La propagande antinazie menace d’entraîner la Russie dans un effondrement racial complet

A

AdminDP

Guest
Captain Harlock
Démocratie Participative
10 mai 2020



Je regardais hier les efforts insistants de la télévision d’état russe pour glorifier les armées bolcheviques de Staline auprès d’un public français qui, pour l’essentiel, est déjà acquis à la propagande antifasciste.


Bien entendu je comprends la situation. La Russie actuelle estime avoir repoussé victorieusement une invasion étrangère au prix fort. N’importe quel Russe moyen avait des membres de sa famille dans l’Armée Rouge et en retire une sorte d’orgueil.

Le gouvernement russe quant à lui y voit le moyen de mitiger la nature du système communiste qui a contrôlé la Russie de 1918 à 1992 en exaltant l’Union Soviétique sans devoir s’attarder sur le cas de ses commissaires politiques juifs et de ses goulags. Ainsi de Soljénitsyne, vétéran décoré de l’Armée Rouge, qui eut la joie d’être arrêté en 1945 et interné dans un camp de concentration sibérien jusqu’en 1953 pour avoir critiqué Staline dans une lettre à un ami.

Une guerre voulue par les Bolcheviques


La Russie, sur le sujet, escamote la vérité à outrance. Tout d’abord sur le Pacte Ribbentrop/Molotov qui donnait effectivement carte blanche à l’Allemagne pour régler le compte d’une Pologne devenue un satellite belliciste des Etats-Unis. Pour s’assurer de la passivité soviétique, Hitler dût consentir – avec la plus grande répugnance – à abandonner les états baltes à l’ogre judéo-communiste.

Il n’empêche, pendant 22 mois de guerre sur 68, l’URSS fût l’alliée objective du Troisième Reich. Les communiqués du ministère des Affaires Étrangères soviétique de cette époque sont à cet égard particulièrement croustillants. L’URSS ne tarit plus d’éloges à propos de l’Allemagne nationale-socialiste et dénonce avec virulence le bellicisme des Alliés.

Contrairement à ce que l’on entend ici et là, Hitler ne désirait pas une guerre avec la Russie soviétique. C’était l’esprit même du pacte entre Ribbentrop et Molotov. Mais quand Hitler convia Molotov à l’automne 1940 à Berlin pour discuter de l’avenir, le Führer découvrit une délégation soviétique engagée dans une véritable politique d’extorsion : à chaque proposition allemande d’offrir le Moyen-Orient à l’URSS au détriment de la Grande-Bretagne, Molotov répondait en énonçant des exigences territoriales dans tout l’Est de l’Europe : Bulgarie, Finlande, Roumanie, etc.. Hitler comprit que c’était là des bases de départ pour une invasion générale du continent à une date ultérieure, probablement lorsque les USA et la Grande-Bretagne seraient en mesure de menacer l’Allemagne à l’ouest. Hitler indiqua à Molotov que toute attaque soviétique contre la Finlande entraînerait une réaction allemande.

C’est à partir de ce moment-là qu’Adolf Hitler acquit la certitude que l’URSS gagnait du temps pour frapper l’Allemagne dans le dos avec l’aide des juifs et des Alliés lorsqu’elle serait prête. Au plus tard en 1943. Les termes de l’équation étaient donc clairs : attendre que l’URSS frappe une fois ses préparatifs réalisés tout en affrontant les Alliés à l’Ouest ou bien agir par surprise tant que la balance des forces était favorable.

Mais en réalité, dès l’origine, ce rapport de force n’était pas favorable. L’Armée Rouge était beaucoup mieux équipée que la Wehrmacht, tant en tanks, qu’en artillerie et en armes légères. Le seul avantage dont disposait Hitler était d’attaquer par surprise.

Dès l’hiver 1941, six mois après le début de l’offensive, les bolcheviques alignaient déjà plus de troupes que les Allemands malgré la capture de 3 millions de prisonniers soviétiques l’été précédent. Début 1943, les Allemands se battent à 1 contre 2. A la mi 1944, à 1 contre 3.



La surprise et la supériorité opérationnelle des Allemands étaient les seuls avantages réels de la Wehrmacht en 1941.

