Le Vicomte Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon lance un appel solennel à l’assimilation des noirs et des arabes pour en faire des « Français d

A

AdminDP

Guest
Captain Harlock
Démocratie Participative
25 Juin 2020



L’opposition radicale

Curieusement, après mon article d’hier sur le péril que représente pour les Blancs la Droite antiraciste, le monarchiste-républicain Philippe de Villiers a estimé de son devoir de redoubler dans le mythe de la France café-au-lait lors d’une interview avec Le Point.

Je me demandais si ça valait la peine de remettre le couvert et oui, malheureusement, ça en vaut la peine parce que la vieillerie réactionnaire n’aura de cesse de vouloir nous égarer avec ses platitudes incapacitantes et ses nègres.

L’entretien de Villiers commence par un constat juste. Comme toujours quand ces escrocs veulent embarquer le naïf dans leur arnaque. On attrape pas des mouches avec du vinègre.

Le Point :

Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde. Avec ce titre en forme de programme, le nouvel essai de Philippe de Villiers, publié début juin aux éditions Fayard, caracole dans les listes de best-sellers, comme les précédents. Dans cet ouvrage, le Vendéen part de la longue conversation qu’il eut, en août 2016, en « son » Puy du Fou avec celui qui allait devenir candidat à l’élection présidentielle, puis président : Emmanuel Macron. Celui-ci était venu, raconte son hôte, « à la rencontre du Légendaire français », il sera servi.

Dans ce livre haletant et corrosif, piqué de formules réjouissantes dont seul l’auteur a le secret, l’homme de l’Ancien Monde tel que se veut Villiers, féru d’Histoire de France, prolonge la conversation entamée ce soir-ci, et qui n’a jamais cessé depuis avec ce président qui rêvait d’incarner un Nouveau Monde, mais continue de solliciter celui qui n’aime rien tant qu’exalter, à sa manière, disruptive elle aussi, notre roman national. Avec rage, le libelliste dresse la liste des mensonges et reniements qui, selon lui, ont conduit à l’impasse dans laquelle se trouve notre pays. Philippe de Villiers poursuit sa démonstration dans cet entretien au Point, à la lumière des derniers développements de l’actualité, l’affaire Traoré, les violences de Dijon et les déboulonnages de statues, mettant en garde contre ce nouveau virus qui porte en lui l’éclatement de notre nation : le séparatisme.

Le Point : Souhaiteriez-vous vous aussi déboulonner des statues ?


Philippe de Villiers : Non, je laisse cela aux fils spirituels de Robespierre. La prétention au déboulonnage des statues répond à une surenchère dangereuse qui commence par le caprice individuel, parfois fondé sur une intuition compréhensible, mais qui finit le plus souvent par la réécriture de l’Histoire, à la faveur d’un engrenage révolutionnaire qui va bien au-delà de l’épigraphie publique. Les déboulonneurs du grand mouvement expiatoire savent très bien ce qu’ils font. Ils cherchent à briser notre imaginaire collectif pour exciter les uns et les autres à la compétition mémorielle afin de séparer les « coupables absolus » et les « victimes ontologiques ». Il s’agit ni plus ni moins que de perpétrer un « mémoricide » et d’engager un processus de soumission pénitentielle. Dans son fameux 1984, Orwell avait eu la prescience de ce que nous subissons : « Les livres avaient été réécrits, les statues et les rues avaient été renommées. » La censure et l’inquisition accompagnent l’ethnicisation des territoires interdits à la police, regardée comme une armée d’occupation.
« Soumission pénitentielle » : en effet, c’est bien formulé.

Mais quelle en est la matrice fondamentale ? Les causes premières, par delà les conséquences présentes ? Le dévot Villiers n’en dira rien et veillera sur le sujet à ne surtout pas écorcher la réputation de son chef spirituel, le suceur de doigts de pied Bergoglio.

Surtout, Villiers ne parlera pas de ce qui a servi de modèle à ce dispositif de guerre psychologique qu’est la « soumission pénitentielle » imposée à la race blanche : la religion de l’holocauste montée de A à Z par les juifs qu’il courtise si ignoblement depuis tant d’années.

Cette déférence philosémite pue déjà l’arnaque.

Vivons-nous une période de révisionnisme historique ?

