Démocratie Participative S05E41 : « Emmanuel Dajjal Macron »

A

AdminDP

Guest
Emission
Démocratie Participative
03 novembre 2020



Bonne écoute :


Pour télécharger directement l’émission, sur le lecteur ci-dessus cliquez sur cette icône
:



Ou la télécharger ici (Une fois sur la page, clic sur les trois points puis « Enregistrer sous »/ »Download »)

RSS

Nos participants :


Le programme :

Rubrique n°1 « Courrier des lecteurs »

Le clan

Rubrique n°2 « Dictature sanitaire »

Pas de Noël pour les goyim

PAUSE : Soundcritters – Radioactive Earth

Discussion : Emmanuel Dajjal Macron

Discussion : Sir Thomas Sean Connery

Goyim, shekels SVP​


Monero :​

4BBFd6nKXEd6LXUgTQxesu9ayEFf9hc3aj4R8SQCMMNdixt8TSBgqt8QmJ54Nc3pUVXU9atrHXXtP2uqUjy9azh4MLKV4Xg


Commentez l’émission sur EELB

Continue reading...
 

Jean-Franc

SA- soldat de choc
Membre confirmé
Membre
Joined
Jul 9, 2020
Messages
387
Reaction score
1,493
Vive le mardi,
Vive l'équipe,
Vive les auditeurs,
Vive l'europe, (heu non en fait, enfin si, mais pas avec le narbo à nichon)
Vive la démocratie participative,
Vive les donnateurs,
Vive la France,
Vive les blancs !

Hourra
 

Jean-Franc

SA- soldat de choc
Membre confirmé
Membre
Joined
Jul 9, 2020
Messages
387
Reaction score
1,493
Vive le mardi,
Vive l'équipe,
Vive les auditeurs,
Vive l'europe, (heu non en fait, enfin si, mais pas avec le narbo à nichon)
Vive la démocratie participative,
Vive les donnateurs,
Vive la France,
Vive les blancs !

Hourra
Et vive le scoutisme
 

HEXXIT

SA- chef d'équipe
Membre confirmé
Membre
Joined
May 27, 2020
Messages
1,308
Reaction score
2,349
Rubrique n°2 « Dictature sanitaire »
A t-on énuméré sur EELB (rubrique ou thread) tous éléments factuels sourcés qui corroborent la bolchevisation du pays ?

De mon côté j'adresse quotidiennement à tous mes contacts des liens d'articles et vidéos pour débunker la propagande officielle mais à force je crains de passer pour un obsédé étiqueté "complotiste" et d'être contre-productif .. peut-être qu'un travail de synthèse serait pertinent en y intégrant le strict minimum des sources utiles, proposer une liste épurée pour susciter l’intérêt sans décourager le lecteur par un document trop chargé
 

baronmaximus

SA-Sturmbannführer
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
2,713
Reaction score
13,306
Merci à Diabolix pour l'intervention sur Zardoz !
Quelques précisions toutefois, qui vont cependant renforcer l'argumentaire pertinent de Diabolix.

C'est un monde post-apocalyptique, ce qui est classique en SF de l'époque.

Monde binaire en fait, entre un réseau de communautés ayant conservé une certaine technologie : ordinateurs à interrogation vocale en réseau, énérgie, possibilité de se cacher derrière un champ de force donc invisibilité, coopération "économique" par échange de flux, car on apprend en fait qu'il y a plusieurs communanutés de ce type, où les individus sont effectivement immortels, mais en contrepartie, ils ont renoncé à toute sexualité, et ne se reproduise pratiquemment plus puisqu'ils sont immortels.
Ils ont un système de justice totalement participatif :s'ils font un truc jugé néfaste à la communauté, ils sont punis en les faisant vieillir d'un coup de plusieurs années !
En conséquence, le sexe est devenu une sorte de truc dégueulasse, réservé aux primitifs, mais qu'il faut contrôler.
Et point très important : cette petite communauté voit la prépondérance des FEMMES dans TOUTES les décisions que la communauté doit prendre !

