Isabel Peralta en live! (pour ceux qui comprennent l'espagnol)

le nouvel A

SA- aspirant
Membre confirmé
Membre
Joined
Nov 10, 2020
Messages
243
Reaction score
448
Ce livre dit que les Français ont l’élégance, les Anglais ont la méthode, et nous les Espagnols nous avons la noblesse. La noblesse et l’honneur sont les deux caractéristiques qui définissent un Espagnol. Alors oui évidemment, je pense que les peuples ont une personnalité. Ils ont des vertus données par l’histoire. Il y a des nations riches mais qui sont pauvres en cela et qui n’ont pas grand-chose à défendre, d’autres qui sont pauvres mais qui ont beaucoup à défendre : leur génie propre. Aujourd’hui c’est l’époque de la liquidation, mais quand l’Espagne reprendra sa vertu suprême, elle retrouvera sa destinée.


ouai euh pas d'accord avec ce passage on sent la "jeune fille" la dedans
n'oubliez jamais la furia francese et le peuple qui a mené le plus de guerre qui a gagner le plus de batailles sur son sol et a l'extérieur ce sont les Français !!!!!
 

Coureur des Bois

SA- soldat
Membre
Joined
Jul 28, 2020
Messages
192
Reaction score
682
Merci @Supralunaire pour ce compte-rendu objectif et factuel.

La réponse d’Isabel est que la phalange est hispaniste et impériale, qu’il peut donc y avoir des nègres dedans. Il n’est « pas Espagnol racialement, mais spirituellement » dit-elle. Elle ajoute qu’il y avait « des Tibétains et même des Juifs dans la SS, pour accomplir le rêve idyllique du national-socialisme ». Ce n’est pas le genre de concessions dont nous avons besoin aujourd’hui, mais passons.
Certes mais le fait de les incorporer à un mouvement spirituel n'implique pas leur immigration ni leur naturalisation européenne. La nature même de ce mouvement s'y oppose. Que d'autres peuples développent leur implémentation du national-socialisme dans leur patrie me semble tout à fait souhaitable car opposé à la domination juive, et ce qu'elle dit tout comme ce que Hitler disait va dans ce sens. Qu'ils combattent à nos côtés est, selon moi, une très bonne chose du moment qu'ils retournent nettoyer leurs trous à rats d'origine quand on en aura terminé.
 

Loustacha

SA- soldat de choc
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 6, 2020
Messages
397
Reaction score
1,297
J’ai écouté cette chère Isabel en usant de mon Espagnol LV2 sans en comprendre la totalité. La traduction et le résumé réalisé par notre camarade est donc d’une grande aide pour compléter le tableau, un grand bravo et merci à lui.

Le blond aux yeux bleus est supportable, le brun l’est beaucoup moins avec ses gesticulations hystériques et ses rires moqueurs quand un argument lui est balancé dans sa tronche.

J’ai notamment apprécié leur rire moqueur, genre ‘’nous sommes choqué, tu racontes n’importe vraiment n’importe, tu fantasmes’’ lorsque Isabel leur dicte mot pour mot le plan Kalergi tel qu’il est décrit pas son auteur. Soit ils sont naïfs (le blond), soit c’était un rire de fdp pour ne pas avoir de soucis avec la maison mère et perdre son statut social (le brun).

Félicitation a Isabel pour son combat et ses pensées, elle est mature et a beaucoup de matière, c’est un fait indéniable. J’espère qu’elle trouvera de fidèles camarades pour la protéger et l’accompagner.

Ce genre de nana peut faire beaucoup de mal au système, elle est jeune, dévergondée, cool et sait de quoi elle parle, et surtout elle est encore trop jeune et donc prête au sacrifice pour sa cause sans trop calculer.

Il nous faut définitivement un emblème NS ‘’neutre’’ et reconnaissable pour la jeunesse Européenne se reconnaissant dans la doctrine NS du 21eme siècle, je suis certain que nous sommes beaucoup plus nombreux que ce que nous croyons, il faut faire trembler nos ennemis, ce sont des faibles et ils le savent, surtout face à la jeunesse Européenne encore présente qui n’a rien à perdre.

Que Dieu bénisse Isalel.
 