Oui, hélas… Avec une incroyable disproportion des forces entre l’assaillant et l’assailli. Nous assistons au choc de deux phénomènes inédits par leur nouveauté et leur ampleur : d’un côté, une revendication de « décolonisation » de la France, et de l’autre, en forme de réponse, une contrition générale et la génuflexion oblique de ceux qui ont la charge morale du Trésor français. Je m’explique : nous sommes confrontés à une idéologie « racialiste » qui qualifie la France comme une puissance étrangère sur son propre sol. Celle-ci doit donc être « décolonisée ». Observez les nouvelles sémantiques inaugurées dans les derniers mois, ces mots de « décoloniaux », d’« indigénistes », cette expression de « racisme systémique ». Ce qui est visé n’est pas autre chose que l’hégémonie occidentale en son cœur, au sens défini par Paul Valéry : « J’appelle européenne et française toute terre qui a été successivement romanisée, christianisée et soumise à l’esprit et la discipline des Grecs. » Il s’agit de décoloniser, dénationaliser l’Histoire de France, pour la reconfigurer. On impose dans le débat public une logomachie inouïe, avec des termes accusateurs comme « privilège blanc, islamophobie, violences policières ». Les militants « racialistes » veulent que prospère un sentiment de honte pathologique chez les jeunes Français, jusqu’à l’autoracisme : il s’agit de cultiver la mauvaise conscience d’être soi, d’être blanc, d’appartenir à l’Occident ; on voudrait nous expliquer que, bébés, nous avions tous du sang dans nos biberons…
Vous y allez fort !

Mais regardez notre société : à partir d’enclaves étrangères qui se sont constituées au sein même de la nation française, on s’efforce de fabriquer des replis identitaires et d’y loger amertumes et rancœurs qui sont semailles de revanche. Le but ultime est celui-ci : faire accepter par les héritiers la mise en accusation de l’héritage, faire admettre l’illégitimité du dépôt millénaire de la civilisation française. À travers les médias et l’université, on appelle au grand reniement : la France serait une « puissance colonialiste, esclavagiste, anti-LGBTiste »… Or, face à cette vindicte qui entend nous désigner avec nos patries charnelles comme sujets de haine, il se passe une chose étrange : notre classe dirigeante de haute penauderie, prise de panique et de remords, vacille entre contrition et génuflexion. Nos élites ressemblent aux « bourgeois de Calais » : robe de bure, genoux à terre et tête cendrée, ils tendent le trousseau de clés de la Cité aux nouveaux colons. On abandonne les épopées anciennes aux fécondités douteuses, comme l’a fait Emmanuel Macron lui-même en affirmant, en 2017, que la colonisation était « un crime contre l’humanité ». Nos élites en viennent à faire le vide et nous apprennent à nous méfier de toute forme d’exaltation et de ferveur. Pour dégoûter les petits Français de leurs attachements vitaux, notre histoire, livrée aux sciences sociales jargonnantes et mortifères, revisitée par les historiens devenus des médecins légistes, pratique l’amnésie des grandeurs et l’hypermnésie des lâchetés. Pour la première fois depuis Bouvines, nous sommes en train d’évacuer le sentiment national. Depuis quarante ans, le citoyen français est devenu le consommateur compulsif de Globalia. Les nouvelles générations de la société liquide sont américanisées dans leur représentation culturelle du politique. Par l’effet d’un mimétisme hors de sens, nous venons d’en vivre un épisode avec les émeutes raciales aux États-Unis qui ont relancé chez nous l’affaire Traoré. Comme si la France était l’Amérique.
C’est une description correcte du processus en cours, j’accorde ça au Fou du Puy.

Porte-parole du comité Traoré, Assa Traoré a un charisme à la Jeanne d’Arc qui devrait vous plaire, non ?

Comparaison osée… Assa Traoré a tenté d’identifier la mort de son frère Adama à celle de Georges Floyd aux États-Unis. Or, les deux drames sont radicalement différents : dans le cas américain, il y a crime raciste. Pas pour Adama. Assa Traoré est une drôle d’égérie, elle appartient à une famille polygame qui ne respecte pas les lois françaises ; la fratrie qu’elle représente connaît bien la prison pour l’avoir pratiquée. J’ajoute que deux des trois gendarmes, qui sont les interpellateurs de Traoré, étaient antillais : où est le racisme ? Ces manifestations poursuivent un autre but, plus sournois : assigner chacun à résidence à partir de sa couleur de peau. Ces gens ne sont pas antiracistes : ils installent le racisme, en allant même jusqu’à parler de « blanchité ». Il y a effectivement un point commun entre Assa Traoré et Jeanne d’Arc : chacune veut déloger l’occupant. Mais pour Assa Traoré, celui-ci n’est pas un étranger : au contraire, c’est le Français de souche. En clair, elle veut bouter les Français hors de France.
C’est ici que se trouve le point de bascule logique de l’argumentaire de la Droite antiraciste : la réaction n’étant par définition que pur réflexe face à la dynamique de gauche – dynamique devenue démographique et raciale sous l’effet de l’immigration du tiers-monde – Villiers brandit l’antiracisme comme bouclier providentiel face au racialisme allogène. Il appelle la plèbe gauloise à nier qu’il existe un « eux » et un « nous » indépassables fondés sur l’appartenance raciale dans l’espoir de maintenir la paix civile si nécessaire à la digestion des grands bourgeois de droite.