Vient la deuxième partie de ce monde, le monde sauvage, composée de survivants complètement bousillés, en haillons, "sans-dents", faméliques, illéttrés mais qui continuent quand même à se reproduire.
Pour contrôler tout ça, ces communautés développées ont inventé une religion, celle de Zardoz.
Zardoz est une tête faisant penser à l'Art Antique Grec, d'un Dieu qui missionne certains mâles alpha dont fait partie le personnage joué par Sean Connery, qui doivent alors flinguer les autres êtres humains retournés à l'état sauvage, pour les empêcher de trop se reproduire !

Et seuls eux ces mâles alphas, ont le privilège de pouvoir s'accoupler avec n'importe quelle femelle issue de ces hordes qu'ils choisissent, et quand ils le veulent !

La religion du Dieu Zardoz, met l'accent sur la nocivité du sexe masculin, car il féconde ! Il faut donc éliminer un max de ces fécondateurs potentiels !
Ils ont aussi pour mission de domestiquer ces hordes humaines sauvages, et les faire cultiver la terre sous la contrainte (sans grand succès d'ailleurs ).
Et pour mener à bien ces objectifs, le Dieu Zardoz distribue allègrement des flingues et des munitions aux alphas chargés de réguler et de contraindre.

Bien entendu, le vaisseau Zardoz est entièrement contrôlé par la communauté qui est cachée et a hérité de la technologie.

D'où la pertinence de l'intervention de Diabolix, car la communauté isolée de la masse ( où réside le personnage joué par la magnifique Charlotte Rampling ) est issue des anciennes élites dirigeantes de l'ancien monde, qui a basculé visiblement dans une crise totale à cause de la surpopulation !
C'est parfaitement dit dans le film, ces communaités d'anciens riches et puissants très influents, ont décidé de s'organiser ainsi pour se préserver des masses tout en les contrôlant, après les avoir laissé basculer dans la barbarie animale !
Et cette communauté ayant acquis l'immortalité, a définitivement banni le sexe classique !
Mais de plus en plus de membres de cette communauté sont atteints d'une étrange maladie, ils tombent dans une très profonde léthargie, perdent leurs capacités mentales et meurent.
La survie de ces communautés est menacée.
Les super développés ne comprennent pas pourquoi, et par souci d'étude (ils tous aussi des niveaux scientifiques élevés) ils introduisent le personnage de Sean Connery pour tenter de voir si par ce biais, ils pourraient arrêter la dégénérescence; il entre en fait en fraude, en se glissant dans la tête du Dieu, mais une fois là, ils décident de l'étudier, pensant peut-être trouver une solution à la maladie qui affecte de plus en plus de membres de leur communauté.
Mais là est l'erreur, car c'est le grain de sable qui va détruire la machine, qui va découvrir la supercherie de la fausse religion, désactiver le champ de forces, et permettre aux hordes faméliques des sauvages, d'envahir et détruire les communautés développées !
Et il réintroduit le rapport sexuel, que beaucoup de femmes de la communauté vont découvrir avec ....délice !
Seuls survivront Sean Connery et la maginifque Charlotte Rampling, qui devient sa compagne et lui donne un fils.

Donc vous mettez tout ça en relation avec l'hystérie actuelle de nos féministes survoltées, les gouinasses qui veulent en découdre avec les hommes ( Blancs, bien entendu) genre Alice Coffin, les salopes de pouvoir médiatique genre Delphine Ernotte et bien d'autres, qui traquent le "mâle Blanc de plus de 50 ans", et en extrapolant, vous avez Zardoz !
Bientôt si ça continue comme ça, les mâles Blancs seront chassés par des bataillons de salopes blanches, assistées de leurs supplétifs marrons, qu'elles récompenseront le soir dans leurs couches.

Très bien vu aussi de la part de Derrick à la fin, quant au fait que ces films bientôt disparaîtront des catalogues des diffuseurs, car trop représentatifs d'une époque qu'il faut éradiquer pour que le reste des mâles blancs soient définitivement soumis.
Derrick rejoint le post que j'avais laissé sous l'article en hommage à Sir Connery, où je disais aux jeunes Camarades de voir ces films et de les stocker, car plus tard ils pourront les transmettre à leurs enfants mâles, pour les sortir de la sale matrice pourrie que sont en train de renforcer nos ennemis juifs !
Excellente émission, mais rien d'original, c'est pratiquemment une constante !
Merci à toute l'équipe et effectivement cher Gandalf, visionnez Zardoz, vous n'allez pas le regretter.
 