Aussi, dès l’origine, ce fût l’appétit du golem soviétique qui poussa Hitler à entrer en guerre contre l’URSS et non pas un quelconque projet expansionniste qui, pour l’essentiel, ne se formerait qu’après coup du simple fait que l’armée allemande occupait une partie de la Russie européenne. Certes Hitler était avant la guerre acquis à l’idée d’une expansion de l’influence allemande à l’Est mais cela ne concernait en réalité que l’Europe Centrale voire, au maximum, l’Ukraine. Surtout, cette influence devait être essentiellement économique.

Hitler, antislave ?


Peu de gens savent que ce sont des Russes blancs ayant émigré à Munich au début des années 20 qui convainquirent Hitler de la nature monstrueuse du bolchevisme qui s’était emparé de la Russie. L’intelligentsia russe avait été détruite et remplacée par les révolutionnaires juifs qui puisèrent des auxiliaires serviles dans les diverses peuplades de l’empire des Tsars. Cette destruction fit une très forte impression sur Hitler qui voyait l’antique mécanisme de l’hébraïsme révolutionnaire se manifester à l’identique dans les rues de Munich aux mains des Rouges : génocider les meilleurs éléments raciaux d’un peuple et y substituer une caste de tyrans juifs aidés d’idiots utiles et d’étrangers.

Pour Hitler, la Russie avait globalement cessé d’exister en 1918 en tant qu’état européen et ce qui l’avait remplacé était une terrifiante créature génocidaire juive qui voulait incendier toute l’Europe.

Il est vrai qu’Hitler n’aimait pas particulièrement les Slaves dont l’attitude générale dans les rues de Vienne l’avait marqué durant sa jeunesse. L’empire multiethnique austro-hongrois comptait une nette majorité slave et ces gens, généralement ultranationalistes, ne manquaient aucune occasion de rabaisser les Allemands d’Autriche en dépit du fait que les dix millions de Germains de l’empire étaient la véritable locomotive de l’ensemble. Le bouillonnement balkanique aggravant encore la situation. Le jeune Hitler fût stupéfait de voir des Tchèques débarquer à Vienne, sachant à peine quelques bribes d’allemand, et devenir, en quelques mois, des agitateurs anti-germaniques farouches.

En parallèle à ce chauvinisme slave courtisé par les autorités, tout sentiment allemand était vigoureusement combattu par les Habsbourg dont le trône dépendait des nations non-germaniques de l’empire. Beaucoup de jeunes Allemands d’Autriche voyaient dans l’unification de l’Autriche avec l’Allemagne une forme de contestation radicale du système cosmopolite en place. C’est d’ailleurs pourquoi Hitler décida de passer en Bavière en 1914 pour ne pas avoir à servir dans un régiment austro-hongrois au service d’un état qu’il méprisait profondément.

Hitler conclut de cette expérience que les ensembles multiethniques ne pouvaient pas fonctionner dans la durée.

Cette défiance mise à part, Hitler était parfaitement pragmatique et ne rêvait pas, contrairement aux insanités déversées par la propagande juive, à un quelconque projet d’anéantissement des populations slaves. Il voulait établir des relations cordiales avec tous ses voisins sur la base d’une politique anticommuniste sans concession.

La lutte contre le bolchevisme de l’Ancien Testament


C’est lutte contre le bolchevisme universel qui débuta le 22 juin 1941 et non pas une guerre contre la Russie « parce que russe ».

La force du Führer résidait dans le fait qu’il connaissait parfaitement la psychologie des Rouges. C’est pourquoi, dès le départ, Hitler sut qui devait être neutralisé en Russie : les juifs et les commissaires politiques ! C’est-à-dire ceux qui avaient passé les 20 années précédentes à génocider des millions de paysans slaves.

Ce qui se passa réellement, c’est que les Allemands durent retenir les Slaves partout où la Wehrmacht arrivait. Sitôt les troupes allemandes entrées dans une ville ukrainienne ou balte, les populations organisaient des pogroms contre leurs tortionnaires juifs du Parti qui les avaient tourmenté pendant plus de deux décennies.