Cela suppose, pour que la Réaction soit crédible face à la gauche racialiste, de nier en retour à la race blanche le droit de s’affirmer en tant que telle pour donner l’illusion de son « honnêteté morale ». Le plus puant, avec la bourgeoisie réactionnaire, est bien sa prétention à la « moralité » qui n’est et ne sera jamais que la somme de ses reniements, ces bonnes manières qui lui ont valu d’être systématiquement écrasée par la gauche révolutionnaire.

Le fameux « bouclier » antiraciste de Villiers se transforme ipso facto en accélérateur de la décomposition raciale et culturelle de la France blanche, sommée par la Droite de courir après cette abstraction platonicienne d’une France déréalisée à laquelle le dernier nègre de Gambie peut adhérer, comme une église. « Une idée », comme disent ces pauvres culs. Villiers bavarde sur le thème des « patries charnelles » mais ce calotin court après des apparitions dans les nuages et veut nous embarquer dans cette insanité.

Les médias sont-ils trop complaisants avec le « comité Traoré » ?

Complaisants ? Non. Complices. La plupart du temps, on passe sous silence ce que, dans le voisinage des Traoré, tout le monde sait : c’est une famille dont les réseaux font régner la peur. Je ne comprends pas comment le ministre de l’intérieur Castaner a pu prononcer cette phrase indigne : « L’émotion dépasse les règles juridiques. » Il est houellebecquisé, c’est un dhimmi. Quand il s’agit de manifester sa haine de la France, accusée de racisme, et de dénoncer une police accusée de violence, on a tous les droits : mettre bas les masques, se prendre par la main et dépasser la jauge maximale des 5 000 personnes pour tout rassemblement public. On envoie les caméras et on se pâme devant le discours « racialiste », teinté d’islamo-gauchisme. On fait du spectacle à partir de fresques géantes qui nous détournent du Légendaire français, fondé sur l’universel. On fait sauter le rempart de la sécession.
La France « universelle », de Lille à Tombouctou. Jeanne d’Arc, sainte patronne d’Oran-sur-Seine.



Nous irons tous à la messe, pour faire bonne mesure.

« Il y a en France des centaines d’enclaves étrangères », soulignez-vous dans votre livre. Sommes-nous entrés dans une nouvelle phase plus radicale de ce que Jérôme Fourquet a désigné comme « l’archipellisation française » ?

Nous avons franchi un cran et sommes passés du communautarisme au « séparatisme », terme qu’utilise le président Macron depuis qu’il a lu mon livre. Nous sommes face à un nouveau virus : un Covid politique. La menace est simple : la fracturation mortifère. Ce virus installe chez nous une juxtaposition multiconflictuelle de ressentiments. À terme, il produira la désagrégation du corps social. La responsabilité de nos élites est accablante : elles ont importé sur notre sol, depuis les années giscardiennes, de nouvelles populations issues de nos anciennes colonies. Nous avons renoncé au principe de l’assimilation ou, comme le dit le sociologue Edgar Morin, de la « francisation ». Les habitants de ces enclaves étrangères, qui se multiplient en France, n’entendent pas vivre et penser comme des Français, et ils accusent la police afin de se soustraire à la loi française. Nous sommes là en présence d’un basculement historique. Avec l’affaire Traoré et les violences incroyables de Dijon, c’est le grand dégrisement : la partition se réalise sous nos yeux. Et désormais, on voit sortir des cages d’escalier et garages à vélos, kalachnikovs et fusils d’assaut. Nous sommes prêts pour la phase suivante, l’affrontement prédit par Gérard Collomb.

Vous exagérez. Vous surlignez des situations spectaculaires, exceptionnelles, cantonnées. Globalement, en France, le mouvement d’assimilation progresse… La mixité raciale fait désormais partie de notre ADN. C’est un fait. Et une bonne nouvelle, non ?

Non. Les derniers événements administrent la preuve du contraire. L’assimilation régresse. Et le flot continue. Soyons clairs : la France a toujours été multiethnique : je rappelle que la Martinique est devenue française bien avant la Corse. Mais, comme l’écrit l’historien Jacques Bainville : « La France, c’est beaucoup mieux qu’une race : c’est une nation. » Notre pays a toujours été uniculturel. Nous sommes dépositaires d’une civilisation française qui repose sur la cristallisation, dans le temps long, de trois éléments : un patrimoine historique commun, un art de vivre qui ne voisine ni avec le hallal ni le voile islamique, une langue commune aujourd’hui bousculée. Et voilà que le gouvernement a profité du confinement pour publier un décret afin d’assurer l’enseignement de la langue arabe dans les écoles par des professeurs tunisiens. Il défrancise à tour de bras.
De Villiers revient férocement avec ses nègres des îles – au fond plus français que les Corses -, les mêmes qui saturent aujourd’hui l’île de France, de la police à la Poste en passant par les douanes et qui fournit des djihadistes jusqu’au coeur de la Préfecture de Police de Paris.