OurSSympa

SA- aspirant
Membre
Joined
Aug 19, 2020
Messages
58
Reaction score
270
Merci Supralunaire pour le travail de traduction et de retranscription.
Je rejoins l'idée émise plus tôt d'envoyer une lettre de la part de toute la communauté DP à cette jeune Isabel, afin qu'elle sache qu'à l'Est viendront des soutiens forts.
Qu'on se le dise, si la revolution NS démarre en Espagne ce sera là la place des hommes en age d'action, et pas ailleurs. Tant pis si la France se noie dans ses negres, nous aurons des decénnies pour la reconquerir.
Ola Isabel !
 

Le gang Buzyn Lévy

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 14, 2020
Messages
1,699
Reaction score
8,198
INTRODUCTION

L’entretien est mené par un youtubeur au phénotype irréprochable. Au fur et à mesure, l’auditeur comprend que c’est un droitard proche de Vox, indécis sur la question juive, mais très brave homme. A partir de la 55è minute, intervient un invité, du genre libéral-sceptique, un peu narbo et qui parle fort. Isabel est dans une petite pièce, son chien va jouer plusieurs fois à passer derrière elle pour renverser une bibliothèque en forme de canoë. Le phénotype d’Isabel est moins levantin et plus européen que je ne le pensais. Elle fume et boit une bière. Passons.

Très rapide présentation de sa personne : étudiante en histoire, elle consacre ses journées à la lecture et à la lutte politique, qui définit toute sa vie. Elle s’est intéressée à la mode. Elle peint, pratique un art martial, fait du ski et monte à cheval. Nous apprenons par la suite qu’elle est madrilène et que son anniversaire tombe le jour de l’opération Walkyrie, soit le 20 juillet.


A. LE FAMEUX DISCOURS ‘LES JUIFS SONT COUPABLES’ ET SES SUITES




Le journaliste lui demande ensuite si ses idéaux lui viennent de son cadre familial. Elle répond que c’est le contraire. Elle mentionne avoir lu le Contrat Social de Rousseau et d’autres ouvrages de la pensée européenne. « Comme tout le monde à l’école disait que le fascisme était le mal, je m’y suis intéressée par pure curiosité. »

Le journaliste lui demande si elle se repent de sa déclaration « Le Juif est le coupable » ou si elle veut la nuancer.



Elle ajoute qu’il n’y a pas besoin d’avoir un doctorat pour chercher dans Wikipedia des listes de magnats en regardant la race dont ils proviennent. Elle mentionne le système monétaire international, le système de la Réserve Fédérale, le président du New York Times, les gens de Hollywood, etc. Hasard ou pas, ils sont de cette race. Mais elle fait la concession indiquant qu’il serait « absurde de condamner un peuple entier », car elle parle d’un certain secteur de la race juive.

A 8’12, le journaliste nous apprend que la Falange Autentica et la Fraternité de la Division Azul ont publié des communiqués se dissociant de ton discours. Il lui demande si elle pense que les Juifs sont le mal et notre malheur.



Le journaliste lui demande de préciser sa pensée : pourquoi les Juifs sont-ils expulsés de partout ?




A 11’54, vient un moment marquant.



Le journaliste et Isabel passent ensuite à l’avenir proche : le procès, la prison, le projet de livre d’Isabel.




B. LE NATIONALISME ESPAGNOL ET LES INDEPENDANTISMES


De la 16ème à la 33ème minutes, l’entretien tourne autour de la notion de l’unité espagnole. Isabel se revendique des JONS – mouvement national-syndicaliste fondé par Ramiro Ledesma qui va ensuite s’unir avec la Phalange de José Antonio Primo de Rivera. Elle n’est pas du tout franquiste, mais elle défend le nationalisme espagnol en tant que produit de l’histoire.

A 16’23, le journaliste lui demande de se définir idéologiquement.
Bon boulot ! (y)
Merci la traduction !
 