Paysanne lituanienne donnant du lait aux soldats allemands



Paysanne ukrainienne donnant à manger aux troupes du Reich

Les fantaisies antifas de quelques réactionnaires récemment convertis à la « russophilie » ne doivent pas tromper les véritables amis de la Russie slave : participer de cette farce antifasciste grotesque ne fait que précipiter la Russie vers l’abîme racial.

L’antifascisme juif menace tout autant la Russie que l’Europe


Dès lors que l’on appréhende la dimension raciale et idéologique de la guerre, on comprend que les Russes ont été et continuent d’être sous l’emprise de la même influence juive que celle que nous subissons. Influence considérablement renforcée par le cynisme de certains cercles dirigeants moscovites, prêts à faire feu de tout bois pour créer une image flatteuse et mensongère de la tyrannie bolchevique dont ils sont, du seul point de vue légal, les dépositaires par défaut.

Si la guerre fut particulièrement brutale à l’Est, c’était en raison même de la radicalité des bolcheviques, les cadres d’un régime qui avaient transformé la Russie en un immense camp de la mort sibérien avec ses millions d’esclaves corvéables à merci. Face à un tel ennemi, la guerre ne pouvait pas ne pas se traduire par des montagnes de cadavres du fait des Rouges et des commissaires politiques juifs. Si les communistes avaient volontiers massacré des millions de Russes en temps de paix, comment, à plus forte raison, étaient-ils prêts à en sacrifier en temps de guerre.

C’est ici que le patriotisme peut devenir le pire ennemi du nationalisme. Le patriotisme consiste à exprimer une loyauté de principe envers son pays, c’est-à-dire, bien trop souvent, envers son gouvernement. Les états jouent volontiers du flou qui existe entre ces deux notions dans l’esprit des masses pour régulièrement se légitimer. Ainsi, le régime républicain passe-t-il son temps à confondre à dessein « République » et « France » tandis que le Kremlin fait de même en parlant de l’Union Soviétique.

Mais, sur la longue durée, cette exaltation de l’antifascisme se convertira, pour la Russie blanche, en désastre racial, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Au fond, ce que fait l’actuel gouvernement russe n’est pas différent de ce que fait Israël avec le mythe de l’Holocauste dont les Rouges sont d’ailleurs les véritables inventeurs : essayer de dominer moralement l’Europe blanche en exploitant sa tendance à l’autoflagellation afin d’en retirer un substantiel bénéfice historique.

Raisonner, dans une telle guerre, en termes purement nationaux ne permet pas de comprendre l’ampleur du conflit ni ses ramifications contemporaines. Car la guerre antifasciste/antiraciste continue et c’est précisément ce qu’expriment, souvent explicitement, ces « célébrations » : la glorification de la destruction de la race blanche.


Les nationalistes russes les plus lucides sont frappés d’interdit au nom des mêmes principes antifascistes qui alimentent la propagande d’état antinazie. S’il ne s’agit pas de convertir les Russes au national-socialisme – une idée saugrenue qui n’aurait certainement pas effleuré Hitler -, il faut en revanche que les Russes sachent exactement ce qui les guette.

Demain, ce sera au nom de la lutte antinazie que des millions de mahométans venus des steppes asiatiques seront imposés de force dans les villes de la Russie européenne. Quiconque protestera se verra opposer le souvenir ému de 1945 quand les troupes mongoles sauvaient la Russie du péril blond.



Tout comme, de nos jours, le régime impose aux Français de consentir à leur submersion en mémoire des efforts des tirailleurs sénégalais et marocains.

Comme nous le disions récemment, le gouvernement russe a annoncé un plan visant à importer 10 millions d’ex-sujets soviétiques en Russie.

En parallèle, la bienveillance de plus en plus marquée des autorités russes vis-à-vis de l’islam semble relever d’une peur plus que d’un choix. Si la situation sécuritaire est bien meilleure en Russie qu’en France, la dynamique d’ensemble deviendra bientôt, pour des raisons démographiques, critique.

C’est en substance ce qu’a annoncé le Grand Mufti de Moscou, déclarant que d’ici 2035, la Russie sera déjà à plus de 30% musulmane. Annonce qui a été suivie du commentaire suivant de la part de l’archiprêtre Dmitry Smirnov, « c’est déjà trop tard, il n’y aura plus de Russes en 2050 ! ».