Michael Harpon, le miracle antillais de Sainte Geneviève

C’est fascinant de délire mystique, d’autant plus extraordinaire que cette hallucination est exactement contraire à la réalité historique. La France a toujours été pluriculturelle et uniraciale. Pluriculturelle, ne serait-ce que par ses langues, à commencer par la France du nord et sa langue d’oïl et la France méridionale et sa langue d’oc. Sans mentionner le germanique d’Alsace, le basque, etc.. En revanche, aucune présence de nègres ou d’arabes, à l’exception occasionnelle des barbaresques venus razzier des Blanches sur les côtes françaises.

Villiers aime ses nègres. Il les veut, brûlant d’amour pour l’église multiraciale qu’il projette et plaque sur la France. Il soupire après la Gaule fertilisée par le foutre cafre, grouillant de mulâtres chantant l’Ave Maria et la Marseillaise, tout de ferveur patriotique et de gratitude. Au fond, à part quelques coquetteries, ce projet ne peut même pas être distingué de ce que la gauche et les juifs appellent « la République ». Marianne pour les uns, la Vierge pour les autres, le nègre pour tout le monde.

Ce n’est pas un subterfuge : c’est le grand programme de la Droite antiraciste totalement sémitisée mentalement. Elle minaude devant l’énorme bite gabonaise, mais c’est pour mieux l’avaler goulument. Et Villiers chante cette sérénade sous tous les balcons des couillons assez lessivés pour lui ouvrir leurs volets. S’il pointait son nez sous les miens, c’est en lui versant un seau de merde à la gueule que je l’accueillerais.

Mais c’est une bonne chose, non ? Sinon, les intégristes musulmans s’en occuperont. Et il faut être fier de ses origines. Ce n’est pas vous, le Vendéen militant, le fondateur du Puy du Fou, parc bâti autour des grands thèmes de l’Histoire de France, qui allez dire le contraire…

L’arabe n’est pas le patois vendéen ou breton. C’est la langue de l’Islam. Je pense plutôt qu’il faut pratiquer la règle de saint Augustin arrivant en Italie depuis Hippone : « À Rome, on vit comme les Romains. » Pour enrichir une culture vers laquelle on tend le regard, il faut accepter le pied mère, sans lequel il n’y a pas de greffon. Or, aujourd’hui, nous sommes confrontés à deux urgences. D’une part, il faut réaffirmer l’universalisme contre le communautarisme, et donc avoir le courage de refuser les statistiques ethniques et la discrimination positive, contrairement à ce que souhaite la porte-parole du gouvernement. Ensuite, il faut retrouver l’idée qu’une nation, c’est un lien amoureux : on est français de filiation ou français d’amour. « Je n’ai pas une seule goutte de sang français mais la France coule dans mes veines », disait Romain Gary. Nous devons rechercher dans nos enfouissements des affleurements de tendresse française et les offrir aux plus jeunes. Nous devons leur proposer la France non pas comme un tissu de noirceur mais comme un roman d’amour. En passant par la porte du Beau. Les inciter à l’aimer non parce qu’elle fut grande et rayonnante, mais tout simplement parce qu’elle est belle.
Y’a pas à dire, forcer sur l’Eucharistie rend totalement gâteux, femelle. Je ressens la même gêne que quand je croise un vieillard qui sent la pisse. Vous savez que les quatre planches ne sont plus très loin.

On dirait un vieux pédé qui tente de convaincre son giton réunionais de ne pas le larguer.



Français d’amour

Et Romain Gary était accessoirement un sale youtre antiraciste. Là encore, Villiers sait s’y prendre avec ses maîtres les juifs. Toujours le petit mot affectueux pour ses « frères aînés dans la foi ».

Cette passion transcendantale pour le nègre finit par me fasciner chez ces gens travaillés par leurs bouffées d’oestrogènes. Le nègre, figure christique opérative de ce fatras infect de gémissements, de manières homosexuelles qui tient lieu de religion à cette droite encore plus ignoble que la gauche.

Le combat que vous portez depuis des années, à savoir le souverainisme identitaire, a plutôt le vent en poupe en ce moment. Pourquoi continuez-vous de râler ? Ne vous placez-vous pas, vous-même porte-voix des « Gaulois réfractaires », suivant le titre de votre livre, dans une position de repli ?

