que les vérités multiples. C'est l'idée de Dieu qu'il faut d'abord creuser et tu en viens là aussi.
 
Last edited:

Athaulf

SA- chef d'escouade supérieur
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 8, 2020
Messages
986
Reaction score
4,090
Comme quoi, on est descendu bien bas. En 2002, Brunerie y était allé à la 22 long rifle sur Chirac (même si raté). Aujourd'hui, c'est le soufflet d'un graisseux.

Faut arrêter de déconner il est pas gros.
 

Mandjian Delamoor

SA- chef d'équipe
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
648
Reaction score
2,173
@templeXIII Avé !

Il y a un créateur et celui par nature qui s'oppose à la création divine.
ça c'est à peu près tous les mythes à travers toutes civilisations humaines, même chez les nègres (en simplifié pour le mythe lui-même), à travers les siècles (Hiram/Osiris/etc..)
Je ne serais pas aussi affirmatif. La mythologie grecque est un contre-exemple, avec sa troupe hétéroclite de déités qui n'entrent pas dans le cadre créateur versus ennemi du créateur que tu décris, qui est certes un schéma très répandu mais non pas unique dans les cosmogonies (pour le coup on parle bien de cosmogonie).

Dieu se définit très bien mais ne peut se comprendre complètement, à partir du moment où on accepte qu'il puisse nous être supérieur, et que sa connaissance qui a servi à créer notre monde n'est pas à notre portée. En y réfléchissant , comment le pourrait-on? De mon point de vue, il est impossible que l'univers ne se soit constitué seul, il faut un être sans cause, et cet être c'est Dieu.
! Gosh ! pour l'affirmation que je souligne en gras. Ça c'est même plus la foi du charbonnier mais la dangereuse assurance, je dirais presque l'impudence du convaincu ! Dieu entrerait donc dans une définition, comme un vulgaire objet mathématique…Pour le coup tu rejoins le méthodique Descartes et ses postulats bien propres qui servent à mesurer toute chose.
Pour l'univers créé par un créateur, oui, j'ai dit que j'étais d'accord avec ce principe.

Il ne peut pas être mauvais, ni mentir puisqu'il est Dieu. Celui qui fait cela c'est le diable. Si on admet que Dieu puisse être mauvais, on est chez les "musulmons" ou je ne sais qui.
Le lien logique n'engage que toi. Je diverge de cette affirmation. Mentir, oui, on pourrait même trouver des exemples dans la Bible d'un Dieu qui "mente", tout dépend des doctrines et des interprétations sur ce qui constitue la voix de Dieu dans la Bible (dieu de l'ancien testament ? du nouveau ? les deux mais tempéré par des doctrines qui encadrent l'interprétation ?…) rien n'est clair et on peut jouer sur beaucoup de paramètres.

Quand Jésus dit en Luc XXI-32 "Je vous le dis en vérité cette génération ne passera point que tout cela n'arrive" on pourrait dire qu'il a "menti" ou qu'il s'est trompé puisque la génération à laquelle il s'adressait est passée sans que "tout cela" (son "retour") ne soit arrivé. Mais je suis sûr que cette évidence littérale est dûment contrecarrée par une interprétation ! sûrement sur le mot "génération"…
"Mauvais" : ce serait à développer mais là on est furieusement hors-sujet, donc je me bornerai à dire Non-Applicable. 🙃

Le seul interdit, et nous vivons les conséquences aujourd'hui, c'est de croire que nous pourrons faire quelque chose de la connaissance divine. C'est l'orgueil. Quel homme peut comprendre suffisamment la création pour créer lui-même un univers aussi complexe et cohérent néanmoins.
Je n'ai pas de problème avec ces propos, je suis plutôt d'accord.

Cette une question très importante, dans la même veine que les vérités multiples. C'est l'idée de Dieu qu'il faut d'abord creuser et tu en viens là aussi.
Bon alors là, sans vouloir être désagréable, je vais en profiter pour te retourner la référence aux mizilmons : tout ce qui veut imposer la même vérité à tous est par définition totalitaire. Donc les projets catholique et mahométan se rejoignent sur ce point : imposer une organisation de la société qui obéisse à une série de dogmes "intangibles". Beaucoup de théologiens catholiques étaient très audacieux et très profonds, ils s'autorisaient de réfléchir sur les dogmes et sur les textes.