Bergoglio Diouf

SA-Obersturmbannführer
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
4,769
Reaction score
17,285
Merci à Diabolix pour l'intervention sur Zardoz !
Quelques précisions toutefois, qui vont cependant renforcer l'argumentaire pertinent de Diabolix.

C'est un monde post-apocalyptique, ce qui est classique en SF de l'époque.

Monde binaire en fait, entre un réseau de communautés ayant conservé une certaine technologie : ordinateurs à interrogation vocale en réseau, énérgie, possibilité de se cacher derrière un champ de force donc invisibilité, coopération "économique" par échange de flux, car on apprend en fait qu'il y a plusieurs communanutés de ce type, où les individus sont effectivement immortels, mais en contrepartie, ils ont renoncé à toute sexualité, et ne se reproduise pratiquemment plus puisqu'ils sont immortels.
Ils ont un système de justice totalement participatif :s'ils font un truc jugé néfaste à la communauté, ils sont punis en les faisant vieillir d'un coup de plusieurs années !
En conséquence, le sexe est devenu une sorte de truc dégueulasse, réservé aux primitifs, mais qu'il faut contrôler.
Et point très important : cette petite communauté voit la prépondérance des FEMMES dans TOUTES les décisions que la communauté doit prendre !

Vient la deuxième partie de ce monde, le monde sauvage, composée de survivants complètement bousillés, en haillons, "sans-dents", faméliques, illéttrés mais qui continuent quand même à se reproduire.
Pour contrôler tout ça, ces communautés développées ont inventé une religion, celle de Zardoz.
Zardoz est une tête faisant penser à l'Art Antique Grec, d'un Dieu qui missionne certains mâles alpha dont fait partie le personnage joué par Sean Connery, qui doivent alors flinguer les autres êtres humains retournés à l'état sauvage, pour les empêcher de trop se reproduire !

Et seuls eux ces mâles alphas, ont le privilège de pouvoir s'accoupler avec n'importe quelle femelle issue de ces hordes qu'ils choisissent, et quand ils le veulent !

La religion du Dieu Zardoz, met l'accent sur la nocivité du sexe masculin, car il féconde ! Il faut donc éliminer un max de ces fécondateurs potentiels !
Ils ont aussi pour mission de domestiquer ces hordes humaines sauvages, et les faire cultiver la terre sous la contrainte (sans grand succès d'ailleurs ).
Et pour mener à bien ces objectifs, le Dieu Zardoz distribue allègrement des flingues et des munitions aux alphas chargés de réguler et de contraindre.

Bien entendu, le vaisseau Zardoz est entièrement contrôlé par la communauté qui est cachée et a hérité de la technologie.

D'où la pertinence de l'intervention de Diabolix, car la communauté isolée de la masse ( où réside le personnage joué par la magnifique Charlotte Rampling ) est issue des anciennes élites dirigeantes de l'ancien monde, qui a basculé visiblement dans une crise totale à cause de la surpopulation !
C'est parfaitement dit dans le film, ces communaités d'anciens riches et puissants très influents, ont décidé de s'organiser ainsi pour se préserver des masses tout en les contrôlant, après les avoir laissé basculer dans la barbarie animale !
Et cette communauté ayant acquis l'immortalité, a définitivement banni le sexe classique !
Mais de plus en plus de membres de cette communauté sont atteints d'une étrange maladie, ils tombent dans une très profonde léthargie, perdent leurs capacités mentales et meurent.
La survie de ces communautés est menacée.
Les super développés ne comprennent pas pourquoi, et par souci d'étude (ils tous aussi des niveaux scientifiques élevés) ils introduisent le personnage de Sean Connery pour tenter de voir si par ce biais, ils pourraient arrêter la dégénérescence; il entre en fait en fraude, en se glissant dans la tête du Dieu, mais une fois là, ils décident de l'étudier, pensant peut-être trouver une solution à la maladie qui affecte de plus en plus de membres de leur communauté.
Mais là est l'erreur, car c'est le grain de sable qui va détruire la machine, qui va découvrir la supercherie de la fausse religion, désactiver le champ de forces, et permettre aux hordes faméliques des sauvages, d'envahir et détruire les communautés développées !
Et il réintroduit le rapport sexuel, que beaucoup de femmes de la communauté vont découvrir avec ....délice !
Seuls survivront Sean Connery et la maginifque Charlotte Rampling, qui devient sa compagne et lui donne un fils.

