Histoire de la musique populaire américaine

MarioCigale

Sarköziste honteux
Membre
Révisionnisme de l'histoire de la musique : Le cas du banjo

1. Vous pensiez sans doute que le banjo était un instrument des blancs américains du sud des Etats-Unis, des nationalistes que l'on appelle les rednecks de Dixieland.

BanjoRed5.jpg

Faux, selon Wikipedia qui résume la musicologie officielle. Le banjo est africain :
En 1977, D.E. "demonstrated that the banjo emerged from the African slave tradition rather than rural white culture, a revelation that "shattered myths and sparked a remarkable revival of black string band music" (D.E. a démontré que le banjo provient de l'esclavage africain traditionnel au lieu de la culture blanche rurale, une révélation qui a mis en pièces les mythes et a donné l'étincelle d'un renouveau remarquable des groupes noirs d'instruments à corde").

La manipulation de D.E. consiste à changer la signification du mot banjo, en l'attribuant aussi à des instruments qui sont à base de gourdes, par exemple des calebasses africaines, comme ci-dessous sur la photo d'un ethnomusicaliste, disciple de D.E.

BanjoGourd6.jpg
D'une part, les "gourd-banjos" ne ressemblent pas vraiment à des banjos. D'autre part, leur son est assez différent, car ils n'ont pas le même nombre de cordes, et pas la caisse de raisonnance qui donne le son métalique typique du banjo.


2. Vous supposiez que le banjo avait été créé par un blanc. Pourtant, selon Wikipedia :

"Sweeney [un blanc] replaced the gourd with a sound box made of wood and covered with skin, and added a short fifth string about 1831. However, modern scholar" G. B. "pointed out in 1964 that that Sweeney may not have originated either the 5th string or sound box." (Sweeney a remplacé la gourde par une caisse de résonance en bois couverte d'une peau, et a ajouté une cinquième corde courte vers 1831. Néanmoins, le professeur moderne, G.B. fait remarquer en 1964 que Sweeney n'aurait pas été à l'origine de la 5e corde et de la caisse de résonance.)

G.B. prend par exemple le Akonting/Ekonting de la Gambie, qui est fait avec une demi-calebasse, donc qui a une chambre de résonance, et de plus, certains Akontings ont une corde plus petite. Comme précédemment, le problème est que le son de cet instrument est différent de celui du banjo, donc c'est un autre instrument. D'ailleurs, Wikipedia dit que "c'est un ancien luth".

Qui sont D.E, G.A. et G.B. ?

D.E. est Dena Epstein. G.A. est Greg Adams. G.B. est Gene Bluestein. Tous youpins.
DEpstein6.jpg
Dena Epstein a évidemment reçu beaucoup de subventions et de récompenses pour sa théorie du banjo nègre.
On la voit ici, avec la famille de l'unique banjoïste noire, plutôt métisse, Rhiannon Giddens, qui a créé le groupe raciste "Carolina Chocolate Drops".

3. Vous deviniez que le mot "banjo" dérive du prénom "Joe". Pourtant Wikipedia indique :

"It may derive from the Kimbundu word mbanza, which is an African string instrument modeled after the Portuguese banza", "The name may also derive from a traditional Afro-Caribbean folk dance called banya, which incorporates several cultural elements found throughout the African diaspora."

Ce sont des théories modernes très compliquées. Il est dommage de ne pas mentionner celle des racistes américains du 19e siècle qui prétendaient que le nom provenait de "banned Joe" (Joe le banni).


4. Quel est le plus ancien fabricant de banjos ?

Selon le musée du banjo, il s'agit de William Boucher, un artisan blanc de Baltimore, dont voici un banjo qu'il a produit en 1845.

Banjo1845.jpg

5. De quoi parle un fanatique de l'hypothèse africaine dans sa vidéo sur l'origine du banjo ?

Copie d'écran sans trucage :

BanjoSho.jpg
En substance, Clifton Hicks dit que l'esclavage était la shoah des noirs, à 2'23 de

6. Quelle est la véritable origine ?

Un gauchiste, Laurent Dubois, a l'honnêteté de dire tous les instruments qui ressemblent à un luth pourraient être considérés comme étant l'ancêtre du banjo, y compris les instruments chinois
(au passage, dans les commentaires de cette conférence, un suprémaciste noir balance une inversion accusatoire : "Another attempt of whitewashing history".)