Pour moi, l'idée de Dieu doit être laissée à chacun, dans la veine des investigations théologiques médiévales, c'est pour cela que je ne veux pas aller trop loin dans la discussion du Dieu créateur, catholique, etc. C'est une discussion que deux personnes peuvent avoir, comme tu disais au début, en personne, face-à-face, mais dont la portée est très limitée sur un forum et qui dégoûte beaucoup de lecteurs.

Ce qu'il faut plutôt s'efforcer de penser d'après moi quand on aborde la vie en commun, c'est l'organisation de la société sur cette base du libre-arbitre spirituel. Je ne vois pas d'autre alternative aujourd'hui. Tu ne peux pas, personne ne peut plus imposer une foi à autrui comme prémisse d'une société (vois comme le dieu Covid nous a sérieusement gonflés…). Sauf à fonder des communautés de type Amish, etc. Pourquoi pas, si ça fontionne. Mais elles seront forcément limitées en nombre.

Il me semble que les sociétés greco-romaines avaient un mode de fonctionnement pas trop con où tant que tu respectais les règles sociales, règles de la cité, ta foi (le dieu auquel tu sacrifiais, priais, etc.) était ton affaire personnelle. Ça me paraît le moins pire des fonctionnements, surtout s'il est associé à une primauté ethnique, raciale.
 

templeXIII

SA- chef d'escouade supérieur
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
2,378
Reaction score
4,812
QUOTE="Mandjian Delamoor, post: 271939, member: 228"]
@templeXIII Avé !

[/QUOTE]

Réponse à Mandjian

Ni Hao MandJian! Hao Ma?

Votre Seigneurie: "Je ne serais pas aussi affirmatif. La mythologie grecque est un contre-exemple, avec sa troupe hétéroclite de déités qui n'entrent pas dans le cadre créateur versus ennemi du créateur que tu décris, qui est certes un schéma très répandu mais non pas unique dans les cosmogonies (pour le coup on parle bien de cosmogonie)."

Votre serviteur:
ma phrase était: Il y a un créateur et celui par nature qui s'oppose à la création divine.
Là c'est simple mais long, lis donc J.-C. Lozac'Hmeur "les fils de la veuve", le gars à fait des recherches longues et studieuses et cite dans l'ouvrage les textes et ce qu'il nous conseille de conclure. A toi de voir.
Le Dieu bon et le Dieu mauvais sont des concepts humains mondiaux totalement universels. Lis ce livre! :)


Votre Seigneurie: ! Gosh ! pour l'affirmation que je souligne en gras. Ça c'est même plus la foi du charbonnier mais la dangereuse assurance, je dirais presque l'impudence du convaincu ! Dieu entrerait donc dans une définition, comme un vulgaire objet mathématique…Pour le coup tu rejoins le méthodique Descartes et ses postulats bien propres qui servent à mesurer toute chose.
Pour l'univers créé par un créateur, oui, j'ai dit que j'étais d'accord avec ce principe.


Votre serviteur:
réaction à : Dieu se définit très bien....

Dieu renvoie à un concept qui est spécifique à chaque religion. Le concept en lui même est relativement facile à décrire. Cela n'a rien à voir avec mes convictions. Je ne cherche pas à définir la connaissance divine, ni les mystères de Dieu, qui sont par nature incompréhensibles. Dieu est un être que l'on s'efforce de conceptualiser pour pouvoir s'y référer. Il est, par sa nature de créateur, impossible à décrire comme on décrirait un nègre ou une pomme. Et ce quelque soit la religion monothéiste. Je dirais également qu'un bouddha est difficilement descriptible de la même manière, alors... Les représentations graphiques divines sont des partis pris, nous le savons, mais cela ne change rien à l'affaire de ce contient le concept, qui lui est définissable.
D'ailleurs, la dérive juive dans sa continuité musulmane à choisi de ne pas s'ennuyer avec les représentations! :)


Votre Seigneurie:
Le lien logique n'engage que toi. Je diverge de cette affirmation. Mentir, oui, on pourrait même trouver des exemples dans la Bible d'un Dieu qui "mente", tout dépend des doctrines et des interprétations sur ce qui constitue la voix de Dieu dans la Bible (dieu de l'ancien testament ? du nouveau ? les deux mais tempéré par des doctrines qui encadrent l'interprétation ?…) rien n'est clair et on peut jouer sur beaucoup de paramètres.