Alors certes les Russes peuvent choisir de continuer d’exalter leur « victoire » sur le racisme. Mais le prix à payer sera de survivre dans un pays dont les villes auront été intégralement bougnoulisées.

Et cela vaut tout aussi bien pour les « patriotes » français.

Commentez l’article sur EELB

Continue reading...
 

Falsacappa

Crypto-villiériste
Membre confirmé
Membre
C’est en substance ce qu’a annoncé le Grand Mufti de Moscou, déclarant que d’ici 2035, la Russie sera déjà à plus de 30% musulmane. Annonce qui a été suivie du commentaire suivant de la part de l’archiprêtre Dmitry Smirnov, « c’est déjà trop tard, il n’y aura plus de Russes en 2050 ! ».
Un pays avec l'arme nucléaire peuplé de tarés musulmans et dirigés par des juifs fanatiques antiblancs, nous aurons ça en 2050. Autant vous dire que ça va être festif, on ferait bien de remettre au goût du jour la mode des abris antiatomiques dans le jardin !
 

edd

Branleur sous pseudo
Membre
Encore un excellent article de fond que je partagerai volontiers à mes connaissances "anti-nazis" qui sucent goulûment et à outrance la sainte Russie du sauveur Poutine.
Le mythe du c'est Hitler qui a attaqué la Russie en premier n'a que trop duré.
 

Comte Nazi

Gauchiste en rémission
Membre
Poutine a des qualités indéniable, mais à l'instar de la grosse Le Pen, il n'a aucune conscience raciale, ce doit être le seul point commun avec les cheveux blonds, car nous savons tous ici qu'elle est nulle en tout même en danses nègres.
Cela donne un cosmopolitisme avec des frontières, cette hérésie est un génocide blanc plus lent, c'est laisser le bébé et l'eau du bain aux générations futures, le mal de nos deux siècles.
Au pire, Hitler méprisait les Slaves, les Juifs les détestent profondément.
La Russie aura le choix entre le tsarisme d'Yvan le terrible, c'est à dire sans juifs sur le territoire ou la dissolution métisse. Elle est dans le même bateau que les Celtes français ou les Bataves américains.
La race encore et toujours.
 

Philippe

Branleur sous pseudo
Membre
Un pays avec l'arme nucléaire peuplé de tarés musulmans et dirigés par des juifs fanatiques antiblancs, nous aurons ça en 2050. Autant vous dire que ça va être festif, on ferait bien de remettre au goût du jour la mode des abris antiatomiques dans le jardin !
Il faut pas oublier qu'il y avais en 2015 une réunion au plus haut niveau militaire russes donc Poutine était présent. Il était question d'une guerre contre la France qui deviendra musulmans en 2050 , il y a pas de hasard mais bien un plant d'invasion planifiée pour nous détruire. La guerre comme je le pense aura sûrement lieu détruira notre race ou la rendre esclave des juifs puisque les musulmans me sont que leur pantins. Les attaque que nous subissons est voulu.
 

Frei Korps

Sarköziste honteux
Membre
Mais j’en ai marre, j’en ai marre de ses putains de patriotes russe, polonais, anglais, américain qui se félicitent d’avoir vaincu l’Allemagne en 1945 et qui se targuent de se soucier de la race blanche ! Allez demandez aux ukrainiens, lettons, lituaniens, estoniens et finlandais s’ils regrettent les sales juifs commissaires polonais et si ils ont accueillis les allemands à coup de pierre : la vérité, comme le dit Capitaine est que dès que les allemands arrivaient ils se précipitaient pour brûler les rouges et les juifs sur des bûchers.
 

Comte Nazi

Gauchiste en rémission
Membre
C'est le siècle du Juif, son époque, son heure de gloire et qui dit juif, dit abatardissement des races. Le battre sur son terrain est être raciste et même racialiste et certainement pas mettre sur le trône médiatique le bougnoule Messiha qui concoure avec SOS Racisme, petite digression française, mais qui peut se ramener à la politique de Poutine qui s'acharne à faire de la diplomatie antiraciste. Même Orban aurait des progrès à faire en communication dans ce domaine, à leur décharge, il faut qu'il y ait plus de pays qui brisent le cadenas pour pouvoir être dans un rapport de force.
 

