L’armée française s'entraine avec les robots Spot, Nerva, Barracuda, Optio 20 et Ultro...

Kurt Heinrich

SA- chef supérieur de section
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
1,439
Reaction score
6,694
Retour d’expérience
À chaud, qu’en pensent les élèves ? Le sous-lieutenant Julien, chef de projet, voit tout l’intérêt de ces robots pour le combat en milieu clos : On est plus serein si le robot est passé avant pour faire une reconnaissance. Mais on met plus de temps à agir avec les robots ». Un de ses camarades abonde : Lors de la phase de combat urbain sans robot, j’ai été tué. Mais pas la fois où le robot a effectué la reconnaissance. En revanche on a fait l’expérience de leur autonomie limitée : SPOT s’est retrouvé à court d’énergie en plein assaut ».



Piloté par le CREC (le Centre de recherches des écoles de Coëtquidan), l’exercice de deux jours a été soutenu par les firmes Nexter Systems et Shark Robotics qui en ont profité pour dévoiler quelques nouveautés.

À l’origine de cette manœuvre originale, un article de l’ingénieur du CREC Gérard du Boisboissel proposant de mesurer l’apport de la robotique lors d’une action militaire et analysant les robots terrestres, leur temps d’exécution de la mission, leur agressivité et leurs vulnérabilités. L’idée proposée au commandement de l’EMIA partait de ces interrogations, explique Gérard de Boisboissel. Quatre élèves ont porté ce projet d’exercice de recherche appliquée, aux trois scénarios : une action offensive avec la prise d’un carrefour, une action défensive de jour puis de nuit, une action de combat urbain ». Ces actions ont été jouées d’abord sans robot par les élèves qui ont tous une expérience militaire certaine puis avec l’assistance de plusieurs robots.



Pour Gérard de Boisboissel, l’un des enseignements réside dans la capacité des élèves de s’approprier les potentialités des robots. Ainsi, le BARRACUDA et sa plaque de protection ont été utilisés pour bloquer une porte et piéger les occupants.

Autre constat : la nécessité d’une phase de prise en main mais elle est courte car les élèves maîtrisent déjà les joysticks qui permettent de piloter les drones .

L’ingénieur de recherches termine aussi sur le tempo : "C’est plus lent avec les robots mais il est clair que l’on peut éviter des tués et des blessés en utilisant bien les potentialités de ces équipements "

Source
 

le macaque

SA- chef supérieur de section
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 13, 2020
Messages
1,462
Reaction score
6,334
et on fait quoi si le robot lève la papatte pour faire pipi en plein millieux du champ de bataille ou si l ennemi envoie une robote en chaleur ? hummm
 
Top