Crépue Blique

SA- aspirant
Membre
Joined
May 24, 2020
Messages
27
Reaction score
58
Il y a quelque chose qui revient souvent : l'extrême droite .
Sommes-nous d'extrême droite ? la question est ambiguë, nous sommes étiquetés comme tels.
Qu'en est-il vraiment ?
En ce qui me concerne je pense l'être, même si un socialisme racial, ethnique serait une approche réellement fondée pour le bien commun.
Un natio fait du socialisme sain.
Le camaraderie est basée dessus.
Ce n'est pas vraiment important, du moment que nous sommes entre nous Français, on pourra discuter tranquillement du degré de socialisme nécessaire à notre futur Etat.
Entretemps, turbo droite, ça me va pas mal.;)
 

Le gang Buzyn Lévy

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 14, 2020
Messages
1,699
Reaction score
8,198
Supralunaire, tu confirmes la traduction ?

ISABEL PERALTA. LE FÉMINISME ET LA DESTRUCTION DE LA SOCIÉTÉ.

Les rapports entre les comportements sociaux et l’identité sociale féministe constitue le grand axe de la transformation à réaliser pour établir un nouveau modèle d’identification sociale et, par conséquent, un nouveau modèle de société.

En vue de l’implantation d’un nouvel ordre politique social, le féminisme est apparu comme le facteur le plus efficace en faveur de cette nouvelle identification sociale, semblable à des termites qui s’infiltrent dans les fondations et les piliers de la civilisation occidentale pour les affaiblir puis à danser sur leurs ruines en proclamant le triomphe des pouvoirs occultes qui aujourd’hui nous dominent.

La relation que la société entretient avec le féminisme se heurte à l’identification que certaines catégories sociales ont basée sur leurs rapports à l’ordre patriarcal. Les catégories éthiques, professionnelles, raciales ou les étiquettes de victimisation sociale, ainsi que les affiliations politico-idéologiques des couches sociales, sont supposées devoir subir une transformation féministe afin de créer une nouvelle Europe « diverse » qui serait basée sur la démocratie multiculturelle et le principe de parité. Par conséquent, toutes les catégories mentionnées ci-dessus sont autant d’intersections qui doivent converger avec le féminisme social.

Les porte-étendards de ce féminisme sont invités à remettre en question l’ordre social dominant sur lequel l’identité de nos nobles peuples européens a été construite afin de créer une nouvelle conscience du monde basée sur « l’égalité », la « diversité » et l’autonomisation des classes sociales « plus faibles ».

Cette nouvelle conscience doit passer irrévocablement par l’autonomie féminine, c’est-à-dire par le pouvoir des femmes féministes exercé sur le soi-disant « seigneur féodal » du XIXe siècle : le patriarche. Mais comme nous avons déjà pris soin de l’expliquer, le patriarche n’est pas un homme, c’est la culture, l’art, la nation et la morale de la civilisation occidentale.

Cette conscience du nouvel ordre générée par l’autonomie féministe cherche à imprimer ses principes sur l’identité de la société par l’identité sociale de genre, en rupture avec les rôles [traditionnels de l’homme et de la femme], les droits, les responsabilités et même l’être des hommes et des femmes. Ils rêvent d’une égalité qui nous rend tous inférieurs, contre-nature et sans identité, ils cherchent à créer des crècerelles, une nouvelle race d’être inférieurs et homogènes, dociles et faciles à dominer selon les mots du parrain de l’Union Européenne, Richard Coudenhove-Kalergi, qui a placé de grands espoirs dans les mouvements féministes pour la réalisation de ses illusions ; l’ordre mondial sioniste.

L’identité sociale féministe.

Afin de changer la société, un nouveau modèle/méthode d’investissement est introduit, appelé « l’identité sociale féministe ». Cela doit être basé sur une « richesse politico-théorique » d’une nouveauté radicale par rapport à ce qui précède, de sorte que des concepts comme l’AWS [Attitude Toward Women Scale], le SRES [Sex-Role Egalitarianism Scale], l’échelle idéologique de Betsy Morgan et d’autres ramassis d’abominations parviennent à changer l’idéologie du peuple, ses principales structures et codes moraux, l’amour de la nation et la foi religieuse.