Falsacappa

Crypto-villiériste
Membre confirmé
Membre
Il faut pas oublier qu'il y avais en 2015 une réunion au plus haut niveau militaire russes donc Poutine était présent. Il était question d'une guerre contre la France qui deviendra musulmans en 2050 , il y a pas de hasard mais bien un plant d'invasion planifiée pour nous détruire. La guerre comme je le pense aura sûrement lieu détruira notre race ou la rendre esclave des juifs puisque les musulmans me sont que leur pantins. Les attaque que nous subissons est voulu.
J'ignorais ça, la Russie ne se rend visiblement pas compte de son propre remplacement.
En tout cas, la date de 2050 reviens souvent, ça semble être la limite décisive, aprés ça, si il n'y a pas eu de révolte, les blancs auront disparus et le monde retombera au néolithique. .
 

Un Lyonnais

Gauchiste en rémission
Membre
Si l'Afrikakorps avait pu être mis en place dès septembre 1940 et prendre le canal de Suez en Octobre, est-ce que cela aurait forcé la GB à signer la paix, laissant plus de marge de manoeuvre aux Allemands face aux soviétiques dès juin 41?
 

Zyklonneur

Sarköziste honteux
Membre
Splendide synthèse !

À mon sens, tout converge vers un conflit généralisé, c'est-à-dire une 3ème guerre mondiale juive qui, selon les planifications messianiques juives, sera le grand conflit armé qui fera office de reset pour aboutir à leur nouvel ordre mondial.

Mais ça c'est le (((plan))), il nous appartient de le déjouer.
 

diogene

Droitard
Membre
a mon avis, ce n'est pas trop la peine de chercher midi a 14 heures pour comprendre....D'une part nous avons l'europe Christianisé qui est en voie de negrification et de bougnoulisation total par les Juifs qui détiennent le pouvoir étatique et de l'autre la Russie Christianisé elle aussi " orthodoxe" quii est en voie de bougnoulisation sur son propre territoire, par d'autres Juifs" ashkenazes" qui detiennent le pouvoir etatique.

pourquoi les negres et les arabes ? et bien toujours pour la même choses ! les juifs traditionaliste attendent leurs Mashia a la fin des temps" qu'ils ne nomment pas" les Chretiens attendent leurs Messi fils de Dieu " Yavhé" qu'ils nomment Jesus, a la fin des temps et les Mahometans attendent leurs Mashia prophete "fils de Myriam" de pere inconnu, qu'ils nomment "Issa" jesus ... a la fin des temps . Nous sommes embarquer dans une ingenierie semitique qui s'accapare nos vies, nos cultures, nos génes et de nos territoires pour les faires leurs en bout de course.

je ne sais pas expliquer les choses compliqué moi, mais lors-ce que je veux comprendre une chose , j'essaie de les simplifier au maximum et de rechercher les constante et les parallèles..... les constantes et les paralleles sont toujours du même ordre chez les Juifs, toujours par infiltration, qu'elle sois Dogmatique ou autres, la seule chose qui les relies entre eux est leurs sémitisme et comme ils sont sémites et qu'ils sont infiltrés depuis 2000 ans en Europe, ils n'ont eu de cesse que d'essayer de nous rendre aussi docile que des vaches indou avec leurs dogme " le Christianisme" tout en faisant rentrer pour la fin de l'histoire des hordes de veritable barbare sur notre propre sol pour nous finir avec nous sans trop de difficultés, la constante dans tout cela est toujours le sémitisme et leurs croyance dans un Mashia. Autrement dis, sois, tu te metisse avec du sémite ou du negre, sois tu meurs.

La constante est le Messi, Mashia Juif sémite et les Juifs qui sont derriere bien evidament , a la manoeuvre.....

en Chine , les Juifs ne sont pas rentrer et il n'y a aucunes politique de métissage sur leurs territoire, cette choses là devrais retenir notre attention particuliere, car elle est importante et c'est en synthétisant de cette maniere que l'on comprends que le sang Européens et le veritable sang Russe, le sang blanc pour simplifier, va encore se retrouver dans une guerre prochaine" enmené par une idéologie fomenté par les Juifs" qui va peut-être nous anéantir, car nous sommes pris en etau dans nos propres pays et nous n'avons pas encore trouver la solution pour nous rassembler quelque part, nous sommes divisé et isoler, nos poules se font engrosser par des negres et si une guerre devait eclater a l'international, les economies du monde entiers se casserait irrémediablement la geule, entrainant , viol et engrossement de nos poules par le sang negre ou sémite" assassinat, conquista de territoire etc etc....