J'attends qu'un chercheur amoureux du Japon, proclame que le banjo vient du shamisen des geishas japonaises.

Shamisen1.jpg
 
Last edited:

Hakenkreuzschwert

Sarköziste honteux
Membre confirmé
Membre
Révisionnisme de l'histoire de la musique : Le cas du banjo

1. Vous pensiez sans doute que le banjo était un instrument des blancs américains du sud des Etats-Unis, des nationalistes que l'on appelle les rednecks de Dixieland.

View attachment 11813

Faux, selon Wikipedia qui résume la musicologie officielle. Le banjo est africain :
En 1977, D.E. "demonstrated that the banjo emerged from the African slave tradition rather than rural white culture, a revelation that "shattered myths and sparked a remarkable revival of black string band music" (D.E. a démontré que le banjo provient de l'esclavage africain traditionnel au lieu de la culture blanche rurale, une révélation qui a mis en pièces les mythes et a donné l'étincelle d'un renouveau remarquable des groupes noirs d'instruments à corde").

La manipulation de D.E. consiste à changer la signification du mot banjo, en l'attribuant aussi à des instruments qui sont à base de gourdes, par exemple des calebasses africaines, comme ci-dessous sur la photo d'un ethnomusicaliste, disciple de D.E.

View attachment 11807
D'une part, les "gourd-banjos" ne ressemblent pas vraiment à des banjos. D'autre part, leur son est assez différent, car ils n'ont pas le même nombre de cordes, et pas la caisse de raisonnance qui donne le son métalique typique du banjo.


2. Vous supposiez que le banjo avait été créé par un blanc. Pourtant, selon Wikipedia :

"Sweeney [un blanc] replaced the gourd with a sound box made of wood and covered with skin, and added a short fifth string about 1831. However, modern scholar" G. B. "pointed out in 1964 that that Sweeney may not have originated either the 5th string or sound box." (Sweeney a remplacé la gourde par une caisse de résonance en bois couverte d'une peau, et a ajouté une cinquième corde courte vers 1831. Néanmoins, le professeur moderne, G.B. fait remarquer en 1964 que Sweeney n'aurait pas été à l'origine de la 5e corde et de la caisse de résonance.)

G.B. prend par exemple le Akonting/Ekonting de la Gambie, qui est fait avec une demi-calebasse, donc qui a une chambre de résonance, et de plus, certains Akontings ont une corde plus petite. Comme précédemment, le problème est que le son de cet instrument est différent de celui du banjo, donc c'est un autre instrument. D'ailleurs, Wikipedia dit que "c'est un ancien luth".

Qui sont D.E, G.A. et G.B. ?

D.E. est Dena Epstein. G.A. est Greg Adams. G.B. est Gene Bluestein. Tous youpins.
View attachment 11817
Dena Epstein a évidemment reçu beaucoup de subventions et de récompenses pour sa théorie du banjo nègre.
On la voit ici, avec la famille de l'unique banjoïste noire, plutôt métisse, Rhiannon Giddens, qui a créé le groupe raciste "Carolina Chocolate Drops".

3. Vous deviniez que le mot "banjo" dérive du prénom "Joe". Pourtant Wikipedia indique :

"It may derive from the Kimbundu word mbanza, which is an African string instrument modeled after the Portuguese banza", "The name may also derive from a traditional Afro-Caribbean folk dance called banya, which incorporates several cultural elements found throughout the African diaspora."

Ce sont des théories modernes très compliquées. Il est dommage de ne pas mentionner celle des racistes américains du 19e siècle qui prétendaient que le nom provenait de "banned Joe" (Joe le banni).


4. Quel est le plus ancien fabricant de banjos ?

Selon le musée du banjo, il s'agit de William Boucher, un artisan blanc de Baltimore, dont voici un banjo qu'il a produit en 1845.