Je ne râle pas, je tire les sonnettes depuis mon Aventin, la main en visière sur les périls. Je mets en garde mes contemporains contre le virus séparatiste. Il ne suffit pas de rétablir les frontières et suspendre les allocations à la misère du monde. Il faut aller plus loin. Ne pas se borner à parler des valeurs de la République comme d’un Code de la route. Il est urgent de donner envie d’aimer la France à ceux qui ne la connaissent pas. Oser parler de nos légendes, raconter la prosopopée de nos héros. Susciter des Français de désir. Nous sommes tous des débiteurs. La France est notre dette morale. Ceux qui ne veulent pas reconnaître la France comme leur mère et qui s’obstinent à la considérer comme une marâtre, on ne pourra pas les garder. L’enjeu est simple : la francisation ou la fin de l’aventure. Je rêve que chacun ait envie d’ajouter son harmonique au poème national. Mais pour aimer, il faut un aimant. Un État régalien. Une autorité incarnée. Nous n’y sommes pas.
Quelle repoussante guimauve compassionnelle.

Voilà le Graal de cet empoisonneur du sang : parler de François Ier et de sa poule au pot aux algériens de Mâcon pour en faire des Français plus français que les Français. Mohamed devra s’appeler Robert, pour faire bonne mesure. Si après ça ces algériens sont encore algériens, je n’y comprends plus rien.



« -Dis Abdelaziz, tu veux être mon ami ?

– Va niquer ta mère. »

Quand une puissance est devenue trop vieille pour exercer par la force sa domination, elle finit par recourir à la séduction avec autant de réussite qu’une vieille prostituée. Ce n’est que ce prône le Fou du Puy : séduire des bougnoules et des nègres pour qu’ils consentent à participer à un simulacre café-au-lait flanqué d’un tricolore.

Dites-moi, dans un tel bourrier multiracial, ce que nous, les Blancs, avons à gagner dans cette parade nuptiale villiériste avec des nègres catholiques ? Pour ma part je n’y vois qu’une chute monstrueuse vers l’abîme éternel de la déchéance génétique. La nuit.

La gauche racialiste et les métèques ne pourront jamais nuire aux Blancs non-reniés comme la bourgeoisie réactionnaire peut leur nuire. Pas même en théorie. La bourgeoisie est une éponge à sperme, elle n’a aucune idée ou conception en propre. Ce n’est que l’égout de la révolution précédente. Elle attend, le cul ouvert, que le premier violeur se pointe dans son gourbis. C’est le plus violent et le plus dominateur qui remporte son coeur. Et le plus insoutenable, avec cette traînée, c’est qu’entre deux crachats de juif au fond de la gueule, elle cause « principes » et avec aplomb. Cette saloperie verbeuse a ontologiquement la chiasse au cul. Elle se livrera à toutes les bassesses, trahisons, compromissions pour être certaine d’être du bon côté du manche. La gauche nous déclare la guerre démographique sans faire de mystère. Elle est loyale, à sa façon. Elle déploie fièrement ses bannières et nous hurle sa haine en toute clarté. Elle veut nous voir tous crevés, empaillés au Musée d’Histoire Naturelle. Pas de flou, pas d’erreur d’approximation, entière d’une haine vraie et franche. La droite bourgeoise, en revanche, joue sur les deux tableaux. C’est l’esbroufe de foire, les slogans virils pour boeufs strictement conditionnés par les spasmes ovariens de l’antique bique ménopausée qu’elle est.

Que feraient les juifs sans cette Droite ? Le juif règne par la confusion. Il cherche tous les jours à vous rendre la réalité plus incompréhensible que la veille au soir. Il érode la claire conscience de votre appartenance raciale pour vous empêcher de défendre les intérêts de votre sang, lesquels divergent par définition de ceux de ce parasite qui prospère de la dévitalisation de sa victime. Il vous ravage la cervelle jusqu’à ce que vous ne sachiez plus si vous êtes gascon ou biafrais, mâle ou femelle, vivant ou mort. A lui seulement le privilège de l’orgueil racial et des hiérarchies définitives. L’empoisonneur des peuples a besoin de complices dans cet effort d’anarchie. Quoi de mieux qu’une Droite portant deux millénaires de crucifixion sur le dos pour appeler à la farandole réunionaise ?

Cette Droite vaincue ferait n’importe quoi pour qu’on lui donne de la considération. Elle préfère, de beaucoup, un nègre à dents blanches qui lui dit « me’ci missié » qu’un rebelle aryen hermétiquement inaccessible à la fraternité mondiale des coeurs et des culs. Parce que c’est raciste et que les racistes, en plus d’indisposer dans les repas de famille, n’iront pas au paradis, d’après ce qu’a dit monsieur le curé.