Donc vous mettez tout ça en relation avec l'hystérie actuelle de nos féministes survoltées, les gouinasses qui veulent en découdre avec les hommes ( Blancs, bien entendu) genre Alice Coffin, les salopes de pouvoir médiatique genre Delphine Ernotte et bien d'autres, qui traquent le "mâle Blanc de plus de 50 ans", et en extrapolant, vous avez Zardoz !
Bientôt si ça continue comme ça, les mâles Blancs seront chassés par des bataillons de salopes blanches, assistées de leurs supplétifs marrons, qu'elles récompenseront le soir dans leurs couches.

Très bien vu aussi de la part de Derrick à la fin, quant au fait que ces films bientôt disparaîtront des catalogues des diffuseurs, car trop représentatifs d'une époque qu'il faut éradiquer pour que le reste des mâles blancs soient définitivement soumis.
Derrick rejoint le post que j'avais laissé sous l'article en hommage à Sir Connery, où je disais aux jeunes Camarades de voir ces films et de les stocker, car plus tard ils pourront les transmettre à leurs enfants mâles, pour les sortir de la sale matrice pourrie que sont en train de renforcer nos ennemis juifs !
Excellente émission, mais rien d'original, c'est pratiquemment une constante !
Merci à toute l'équipe et effectivement cher Gandalf, visionnez Zardoz, vous n'allez pas le regretter.
...le rapport sexuel, que beaucoup de femmes de la communauté vont découvrir avec ....délice !
Si c'est moi qui me mets au boulot...
J'ai toujours tout bâclé de toute façon...
La première fois que j'ai fait l'amour -j'ai pas honte de le dire- je ne savais même pas qu'il fallait bouger, et tout et tout...

On était super mal informés à l'époque...
il faut bien le dire...

La fille m'avait dit : " Mais qu'est-ce que tu fous !!! "
Moi : " Alors ? Heureuse ?!!!"

 
Last edited:

it's ok to be white

SA- aspirant
Membre
Joined
Aug 27, 2020
Messages
104
Reaction score
205
dans la première partie d'émission

bonne initiative de la part de jeune blanc contre le despotisme de la racaille afro-maghrebine qui sévit dans les écoles

les états occidentaux devraient en prendre de la graine

j'ai vécu la même expérience mais il y'a bien 25 ans de ce fait je ne connais pas l'âge de l'auditeur ni le contexte précis dans lequel il a évolué

j'étais dans un collège d'une ville moyenne française mais à l'époque j'étais seul, pas de camarade pour se regrouper entre blanc et déjà qu'on se bouffait le nez entre nous. Effectivement peu d'immigration à part 2-3 bronzés (aujourd'hui il doit y avoir le double) je me souviens particulièrement d'un antillais de 2 mètres qui était considéré comme la terreur du collège avec une petite fanbase hystérique de pétasse marron dès que ça commençait à chauffer dans la cour de récré. Collège catholique oblige il se confiait souvent au prêtre qui l'écoutait avec mansuétude, se plaignait du racisme, de n'être pas accepté enfin tout le baratin victimaire habituelle alors qu'en même temps il terrorisait des "petits blancs" tout ça sans que l'administration du collège ne fasse quoi que ce soit alors qu'ils étaient au courant
 
Last edited:

Paul Mauser

SA- soldat de choc
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 9, 2020
Messages
308
Reaction score
1,435
Je comprends mieux pourquoi j'apprécie tant Gandalf: culturellement, on a les mêmes références: The Rock, mon film d'action préféré quand j'étais ado, j'en connaissais toutes les répliques par coeur. La bande son impeccable du Meister Hans Zimmer, Sean Connery, Nicolas Cage, Ed Harris, David Morse, William Forsythe, le tout servi par Michael Bay, produit par Don Dimpson et Jerry Bruckeimer, bref c'est LE film d'action des années 90, y'a pas plus cliché, et pas plus appréciable.