View attachment 11814

5. De quoi parle un fanatique de l'hypothèse africaine dans sa vidéo sur l'origine du banjo ?

Copie d'écran sans trucage :

View attachment 11815
En substance, Clifton Hicks dit que l'esclavage était la shoah des noirs, à 2'23 de

6. Quelle est la véritable origine ?

Un gauchiste, Laurent Dubois, a l'honnêteté de dire tous les instruments qui ressemblent à un luth pourraient être considérés comme étant l'ancêtre du banjo, y compris les instruments chinois
(au passage, dans les commentaires de cette conférence, un suprémaciste noir balance une inversion accusatoire : "Another attempt of whitewashing history".)

J'attends qu'un chercheur amoureux du Japon, proclame que le banjo vient du shamisen des geishas japonaises.

View attachment 11816
Tu viens de m'apprendre quelques choses et je t'en remercie
 

MarioCigale

Sarköziste honteux
Membre
Révisionnisme de l'histoire de la musique : les succès des Black Face Minstrels

- Voici donc le véritable inventeur du banjo, Joel Walker Sweeney (ou Sweeny) qui a commandé à Boucher la fabrication de ces nouveaux instruments.

Sweeney9b.jpg
Aaaah, mais c'est un nègre !
Mais, non, c'est un blanc qui fait du "black face". Désolé de vous avoir fait peur.

Il a inventé le banjo pour ses spectacles où il se moque des noirs. Au lieu de s'accompagner d'une guitare, il s'accompagne de cet instrument au son métallique rigolo comme celui des pianos désaccordés ou des ressorts des vieux matelas.
Il s'habille comme un nègre en vêtements à la fois bling-bling et négligés.
L'une de ses chansons porte un titre évocateur : "Knock a Nigger Down".

Les spectacles de black face minstrel ont eu une popularité énorme en Amérique et en Angleterre, entre 1830 et 1920. On a du mal à se l'imaginer. D'ailleurs, les (((livres d'histoire))) évitent soigneusement d'en parler. Les comiques se moquaient aussi des paysans, par exemple avec la chanson "Old MacDonald had a farm". Mais, ils ont orienté leur spectacles principalement contre les nègres parce que ces derniers étaient susceptibles. Comme c'était déjà transgressif de se moquer d'eux, ces parodies produisaient un effet de catharsis, de libération des frustrations.


- Stephen Foster a dépassé Sweeny, grâce à "Oh! Susanna" composée en 1847.
C'est encore l'une des chansons folkloriques américaines les plus connues. Elle est très facile à jouer à l'harmonica. Mais les paroles de son deuxième couplet sont généralement supprimées par les censeurs :

Susanna2b.jpg

J'ai sauté dans le télégraphe (les personnes mal informées pouvaient croire que le télégraphe était le nom d'un bateau)
Et j'ai descendu la rivière
Le fluide électrique amplifié
A tué cinq cents nègres (qui croyaient que le fluide électrique auraient été comme de l'eau)
La machine s'est emballée, les chevaux (vapeur) se sont enfuis,
J'ai vraiment cru que j'allais mourir ;
J'ai fermé les yeux et j'ai retenu ma respiration,
Susanna, ne pleure pas.

La chanson raconte le voyage d'un nègre stupide depuis la Géorgie jusqu'à la Nouvelle-Orléans. Elle a été écrite par Stephen Foster pour un de ses spectacles de black face minstrel.

Le génial constructeur automobile raciste, Henry Ford, a fait déplacer la maison natale de Foster sur le site de son musée, pour que les visiteurs puissent la connaitre.

- Cotton Eye Joe
Le groupe Rednex donne une interprétation moderne de Cotton Eye Joe, vue 106 millions de fois !

Dans ce clip, on n'aperçoit que des blancs, alors que c'est encore une chanson de blackface minstrels. Elle est censurée assez souvent, bien que Mark Twain, le plus grand écrivain américain, l'ait incluse dans son oeuvre.

La chanson d'origine est anti-homme-soja et anti-PAN puisqu'elle raconte la déception d'un homme qui voit la femme qu'il aimait partir avec un nègre horrible (His teeth was out and his nose was flat, his eyes was crossed, — but she didn't mind that.).