D’ailleurs, Villiers, quoique arc-bouté sur sa « francisation » divine des cafres, se garde bien de patauger dans la négraille dès lors qu’il est question de sa boutique personnelle. Aucune colonie de nègres près de son repaire vendéen. Pas le moindre nègre catholique pour nous engendrer un futur Vicomte Isidore Le Jolis de Villiers de Saintignon Ilunkamba. Le compromis nationaliste de Villiers a pourtant la forme d’une bite de nègre. Que Villiers enégrifie ses petites-filles, pour commencer.

Les Blancs qui ne veulent pas crever sous le métis se tourneront vers la seule option viable : le séparatisme racial blanc.

Commentez l’article sur EELB

Continue reading...
 

Sarcastix

Sarköziste honteux
Membre
Quand je suis allé au Puy du Fou, j'ai senti quelque chose d'étrange et puis, le 2ème jour, j'ai compté les africains... 5 ou 6 tout au plus, sur des milliers de personnes croisées. Voilà, c'était ça.

PdV n'est pas même fichu de constater ce qui se passe dans son parc : il n'intéresse que les blancs. Ses cafres des îles s'en contrebattent de Jeanne d'Arc, Clovis et Charlemagne... Tout ce qui les intéresse, c'est le rap, le rhum, l'esclavage.

Mais bon, je le vois tout de même plutôt comme un allié. Oh certes, philosémite au possible et consensuel jusqu'à la moelle mais vu le succès du Puy du Fou et en dépit de fautes majeures comme la Jeanne d'Arc moutonnée, rendons lui d'être moins toxique qu'Eric Zemmour.

Alors, ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain : peu de français ont fait autant pour notre cause que PdV. Oui, c'est un homme de l'ancien monde, qui croit encore à cette lubie de l'assimilation. Oui, c'est un homme qui ne voit pas le problème juif et partant, ne désigne jamais vraiment l'ennemi. Oui, il n'est pas l'homme providentiel. Il n'y a pas d'homme providentiel, du moins, il n'y en aura pas avant l'effondrement du système.

Contentons-nous donc de ne pas abreuver d'insultes cet homme. Laissons-le là où il est, à son Puy du Fou et au royaume des aveugles en politique, conservons une sympathie désuète pour ce borgne.
 
Last edited:

Odin732

Crypto-villiériste
Membre confirmé
Membre
Excellent article du Captain, une nouvelle fois plein de lucidité.

Il faut cesser de se déclarer de Droite et mettre en lumière ce qu'elle est réellement : un ramassis de bourgeois toujours perdants, tentant désespérément de s'accrocher à des restes d'idéologies dépassées et tenant boutique sur la misère des blancs trop naïfs pour le comprendre. L'heure est à la rébellion !
 

Un Lyonnais

Sarköziste honteux
Membre
Cette droite bourgeoise antiraciste est une plaie pour les Blancs vivant en France.
Elle s'évertuera toujours à conserver le changement, déclenché par la gauche vingt ans plus tôt. Le mariage des fiottes sera bientôt béni par St Villiers, sur les bons conseils de l'Eglise Vatican II.

Envoyons-lui des palladins nègres, afin qu'ils festoient sans fin aux frais du Vicomte Fou du Puy.
 

JoLeCLodo

Crypto-villiériste
Membre
Une énième pédale de plus, personne ne respecte les pédales et surtout les nègres et les crouilles

"Tant qu’une nation conserve la conscience de sa supériorité, elle est féroce et respectée. Dès qu’elle ne l’a plus, elle s’humanise et ne compte plus."
 

Comte Nazi

Gauchiste en rémission
Membre
Je suis sur ce plan là aussi depuis quelques années, une partition le temps que les nègres et les bougnoules s'affament eux mêmes par la fénéantise et le bêtise ce qui ira vite. On met des frontières et des murs plus hauts que ceux des youtres, on reconstruit un pays blanc avec de vraies règles. C'est mieux que Mamadou ou Abdel qui sont propriétaires dans le pavillon voisin. Car les métèques ont déjà plein de morceaux de territoires.
Pour cela que je dis : vive Assa Traoré le garage à trois bites. Vive la connerie nègre briseuse de SOS Racisme et d'assimilation.
 

Mjöllnir

Gauchiste en rémission
Membre
Ce n'est pas pour rien que Moshé a ressorti cette fin de race consentante de De Villiers. Ça prouve qu'il craint comme une guigne le séparatisme blanc qui foutrait en l'air son petit programme. Il se rend bien compte que le séparatisme blanc, dont on ne parlait jamais il y a un an, s'impose de fait et ne va pas cesser de trouver des gens pour le justifier. D'ailleurs, je crois qu'il le sait inévitable et que la manip actuelle est de dissuader un maximum de blancs de faire sécession. En cela, il mène déjà un combat d'arrière garde. Je prédis un matraquage médiatique qui fera la part du lion à narine et à ses tarlouzes, et je désespère pas de voir lepen père venir à la rescousse de sa chère démocratie.
 