Basketball Diaries, avec Di Caprio, est également à voir et surtout à montrer à vos gosses: le jeune blanc qui a des problèmes mais qui a tout pour réussir, et qui glisse, petit à petit, de problème en problèmes, de joints en rails de coke, pour finir en pute à bourges pour se payer sa dose d'héro. C'est ce genre de médias qui ont fait de moi un anti-drogue convaincu, donc un droitard en devenir...: ce film montre comment il est facile de glisser lorsqu'on ne se focalise que sur les mauvaises choses, et comment il est impossible de se reconnaître une fois qu'on est allé trop loin.

Ce film montre aussi qu'il n'y a que l'autorité qui permet de sortir de la spirale infernale: #Spoiler: c'est parce que la mère du personnage principale finit par le balancer à la police que le gosse finit par arrêter ses conneries et remonte la pente...
Et si Di Caprio était si bon à l'époque, c'est parce qu'avant d'être un minet, il était un gosse qui savait bien jouer...
 

Rohirrim

SA- soldat
Membre
Joined
Apr 6, 2020
Messages
108
Reaction score
526
dans la première partie d'émission

bonne initiative de la part de jeune blanc contre le despotisme de la racaille afro-maghrebine qui sévit dans les écoles

les états occidentaux devraient en prendre de la graine

j'ai vécu la même expérience mais il y'a bien 25 ans de ce fait je ne connais pas l'âge de l'auditeur ni le contexte précis dans lequel il a évolué

j'étais dans un collège d'une ville moyenne française mais à l'époque j'étais seul, pas de camarade pour se regrouper entre blanc et déjà qu'on se bouffait le nez entre nous. Effectivement peu d'immigration à part 2-3 bronzés (aujourd'hui il doit y avoir le double) je me souviens particulièrement d'un antillais de 2 mètres qui était considéré comme la terreur du collège avec une petite fanbase hystérique de pétasse marron dès que ça commençait à chauffer dans la cour de récré. Collège catholique oblige il se confiait souvent au prêtre qui l'écoutait avec mansuétude, se plaignait du racisme, de n'être pas accepté enfin tout le baratin victimaire habituelle alors qu'en même temps il terrorisait des "petits blancs" tout ça sans que l'administration du collège ne fasse quoi que ce soit alors qu'ils étaient au courant
En effet. Il ne faut pas croire que l'oppression des petits blancs par la racaille teintée et les profs bolcheviques est l'apanage des seuls établissements publics. D'expérience, les pires "progressistes" (immigrationnistes, pro-vivre-ensemble au forceps, anti-racistes), je les ai vu chez les institutrices/instituteurs et profs. hypocrites cathos d'établissements privés cathos de petites villes. Du coup, dans ces villes-là, c'est plus sain de se retrouver dans le public, et moins cher pour les parents. Sans compter l'autre phénomène : dans le privé, c'est là que se retrouvent le plus les gosses de riches locaux, ceux qui ont les moyens d'importer massivement de la drogue dans l'établissement. On peut le remarquer : dans les petites villes de la France périphérique, c'est souvent par les lycées privés que la drogue a pénétré en premier le secondaire, via les enfants de la bourgeoisie (qui doivent maintenant voter Macron). Et les fêtes de lycéens les plus dégénérées que j'ai vues (drogues de tous genres, alcool à haute dose, orgies sexuelles, etc...), on les retrouve surtout avec ceux qui en ont les moyens : ceux des lycées privés de fils et filles à papa.
 