Le chanteur est supposé être un noir, selon Wikipedia qui suit le gauchiste Dorothy Scarborough. Pourtant les paroles montrent que le chanteur est un propriétaire d'esclaves : "Il [Joe] était un nègre qui me servait" ("He was de nig dat sarved me so")

Le titre même de la chanson "cotton-eyed Joe" est clairement un surnom raciste qui vient du contraste entre la peau noire et le blanc de l'oeil comme du coton. Evidemment, les candaules de Wikipedia cherchent d'autres explications plus alambiquées : "to be drunk on moonshine, or to have been blinded by drinking wood alcohol, turning the eyes milky white; someone whose eyes were milky white from bacterial infections of trachoma or syphilis, cataracts or glaucoma"
 
Last edited:

ShitPostingBot425

Gauchiste en rémission
Membre
Les noirs n'ont rien inventé. A part le super soaker, une sorte de pistolet a eau sous pression.

Voila, en 100,000 ans d'histoire de l'humanité, les noirs ont inventé une sorte de pistolet a eau.
 

MarioCigale

Sarköziste honteux
Membre
Révisionnisme de l'histoire de la musique : Les rednecks

Le mot "redneck" se traduit par "nuque rouge". Il est le surnom des Blancs qui travaillaient à la campagne sous le soleil brûlant des états du sud des Etats-Unis. Ils faisaient toutes sortes de tâches ingrates, dont la récolte du coton, dans des conditions aussi pénibles que celles des esclaves noirs.

L'étiquette "redneck" fut considérée comme péjorative, équivalente au "plouc" français. Mais elle est revenue à la mode par des blancs qui veulent affirmer leur fierté, par exemple avec la chanson assez connue, "Sweet Home Alabama" du groupe Lynyrd Skynird. Des chanteurs de country de premier plan enchainent les succès en célébrant la vie rustique et rurale du sud, notamment George Jones et Alan Jackson.

Le clip de la chanson "Boys 'Round Here" (Les gars d'ici) de Blake Shelton est amusant. Il montre une bataille de regards entre des blancs et des noirs, avant une accolade finale politiquement correcte mais sûrement hypocrite.

Même des femmes revendiquent leur identité redneck, telle que Gretchen Wilson avec sa chanson "Redneck Woman". Au passage, elle y rend hommage à Tanya Tucker, une rebelle à la voix cassée. Cette Texane décrit la vie d'une famille de rednecks dans "I Believe the South is Gonna Rise Again", avec quelques photos des blancs misérables dans ce clip :
Mama never had a flower garden
'Cause cotton grew right up to our front door
Daddy never went on a vacation
He died a tired old man at forty four

Our neighbors in the big house called us redneck
'Cause we lived in a poor share-croppers shack
The Jacksons down the road were poor like we were
But our skin was white and theirs was black

Le reste de la chanson est assez naïf en espérant une concorde entre les blancs et les noirs. La pauvre chanteuse a sombré dans l'alcoolisme en même temps que dans le gauchisme.

D'ailleurs, la couleur rouge de l'étiquette redneck a attiré des "activists" dans les années 1960. Ils ont mis en avant la vieille chanson "John Henry" qui serait l'histoire émouvante d'un nègre courageux qui se bat contre la robotisation. Pourtant cette chanson date de l'époque des blackface minstrels, et pourrait être raciste, car elle parle d'un nègre stupide qui défie une machine, pour le percement d'un tunnel, mais qui meurt d'une crise cardiaque à la fin de son effort.
 

MarioCigale

Sarköziste honteux
Membre
Révisionnisme de l'histoire de la musique américaine : Quelques virtuoses blancs

Souvent, l'apprenti guitariste, ou banjoïste, commence par Jeux Interdits, puis par Dueling Banjos.


En 1955, Arthur Smith a composé le célèbre instrumental, dont une version a été filmée pour la télévision en 1963. Cet air a ensuite été volé par le cinéaste juif new-yorkais Eric Weissberg pour son film Delivrance en 1972. Weissberg, fils d'un publicitaire, en a fait la musique de son histoire de citadins bobos qui vont faire du canoé et vont avoir très peur de paysans débiles et alcooliques. La scène du duel des instruments a lieu entre un paysan autiste, Bill Redden, et l'acteur à lunettes John Voight, démocrate de la bande à Kennedy, Jane Fonda et Leonard Bernstein. Voight est aussi le père de l'actrice dégénérée, Angelina Jolie. Dans Delivrance, l'autiste est mis sur un piédestal déjà 45 ans avant Greta, la femme patate.