Cœur Noir

Gauchiste en rémission
Membre
Complètement raccord avec cet article magnifique,

quelques extraits de la lettre de Ferdinand furieux au Breton Henri Pollès du 22/06/1941.

"Relisez donc au moins fils bâtards d'une race asservie vos grands écrits d'avant l'ignominie chrétienne ! Relisez Gwenchlan ! le barde aux yeux crevés par les chrétiens !
« Ce n'est pas la chair pourrie des chiens et des brebis, c'est la chair chrétienne qu'il nous faut ! Et toi dis-moi crapaud que fais-tu au coin de la bouche ? – Moi je suis mis là pour attendre votre âme au passage... »
Et plus de virilité mentale ! nettoyez d'abord votre écurie folkloriste pourrie de juifs et de maçons, et de ratichons larbins des juifs – Cessez de singer l'esprit normalien de scrupule, de fin dosage, de l'équité. Toute tare du dégénéré, du flageolant. On cherche l'alibi pour retomber sous le youpin. Assez de néo-mouvements confusionnistes !
...
Vous n'êtes pas plus bretons que poitevins, armagnacs ou caffres, vous êtes des néo-juifs c'est tout. Vous connaissez peut-être le mot de Marx (un ancêtre de Jacob) : « Les juifs se seront émancipés dans la mesure où les chrétiens seront devenus juifs. » C'est fait."

AVT_Louis-Ferdinand-Celine_1932.jpeg
 

Kamerad

Branleur sous pseudo
Membre
Putain de super article ! Parfait sur l'analyse et parfait par la rage. Juste la confusion entre les poules de François Ier et la poule au pot de Henri IV, mais vraiment, un texte à conserver. Et dont il faut tirer les conclusions : aucune vie commune n'est possible entre les Blancs et les nègres. Et les muzz, mais c'est pour le moment accessoire : le danger irréversible, c'est le métissage avec la noiritude.
Les seules solutions sont l'apartheid rigoureux ou, momentanément, le séparatisme. Les nègres sont tellement différents des autres populations du monde, et des Blancs en particulier, l'écart génétique est tellement grand (plus de différence entre nègres et européens qu'entre les gorilles de l'ouest et ceux de l'est, classés comme des espèces distinctes), qu'il faudrait les considérer comme une espèce à part et plus comme une race ou groupe racial.
Les terres du monde, autres que celles d'Afrique, doivent leur être interdites. Facile à dire, mais comment faire ?
Je sais pas, mais ça sera violent. Sinon, de toute manière, le mélange sera violent, il l'est déjà. Et la race, l'esprit, la culture, le monde des Blancs auront disparu. Alors, violence pour violence, mieux vaut un chacun chez soi. Il ne faut pas aider les nègres, d'aucune façon, c'est à fonds perdus et ça ne fait que compliquer notre vie.
Voilà voilà voilà....
 

TyrannoSSaure

Droitard
Membre confirmé
Membre
Ils donneraient leur vie pour le saint nègre ! Et sous couvert qu'ils ne font pas de généralité car la "couleur de peau ne veut rien dire, il faut être intégré, avoir un travail et aimer la France !". Et bien leur France, je leur laisse, à tous ces vieux bourgeois, aux déchets biologiques et aux non-Bancs. Ah elle va être belle ta France quand les forces vitales Blanches vont la quitter pour la Bourgogne Blanche.
En tout cas je ne suis pas mécontent d'avoir le grade droitard au lieu de crypto-viliériste.
tgfttyffyguui.jpg
 

NSHope

Gauchiste en rémission
Membre
Magnifique texte.
Assimiler, franciser, c'était à peu près concevable dans les années 50/60, bien que ce fût déjà une erreur quand on voit comment se comportent les descendants "nique la France" de ces "assimilés". Il faut croire que les vieux bougnoules n'ont jamais été assimilés jusque dans leurs tripes. Et ça se comprends. Je ne voudrais pas être assimilée aux nègres si je vivais en Afwique.
C'est là où les droitards crotte-au-cul font dans le pathos : Faire aimer la France à des gens qui la haïssent !
Ils sont pitoyables.
Vive la RBB !
 