quel est la solution ? se préparer individuellement au choc a venir et preserver ses genes coute que coute.....dans un premier temps.

et comme si cela ne suffisait pas, dans notre propre peuple, notre propre sang, nous avons les gauchistes de tous horizons qui caressent les bougne et les negres, les catho-Cuks, qui acceuille et baisent avec des negres, les pro LGBT et autres pederastes et la liste est sans fins ! nous ne sommes en réalité qu'une poignée et moi je dis que si quelques uns d'entres nous arrivent a foutre le camps de ce merdier pour aller se répandre ailleurs, ce sera deja pas si mal.
 

islamo_allogenic_disaster

Branleur sous pseudo
Membre
Un pays avec l'arme nucléaire peuplé de tarés musulmans et dirigés par des juifs fanatiques antiblancs, nous aurons ça en 2050. Autant vous dire que ça va être festif, on ferait bien de remettre au goût du jour la mode des abris antiatomiques dans le jardin !

Perso, je pense qu'a ce sujet rien n'est écrit, rien n'est figé dans le marbre ... Après certes, pour l'instant l'invasion islamique en Europe occidentale est une évidence que plus grand monde ne peut se permettre de nier ! Au point que même a gauche, ils préfèrent en nier uniquement le "danger"

Mais voila, depuis la fin des années 90, il s'est passé bien des choses dans le monde occidental et notamment des revers électoraux populistes qui auraient été vu comme ridicules et impossible a cette époque ou justement tout le monde préférait notamment parier sur l'élection d'un président noir aux USA et personne n'aurait pas imaginer que les conséquences seraient l'élection d'un Trump juste après !

Car Trump est en partie la conséquence de la gouvernance Obama qu'en partie la conséquence du rejet pur & simple du retour des Clintons a la maison blanche ... Perso je me rappelle durant les 2 loooooongs mandats d'Obama (oui le temps fut bien long ...) nombreux étaient les populistes qui cherchaient a dénoncer les concessions et trahisons pro-islamique de ce président sur la politique extérieur US

Et qui furent réfutées et ridiculisées dans les médias comme une chose qui n'existait pas, qui n'aurait jamais eu lieu ... Puis qui finalement avec la candidature Clinton pour lui succéder se révèleront finalement comme la pure réalité, avec en parallèle une prise de conscience assez forte aux USA dans les milieux populaires sur le fait que les valeurs américaines se seront bien faites rouler dans la farine par la réalité de la politique d'Obama ! Bien que les révélations liées au scandale des fameux 30 000 mails d'hillary clinton y joueront pour beaucoup dans ce "réveil"

Pourtant, en parallèle justement dès la fin des années 90, ce seront bien les clintons qui feront d'énormes concessions au monde islamique comme par exemple leur ouvrir en grand les portes de l'Onu en leur servant par exemple sur un plateau la présidence du conseil des droits de l'homme ! Ce qui n'est pas rien ... Mais moi je note d'ailleurs qu'a l'époque cela n'avait fait pas le moindre "bruit politique" a ce propos, et ce n'est que bien 10 ans + tard que cela ré-apparaitra dans les médias avec les conséquences de ces "concessions"

Dans tout les cas, je pense qu'il y a eu aux USA une réaction "populaire" forte et inattendu sur les conséquences de la politique pro-islam d'Obama et des méfaits des clintons et quoi qu'on pense de Trump et de son role pas clair avec les juifs, je pense qu'il y a bien eu un réveil a propos du danger islamiste et qu'il existe un sentiment populaire de trahison, 10-15 ans après le 11/09 et son traumatisme

Maintenant je pense que l'avenir va grandement dépendre de la ré-élection ou non de Trump, une ré-élection confirmerait je pense un réel changement de phase pour le long termes sur le comportement US vis a vis de l'islam dans le monde, et qu'il existe donc bien une volonté populaire de changement de paradigme civilisationnel des USA vis a vis de ce danger et qui se confirmera comme de + en + fort alors dans l'avenir

A l'inverse, si Trump se faisait battre en novembre 2020, ce serait hélas un mauvais signal pour le futur du comportement de la politique US dans le monde et donc un changement de cycle a nouveau pro-islamique ...