Last edited:

Paul Mauser

SA- soldat de choc
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 9, 2020
Messages
308
Reaction score
1,435
En effet. Il ne faut pas croire que l'oppression des petits blancs par la racaille teintée et les profs bolcheviques est l'apanage des seuls établissements publics. D'expérience, les pires "progressistes" (immigrationnistes, pro-vivre-ensemble au forceps, anti-racistes), je les ai vu chez les institutrices/instituteurs et profs. hypocrites cathos d'établissements privés cathos de petites villes. Du coup, dans ces villes-là, c'est plus sain de se retrouver dans le public, et moins cher pour les parents. Sans compter l'autre phénomène : dans le privé, c'est là que se retrouvent le plus les gosses de riches locaux, ceux qui ont les moyens d'importer massivement de la drogue dans l'établissement. On peut le remarquer : dans les petites villes de la France périphérique, c'est souvent par les lycées privés que la drogue a pénétré en premier le secondaire, via les enfants de la bourgeoisie (qui doivent maintenant voter Macron). Et les fêtes de lycéens les plus dégénérées que j'ai vues (drogues de tous genres, alcool à haute dose, orgies sexuelles, etc...), on les retrouve surtout avec ceux qui en ont les moyens : ceux des lycées privés de fils et filles à papa.
Tout à fait exact. Je passe sur la prof de philo ouvertement socialo qui nous a fait un cours sur la notion de Grands Hommes en prenant comme seul exemple Mitterrand son chéri; sur la prof de littérature ouvertement coco, mais alors le directeur du Lycée qui fumait le cigare dans son bureau pendant qu'ils nous cassait les couilles parce qu'on fumait une clope en dehors de l'établissement sur la voie publique (!!!) et dont on apprendra finalement que ce Monsieur est...une grosse fiotte! Qui devait sûrement fumer le cigare dans son bureau parce qu'il aimait surtout le cigare à moustache!!!

Quoi, vous croyez que je vous parle d'un lycée public? Mais non Madame Michu, je parle d'un lycée privé catholique huppé!!

Je passe sur le CPE pédophile arrêté et condamné au collège (même groupe scolaire), sur les filles qui se faisaient dépuceler à 14 ans par des mecs de 17/18 dans des fêtes où l'alcool coulait à flot, etc, etc, et tout cela fin des années 90, début 2000!!! On parle du premier "dealer" de shit que j'ai connu qui était d'origine juive? non, pas la peine, lol. A 16 ans, il vendait déjà du shit dans le collège...

Imaginez ce que ça doit être aujourd'hui! Et dire que les américains se croyaient subversif avec "American Pie":ROFLMAO:
 

Icarion

SA- aspirant
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
6
Reaction score
13
Je réitère mon conseiller de film avec sean connery. Visionnez l homme qui voulait etre roi
Exact, excellent film basé sur une histoire de Rudyard Kipling. On y retrouve une référence à le franc-maçonnerie, très bizarre dans ce contexte.
 

Icarion

SA- aspirant
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
6
Reaction score
13
Je comprends mieux pourquoi j'apprécie tant Gandalf: culturellement, on a les mêmes références: The Rock, mon film d'action préféré quand j'étais ado, j'en connaissais toutes les répliques par coeur. La bande son impeccable du Meister Hans Zimmer, Sean Connery, Nicolas Cage, Ed Harris, David Morse, William Forsythe, le tout servi par Michael Bay, produit par Don Dimpson et Jerry Bruckeimer, bref c'est LE film d'action des années 90, y'a pas plus cliché, et pas plus appréciable.

Basketball Diaries, avec Di Caprio, est également à voir et surtout à montrer à vos gosses: le jeune blanc qui a des problèmes mais qui a tout pour réussir, et qui glisse, petit à petit, de problème en problèmes, de joints en rails de coke, pour finir en pute à bourges pour se payer sa dose d'héro. C'est ce genre de médias qui ont fait de moi un anti-drogue convaincu, donc un droitard en devenir...: ce film montre comment il est facile de glisser lorsqu'on ne se focalise que sur les mauvaises choses, et comment il est impossible de se reconnaître une fois qu'on est allé trop loin.

Ce film montre aussi qu'il n'y a que l'autorité qui permet de sortir de la spirale infernale: #Spoiler: c'est parce que la mère du personnage principale finit par le balancer à la police que le gosse finit par arrêter ses conneries et remonte la pente...
Et si Di Caprio était si bon à l'époque, c'est parce qu'avant d'être un minet, il était un gosse qui savait bien jouer...
Ils ont oublié de citer l'acteur Steve Mc Queen, par exemple dans le film Guet-apens ou Papillon.
Yul Bruner, aussi et tous les acteurs des années 50 à 70 qui avaient un charisme naturel et aussi des réalisateurs de talent.
 
Top