Quand Jésus dit en Luc XXI-32 "Je vous le dis en vérité cette génération ne passera point que tout cela n'arrive" on pourrait dire qu'il a "menti" ou qu'il s'est trompé puisque la génération à laquelle il s'adressait est passée sans que "tout cela" (son "retour") ne soit arrivé. Mais je suis sûr que cette évidence littérale est dûment contrecarrée par une interprétation ! sûrement sur le mot "génération"…
"Mauvais" : ce serait à développer mais là on est furieusement hors-sujet, donc je me bornerai à dire Non-Applicable. 🙃


Votre serviteur:
Je suis pas un théologien, mais nul doute que l'on ne peut qu'interprèter des textes qui ont 3 ou 4000ans!
Nous n'avons pas le choix. Affirmer certains points peut être logique mais pourtant erroné.
C'est d'ailleurs pourquoi chez les catholiques, la tradition est au moins aussi importante que la révélation.
Le point de vue que je défends c'est le catholique, parce que le corpus me semble le plus cohérent avec ce que je perçois du monde, avec une certaine expérience qui ne demande d'ailleurs qu'à se développer encore! Nous sommes donc dans le nouveau testament. L'ancien a été renouvelé par le Christ.
Pour les apôtres, on peut tout à fait envisager certaines de leurs erreurs, notamment lorsqu'ils ne croient pas à la crucifixion la veille, Madeleine, elle, a confiance. Je ne réagis pas à Luc XXI-32, je n'ai pas cet évangile en bibliothèque.
Chez les misilmons, Dieu est menteur, et le mensonge est autorisé chez les fidèles, comme chez les juifs.
En aucune manière chez les catholiques.

Votre Seigneurie:
Bon alors là, sans vouloir être désagréable, je vais en profiter pour te retourner la référence aux mizilmons : tout ce qui veut imposer la même vérité à tous est par définition totalitaire. Donc les projets catholique et mahométan se rejoignent sur ce point : imposer une organisation de la société qui obéisse à une série de dogmes "intangibles". Beaucoup de théologiens catholiques étaient très audacieux et très profonds, ils s'autorisaient de réfléchir sur les dogmes et sur les textes.

Pour moi, l'idée de Dieu doit être laissée à chacun, dans la veine des investigations théologiques médiévales, c'est pour cela que je ne veux pas aller trop loin dans la discussion du Dieu créateur, catholique, etc. C'est une discussion que deux personnes peuvent avoir, comme tu disais au début, en personne, face-à-face, mais dont la portée est très limitée sur un forum et qui dégoûte beaucoup de lecteurs.

Ce qu'il faut plutôt s'efforcer de penser d'après moi quand on aborde la vie en commun, c'est l'organisation de la société sur cette base du libre-arbitre spirituel. Je ne vois pas d'autre alternative aujourd'hui. Tu ne peux pas, personne ne peut plus imposer une foi à autrui comme prémisse d'une société (vois comme le dieu Covid nous a sérieusement gonflés…). Sauf à fonder des communautés de type Amish, etc. Pourquoi pas, si ça fontionne. Mais elles seront forcément limitées en nombre.

Il me semble que les sociétés greco-romaines avaient un mode de fonctionnement pas trop con où tant que tu respectais les règles sociales, règles de la cité, ta foi (le dieu auquel tu sacrifiais, priais, etc.) était ton affaire personnelle. Ça me paraît le moins pire des fonctionnements, surtout s'il est associé à une primauté ethnique, raciale.


Votre serviteur:
ma phrase sur l'idée de Dieu.
Je suis d'accord, c'est un totalitarisme. Mais ce n'est pas le problème, dès l'instant où il est légitime.
Et la légitimité s'acquiert par les sens et l'intelligence, elle est donc vérifiable et à la portée de tous.
Pour les catholiques, il n'y a pas que les dogmes, il y a aussi la tradition qui les justifie et les légitime.
C'est pourquoi il faut lire St Augustin et St Thomas au minimum, il y a d'autres docteurs.
Pour les raisons d'interprétations, la révélation ne peut instruire suffisamment et permet tous les errements
avec une approche orgueilleuse.
Ce que je peux t'assurer sans aucun orgueil ni vanité, et moi aussi en vérité je te le dis, tout ce que j'ai lu chez St Augustin ou Saint Thomas, je l'avais déduit avant de mes expériences, avec moins de précisions.
J'en ai lu 5% et c'est déjà énorme! Il faut bien bricoler de temps à autres pour ne pas avoir la tête aux bêtises.
Ceci montre, comme l'injonction de St Paul dans son épitre aux romains, qu'avec la volonté de comprendre, on doit arriver à la conviction du Dieu des catholiques. Mais il faut abandonner l'orgueil.