Pourquoi je parle de ces choses la ? Car je pense que cela aura des conséquences en France selon ... Evidemment, je ne vois pas une ré-élection de Trump permettant a une M Le Pen d'accéder au pouvoir en 2022 ... Mais une telle ré-élection aurait l'avantage que ce Trump ré-élu pourrait alors imposer un calendrier fort de rupture progressive en Europe avec la naïveté sur l'islamisme que Macron ait été ré-élu ou non

Macron qui a déja été contraint de dénoncer le séparatisme islamiste dans les territoires perdus de la république, se verrait contraint avec un Trump ré-élu d'aller + loin que les simples discours a ce propos ! Mieux encore, je pense que Macron se verrait carrément contraint de devoir anticiper un avenir électoral de + en + favorable aux populismes en prenant des décisions défavorables a la progression islamique en France tout en theatralisant la chose de sorte a le faire du genre : "pour ne pas alimenter le retour de la bête" comme si le populisme était le nazisme

Dans tout les cas, j'ai la conviction que la ré-élection de Trump forcera la main aux dirigeants européens libéraux-immigrationistes de devoir sensiblement se modérer dans leur politique pro-migratoire et donc pro-invasion, tout en libérant le sujet en France

France ou je sais pas si vous l'avez remarqué mais, bien des décisions appartenant au départ au militantisme politique FN-populiste anti-muz ont été prise par le camp adverse finalement ... Comme si, ils le faisaient pour ne pas justement subir un raz de marée électoral "nazi"

Mais bon, pour l'instant de toute façon rien n'est vraiment fixé, il faut je pense attendre la ré-élection ou non de Trump pour voir se dégager quel genre d'avenir va se dessiner a ce propos

En notant au passage que le covid-19 pourrait aussi faire bouger les lignes au niveau migratoire, comme par exemple en finir quelque soit le parti au pouvoir en France : Sur ce "je m'en foutisme migratoire" , alors que des choses sont possibles, il suffit d'en avoir la volonté politique
 

Hans Rudel

Branleur sous pseudo
Membre
Si l'Afrikakorps avait pu être mis en place dès septembre 1940 et prendre le canal de Suez en Octobre, est-ce que cela aurait forcé la GB à signer la paix, laissant plus de marge de manoeuvre aux Allemands face aux soviétiques dès juin 41?
Plus simplement pour arriver au même résultat, il aurait fallu commencer par faire prisonnier les 300.000 soldat britaniques à Dunkerque plutôt que d'arrêter l'offensive en cours; puis pendant la bataille d'Angleterre, continuer à porter les efforts de la luftwaffe sur la RAF et les usines d'armement plutôt que de commencer à bombarder les villes anglaises, ce qui n'a servi qu'à donner un répit salvateur à la RAF.
 

Lazare Léplusombre

Gauchiste en rémission
Membre
Un pays avec l'arme nucléaire peuplé de tarés musulmans et dirigés par des juifs fanatiques antiblancs, nous aurons ça en 2050. Autant vous dire que ça va être festif, on ferait bien de remettre au goût du jour la mode des abris antiatomiques dans le jardin !
[/QUOTE

Comme l'Afrance en somme.

Pertinente analyse. Le sort de la Russie semble encore relativement enviable, mais jusqu'à quand ?
 

Honneur à Fenet

Gauchiste en rémission
Membre confirmé
Membre
Plus simplement pour arriver au même résultat, il aurait fallu commencer par faire prisonnier les 300.000 soldat britaniques à Dunkerque plutôt que d'arrêter l'offensive en cours; puis pendant la bataille d'Angleterre, continuer à porter les efforts de la luftwaffe sur la RAF et les usines d'armement plutôt que de commencer à bombarder les villes anglaises, ce qui n'a servi qu'à donner un répit salvateur à la RAF.
Il faut préciser que ce sont les anglais qui ont commencé à bombarder les villes allemandes en 1940
 
Top