Tous visent à changer les attitudes « sexistes », les relations entre hommes et femmes, les rôles sexuels sociaux et biologiques, l’homogénéité raciale et culturelle des nations afin de parvenir à la mise au pas idéologique de la société sous la bannière du progressisme et de ses sbires les plus grossiers. La domination féministe est nécessaire pour faire converger les esprits de la population vers les perspectives du progressisme destructeur.

Cette domination de l’identité sociale féministe sera réalisée (ou est en cours de réalisation) selon les paramètres du modèle Downing, matérialisé en 1985. Avec elle, on cherche à développer et à maintenir les groupes minoritaires, afin qu’ils grandissent et entraînent l’enthousiasme de nations entières.

Ce modèle comporte cinq étapes distinctes :

Acceptation passive ; les femmes acceptent passivement les rôles et les stéréotypes liés au genre. Dans notre langue, la femme sait qu’elle est une femme et qu’elle appartient à une civilisation qui, bien qu’aujourd’hui menacée par les valeurs décadentes du progressisme, a été la mère guide du monde dans les temps de splendeur et de grandeur.

Révélation : les femmes prennent conscience de leur subordination au patriarcat et commencent à éveiller en elles des sentiments de haine et de ressentiment envers les hommes et envers la civilisation. Cela signifie que les femmes se font manipuler et empoisonner avec des mots démagogiques qui les poussent à remettre en question leurs principes moraux, culturels et religieux, ce qui les amène à se confronter au genre auquel elles devraient être unies et donc à haïr le national, parce qu’elles considèrent la patrie comme un outil de l’homme pour dominer les femmes. À ce stade, la sororité naît du partage de l’expérience avec d’autres femmes, ce qui conduit aux premières structures d’escouades féministes.

Soutien social ; par la victimisation, la manipulation de la vérité, l’inversion des concepts, la propagande et les discours, on fait comprendre à la population qu’il n’y a pas d’autre choix que de rejoindre les rangs du féminisme, du progressisme. Toute position contraire sera considérée comme sexiste (ce qui dans leur bouche n’est pas une insulte pour nous, mais dans son vrai sens est une chose dégoûtante que nous combattons également). Si vous ne brandissez pas la bannière du progrès, vous n’êtes pas politiquement correct et vous serez traité comme un monstre, un déchet humain. C’est ce qu’on appelle la dictature de la liberté. Mais il s’avère qu’il existe une troisième voie différente du machisme et du féminisme, comme il en existe une de gauche et une de droite. Cette troisième voie est la nôtre, celle que nous annonçons dans ce livre.

Après l’obligation de penser comme le système de la liberté d’expression nous y oblige, il nous restera la phase de synthèse ou d’acceptation. Le monde sera progressiste, nos nations seront reconstruites et multiculturelles, la révolution « sera féministe ou ne sera pas » ; la révolution féministe commencera à avoir lieu car l’acceptation de l’identité féministe se fera dans de nombreuses couches sociales (à mon avis, nous sommes déjà dans cette phase, et il faudra quelques décennies avant la mise en œuvre de ses conceptions, qui nous mènera inexorablement vers la fin irrévocable si elle n’est pas résolument arrêtée par une solution héroïque).

Nous entrerons ensuite dans la dernière phase, la synthèse des postulats féministes qui nous obligeront à contextualiser la lutte et à la mettre en pratique en la développant de manière empirique. Cela conduira à la participation de toutes les femmes et de tous les hommes aux nouvelles constructions de la société finale. Les groupes subversifs qui s’y opposent encore seront éradiqués et combattus, comme l’ont été les fascistes après le triomphe de cette répugnante dictature de la liberté née après la guerre, et qui a exactement la même fin que les postulats féministes, puisque ceux-ci ne sont rien d’autre qu’un de ses outils pour la création de cette nouvelle Europe.

Les femmes véritablement libres sont celles qui n’ont pas peur de la dictature du politiquement correct. Nous sommes ceux que n’ont pas réussi à capturer les hordes du progrès, nous allons donc lutter sur le même plan révolutionnaire contre les féministes, pour obtenir une nation unie et forte et une véritable justice sociale. C’est pourquoi j’ai fondé la Section Nationale des Femmes, qui en est à ses débuts.

https://elcorreodeespana.com/politi...uccion-de-la-sociedad-Por-Isabel-Peralta.html
 
Top