Le libre arbitre spirituel se heurte à mon avis à plusieurs choses dans un projet collectif de grande ampleur, au stade de civilisation:
1- Les perceptions de l'univers sont différentes suivant les races
2- Les turpitudes et travers humains, toutes conséquences des peurs
3- La nécessité de s'élever par les sens et l'intelligence pour déduire la vérité et donc la légitimité et cela renvoie au point 1 avec les différences raciales.
Le catholicisme ne s'impose pas, d'ailleurs les conversions forcées ont été interdites et les mauvais princes ou ministres qui l'ont pratiqué ont été punis plus ou moins fortement. C'est contre productif, cela a été rappelé dans plusieurs disputatio, je n'ai plus les dates (STP ne m'oblige pas à chercher deux heures dans ma bibliothèque.. :) )

Pour le respect des lois, le problème à terme c'est que c'est matérialiste et sans élévation spirituelle,
l'humain a la tête aux bêtises! La collectivité finit par tourner autour d'elle-même sans espoir.
Et naturellement, la légitimité d'une loi terrestre finit par être remise en cause parce qu'elle n'est que l'expression d'un collatéral que l'on veut combattre ou que l'on veut dépasser par orgueil, ou par meilleure acuité.
La volonté ultime de dépassement ne peut, à mon avis qu'être surnaturelle, comme une certitude de transcendance pour un humain peureux qui, dans sa grande majorité ne fait que lutter contre ses peurs.

Merci de ta réponse, tout cela est chronophage, mais très intéressant! TXIII
 
Last edited:

Mandjian Delamoor

SA- chef d'équipe
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
648
Reaction score
2,173
Avé Temple XIII !

forza.jpg

Bon, bon, je ne vais pas continuer à répondre point par point parce que je vois à peu près ce qui nous sépare -peut-être pas énormément de choses- et je crois également comprendre ta position générale ; tu es un catholique plutôt lucide (sur le papier… après je ne sais pas trop ce que tu fabriques dans ta vie, ton avatar, avec ce chandelier géant, est peut-être l'indice d'activités souterraines (((inavouables))) :eek: je plaisante hein :p….) Mais peut-être la seule chose que je rappellerai de ma position est que l'Église catholique, qui fut un "royaume" spirituel-temporel plutôt bien équilibré, a déjà joué sa carte. Je ne vois pas comment dans le monde actuel cette église pourrait reprendre le pouvoir, que ce soit politiquement ou sur les âmes. That's all follks !
 

templeXIII

SA- chef d'escouade supérieur
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
2,378
Reaction score
4,812
Quoi quoi? Tu me traites d'avatar? :)
Ce n'est pas un chandelier malheureux, c'est une menorah! Et le gars ne tient pas un saxophone si ça t'intéresse! :)
Plus sérieusement, je ne pense pas que le monde des humains actuel soit si différent de celui des humains d'il y a les siècles des siècles! Maintenant on roule en Tesla, c'est tout.
Nous verrons bien toi et moi, toi qui crieras Qui qui? et moi qui m'époumonerai dans ma trompette de Jericho devant des murs de menoroth!
A deux, on fera bien tomber quelques youpins!
 

Franck Marc

SA- chef général de section
Membre confirmé
Membre
Joined
Nov 8, 2020
Messages
3,452
Reaction score
7,781
Quoi quoi? Tu me traites d'avatar? :)
Ce n'est pas un chandelier malheureux, c'est une menorah! Et le gars ne tient pas un saxophone si ça t'intéresse! :)
Plus sérieusement, je ne pense pas que le monde des humains actuel soit si différent de celui des humains d'il y a les siècles des siècles! Maintenant on roule en Tesla, c'est tout.
Nous verrons bien toi et moi, toi qui crieras Qui qui? et moi qui m'époumonerai dans ma trompette de Jericho devant des murs de menoroth!
A deux, on fera bien tomber quelques youpins!
C'est un chandelier hébraïque ton avatar et le mec il joue de la flûte ou du pipeau?:D;)
 
Top