Démocratie Participative S05E32 : « Le devoir de mémoire sélective »

A

AdminDP

Guest
Démocratie Participative
25 août 2020



Bonne écoute :


Pour télécharger directement l’émission, sur le lecteur ci-dessus cliquez sur cette icône
:



Ou la télécharger ici (Une fois sur la page, clic sur les trois points puis « Enregistrer sous »/ »Download »)

RSS

Nos participants :


Le programme :

Rubrique n°1 « Autisme radical »

Les Gothiques du Cameroun dans les Pyrénées

Discussion : Terreur sanitaire

PAUSE : « Helheim », Therion

Discussion : Le devoir de mémoire sélective

Goyim, shekels SVP​


Monero :​

4BBFd6nKXEd6LXUgTQxesu9ayEFf9hc3aj4R8SQCMMNdixt8TSBgqt8QmJ54Nc3pUVXU9atrHXXtP2uqUjy9azh4MLKV4Xg


Commentez l’émission sur EELB.su

Continue reading...
 

Bergoglio Diouf

SA-Hauptsturmführer
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
3,588
Reaction score
12,481
Oradour-sur-Glanne & Charly-Oradour

DFD6026A-0975-40FB-935C-A0592E109942.jpeg


Pas que des Alsaciens....
aussi des Mosellans...

.

20 juillet 1940, 1.000 personnes, résidant en Moselle, quittent sous la contrainte le département. Puis, de façon inattendue, la grande vague d’expulsion prend un tour plus brutal et s’accélère. Du 16 août au 18 septembre 1940, ce ne sont pas moins de 23.000 Mosellans, ciblés pour leur francophilie et leur germanophobie qui prennent le chemin de l’exil. Les deux petites localités, Charly et Montoy-Flanville, connaissent à leur tour les affres du déracinement par une deuxième grande vague qui déferle le 28 octobre 1940. Avec méthode, la planification de l’expulsion est décidée dans le cadre de la colonisation de la frontière de la Moselle, sorte de cordon sanitaire devant séparer les terres du IIIème Reich des autres pays conquis. La colonisation doit donc être précédée de l’expulsion de 160 à 200 villages, vite baptisée sous le nom « Aktion D ». Les autorités allemandes débutent par un vaste recensement dès le 1er novembre 1940 élaboré par des commissions, les Erfassungskommandos. L’affaire est rondement menée. Le choix sans appel. Après un interrogatoire en règle des familles françaises, il faut se décider : exil en France ou en Pologne, dans des baraquements de fortune. Tous les chefs de famille signent sans barguigner leur aller sans-retour en direction de la France. Le 14 novembre 1940, c’est chose faite. La police de sécurité appuyée par la police en uniforme allemande débarquent dans les villages. Les populations ont deux heures pour déguerpir. Tout juste le temps pour emporter avec soi toute une vie qui se résume à un nouveau diktat des autorités allemandes : 50 kg de bagage maximum. Les maisons et tous les fourniments de leurs anciens propriétaires passent sous contrôle allemand qui y apposent scellés. Propriétés du Reich. La machine de guerre administrative hitlérienne est bien rodée. Des affiches bilingue justifient les expulsions. Sur les bases de la population recensée en 1936, 88 % des habitants de Charly émigre. 40 % seulement, pourrait t’on dire pour sa voisine, Montoy-Flanville. Des bus affrétés en Allemagne embarquent les populations françaises et les dirigent vers la gare de Metz-Sablon.


On est frappé par la rapidité avec laquelle l’occupant allemand expulsa les anciennes populations françaises de ces départements. Des trains très vétustes sont acheminés et emportent, pour une destination inconnue, leurs passagers. Après une nuit d’angoisse sans savoir si les Allemands expédiaient les convois vers la France, c’est le soulagement pour ces Mosellans en apercevant au petit matin les noms de communes françaises. Les convois transitent tous par Mâcon, en zone non occupée. Scène poignante, les expulsés sont accueillis en gare par une section de fantassins présentant les armes, drapeaux français déployés et Marseillaise enjouée. Puis les trains se succèdent et repartent en direction de la gare de Lyon-Brotteaux le 16 novembre. Les destinations sont, cette fois-ci, programmées par les autorités françaises. Direction Tulle en Corrèze le 17 novembre avec 64 habitants de Charly et 85 de Montoy-Flanville. Volonté sans doute des autorités d’éparpiller ces populations…vers des zones rurales. Et la propagande vichyste est là pour le rappeler : la terre ne ment-elle pas ? Le train suivant s’arrête à Limoges. Les Mosellans sont ensuite répartis dans différentes communes du département. En tout et pour tout, 66 trains ont déversé près de 57.655 Mosellans en zone libre en novembre 1940. En septembre 1941, 10.696 Alsaciens-Mosellans réfugiés et expulsés confondus se situent notamment en Haute-Vienne, donc à proximité d’Oradour-sur-Glane.