Géant Werhmacht

Fasciste endurci
Membre confirmé
Membre
Le plus puant, avec la bourgeoisie réactionnaire, est bien sa prétention à la « moralité » qui n’est et ne sera jamais que la somme de ses reniements
Villiers aime ses nègres. Il les veut, brûlant d’amour pour l’église multiraciale qu’il projette et plaque sur la France. Il soupire après la Gaule fertilisée par le foutre cafre, grouillant de mulâtres chantant l’Ave Maria et la Marseillaise, tout de ferveur patriotique et de gratitude. Au fond, à part quelques coquetteries, ce projet ne peut même pas être distingué de ce que la gauche et les juifs appellent « la République ». Marianne pour les uns, la Vierge pour les autres, le nègre pour tout le monde.
La bourgeoisie est une éponge à sperme, elle n’a aucune idée ou conception en propre. Ce n’est que l’égout de la révolution précédente. Elle attend, le cul ouvert, que le premier violeur se pointe dans son gourbis. C’est le plus violent et le plus dominateur qui remporte son coeur. Et le plus insoutenable, avec cette traînée, c’est qu’entre deux crachats de juif au fond de la gueule, elle cause « principes » et avec aplomb.
😂😂😂

Ralala c'est pour ces petits moments de bonheur que j'aime encore plus DP ! Merci Cap'tain !


Et puis concernant De Villiers, quand on a son ainé qui joue a pousse-crotte avec le cadet ... c'est qu'il y a un truc qui a merdé à un moment...
 

TyrannoSSaure

Droitard
Membre confirmé
Membre
Cette droite bourgeoise antiraciste est une plaie pour les Blancs vivant en France.
Elle s'évertuera toujours à conserver le changement, déclenché par la gauche vingt ans plus tôt. Le mariage des fiottes sera bientôt béni par St Villiers, sur les bons conseils de l'Eglise Vatican II.

Envoyons-lui des palladins nègres, afin qu'ils festoient sans fin aux frais du Vicomte Fou du Puy.
C'est le concuckservatisme. Par définition, ils conservent ce qu'il y a avant, par "respect des traditions et des valeurs". Ca me fait rire ces royalistes qui sont plus antiracistes et républicains que les républicains.
Ce sont des faibles et des mollassons incapables de créer, d'innover, de s'adapter, ils veulent juste garder ce qu'il y a avant, et c'est Schlomo qui leur dit quoi garder, car après tout, le juif est l'aîné du catholique d'après eux pas vrai ? Leurs plus grands alliés ? Ces gens sont destinés à une fin à la hauteur de leur lâcheté, et le plus drôle, c'est qu'elle viendra de leurs protégés nègro-bougnouliques.
JUIF FN.gif
 

kruh

Gauchiste en rémission
Membre
"L’arabe n’est pas le patois vendéen ou breton. C’est la langue de l’Islam. Je pense plutôt qu’il faut pratiquer la règle de saint Augustin arrivant en Italie depuis Hippone : « À Rome, on vit comme les Romains. "

Saint-Augustin le bougnoule assimilé
Mouloud le manager CSP+

En 1500 ans rien n'a changé.
 

Shlomohamed

Branleur sous pseudo
Membre
"La nuit éternelle au niveau génétique"..
c'est entièrement exact..
quand on sait que les terres recouvrant l'Anatolie, l'Iran, l'Afghanistan et l'Asie centrale actuels étaient au moins jusqu'au Vème siècle racialement blanches, on comprend ce vers quoi nous mène cette logique de métissage racial, car au fond c'est bien le péril ultime le plus dangereux auquel nous sommes confrontés: le glissement d'une race noble vers le caniveau génétique du sud.
Autrefois les anciens perses étaient décrits par les historiens grecs comme étant des hommes de haute stature, à la chevelure rousse et aux yeux clairs, aujourd'hui les iraniens ont un phénotype sémitique.
Un processus analogue s'est déroulé en Inde dont la civilisation antique était dominée par les aryens (les blancs, le terme "arya" désignant les "Seigneurs"). La logique des castes visait à constituer un cordon racial sanitaire, pour conjurer le sort du déséquilibre démographique qui penchait en faveur des dravidiens (noirs). Dans ces deux contrées (Inde et Iran) vous pouvez encore aujourd'hui croiser des hommes et des femmes clairement aryens.

C'est la direction qu'a pris la France, finir comme l'Iran, bougnoulisée, ce péril racial, le métissage, est bien plus dangereux en réalité, car par le mélange la meilleure race perd ses qualités intrinsèques, le métis étant porteur de toutes les tares des deux races dont il porte les gènes. Raison pour laquelle on observe une prévalence de maladies aussi grande chez les nègres et les maghrébins, ces derniers étant les métis par excellence, fruits de mélanges contre nature entre les berbères, les sémites, les vandales germaniques, les romains, les turcs, et les nègres. Le résultat est désastreux.

Nous devons absolument conjurer le sort que veut nous infliger cette caste cosmopolite.
 
Top