Delivrance2c.jpg

Le véritable compositeur, Arthur Smith, est un virtuose de la guitare, qui a enregistré son premier disque à 15 ans. En 1945, à 24 ans, après son service militaire, ce fils d'un modeste professeur de musique, a composé Guitar Boogie qui a connu un succès mondial. Comme la plupart des autres musiciens de talent, il a commencé sa carrière par des émissions de radio, les postes de radio étaient plus répandus que les électrophones dans les chaumières ranchs américains. Son morceau, intitulé initialement, Feuding Banjos, est inspiré de Yankee Doodle, qui est actuellement l'hymne de l'État du Connecticut, et qui remonte à la Guerre de Sept ans (1756-1763). Son compère, Don Reno, a commencé à jouer du banjo à l'âge de 5 ans. Il fut choisi par Bill Monroe, le pape du style Bluegrass, qui fit aussi jouer d'autres génies, notamment Jimmy Martin, Lester Flatt, Earl Scruggs, et Carter Stanley.

Dueling Banjos est rarement joué avec deux banjos. C'est plus souvent avec un banjo et une guitare, mais parfois aussi avec trois instruments donc un violon, comme c'est le cas par les trois jeunes musiciens à la fin de la vidéo ci-dessus. Il existe même une version stupéfiante des soeurs Mandrell, avec un banjo, un violon et un xylophone :


Au passage, une autre vidéo, youtube.com/watch?v=JfdgET_n3Ok , montre Barbara Mandrell jouer avec deux autres guitaristes en mélangeant les mains pour former une pieuvre incroyable.

Mandrell3gui.jpg

La vidéo des soeurs donne à la suite, Orange Blossom Special, une chanson composée en 1938, à propos d'un train qui doit amener la chérie du musicien. Elvis Presley reprendra la même histoire dans Mystery Train avec de nouvelles paroles et une mélodie différente. Selon (((l'histoire officielle))) la musique rythmée des Etats-Unis vient, soit des esclaves noirs travaillant dans les champs de coton, soit des ouvriers, supposés noirs, qui ont construit la ligne de chemin de fer transcontinentale reliant Sacramento en Californie à Omaha au Nebraska. John Henry, dont je parlais précédemment, aurait été lui-même un travailleur des chemins de fer. La photo ci-dessous montre les travailleurs qui célèbrent l'achèvement de la ligne transcontinental en 1869. Ils sont majoritairement blancs.

GoldenSpikev3a.jpg

Une autre (((légende))) serait que les nègres ont inventé le boogie-woogie dans les trains, qui contiennent une pièce du châssis appelé "Bogie", parce qu'ils n'étaient pas assez riches pour se déplacer en voiture ou à cheval. Maintenant, les historiens bobos modernes préfèrent rechercher une originaire africaine, avec un mot qui voudrait dire "l'âme", un verbe signifiant "battre", ou encore un autre verbe signifiant "danser" (source : Boogie Woogie History Part 1, youtu.be/13DgGtDGIpg?t=235). Il semble que cela vienne plutôt du français de la Nouvelle Orléans pour "bouger" ou "un bouge" qui est un bar en argot. Le terme Boogie Woogie est connu depuis un enregistrement du pianiste mulâtre Clarence Pinetop Smith, tué d'une balle avant qu'il ne laisse des explications à ce sujet.
 
Last edited:

Theodomir

Sarköziste honteux
Membre confirmé
Membre
Tanya Tucker, une rebelle à la voix cassée. Cette Texane décrit la vie d'une famille de rednecks dans "I Believe the South is Gonna Rise Again",
J'aime beaucoup Tanya Tucker, excellente artiste de country des années 1970. Jamais égalée dans son genre. De très bonnes chansons : Jamestown Ferry, Delta Dawn, Texas when I die, The Man That Turned my Mama On, blood red and goin' down et plein d'autres…
 
Last edited:
Top