ARRIVÉE A ORADOUR ET CHOC DES CULTURES
Avec la population locale limousine, c’est le choc des cultures, la cohabitation est difficile car matinée de méfiance. Les autochtones ne comprennent pas la langue des arrivants. Et ces tensions se durcissent nettement avec l’arrivée des Mosellans. Dialectes différents, coutumes et mœurs mais surtout pratiques confessionnelles, sont aux antipodes des habitants du Limousin et viennent heurter les consciences locales. La pratique de l’école confessionnelle notamment met à mal le principe de laïcité. Les expulsés sont, dans leur immense majorité, de confession catholique et pratiquent massivement. Or, sur ces terres limousines d’obédience socialiste, on voit désormais les bancs des églises se remplir. L’école confessionnelle est un particularisme alsacien-mosellan. Les lois de Jules Ferry rendant l’enseignement laïque, la religion n’est plus enseignée dans les écoles publiques en France. Or, après le retour à la France de ces deux départements, en 1919, quatre heures de religion sont maintenues en Alsace-Moselle. Des sœurs congréganistes y enseignent donc dans les écoles publiques. Aussi, les prêtres mosellans expulsés en Limousin s’efforcent-ils de recréer des écoles confessionnelles strictement réservées aux Alsaciens-Mosellans. Ces dernières sont donc prises en charge par les instituteurs mosellans soumis à la loi Falloux de 1850 donnant obligation d’enseigner la religion. Mais les solidarités paysannes transcendent les clivages. Les paysans Mosellans viennent prêter main forte aux Limousins lors des fenaisons, des labours, des récoltes. On s’échange des conseils sur la culture, l’élevage, la façon de soigner les bêtes. D’autres expulsés travaillent dans l’artisanat. On s’entraide et on s’échange, quand la conjoncture le permet, nourriture ou vêtements Malgré tout, on s’aperçoit que, quelque soit les communautés exilées, le besoin de se regrouper entre Mosellans se fait sentir. Le Groupement d’entraide des réfugiés d’Alsace-Lorraine (GREAL) est ainsi créé à Limoges dès la fin de l’année 1940. Des sous-sections, dont celle d’Oradour-sur-Glane, organisent des « Noël d’exil ». Signe du destin, les expulsés accueillent aussi les personnalités en visite à Limoges : le maréchal Pétain, les 19 et 20 juin 1941 notamment. Malgré les événements de l’invasion de la zone libre par la Wehrmacht suite au débarquement des alliés en Afrique du nord le 11 novembre 1942, on espère que le retour « au pays » sera pour bientôt, symbolisé en ce sens par l’hirondelle figurant sur un insigne que porte les expulsés.

10 JUIN 1944
Renvoyée partiellement en France en février 1944 après avoir participé à l’invasion de la Yougoslavie et de l’URSS, la division SS Das Reich du général Lammerding s’installe dans la région de Bordeaux. Le 6 juin 1944, les alliés débarquent en Normandie. La Das Reich quitte alors en urgence Montauban en direction de Limoges, détachant des unités de part et d’autre de son axe principal. Les actions de résistance se multiplient pour entraver son chemin vers le front. Devant les embuscades tendues par les maquisards, les exactions de la division SS débutent. Le 9 juin, les résistants FTP attaquent la garnison allemande de Tulle et abattent dans le combat près de 60 soldats allemands. Mais c’était sans compter sur la Das Reich qui, dans sa progression vers la Normandie, reprend la ville. Le général Lammerding souhaite, en guise d’exemple, incendier la cité. Les troupes allemandes appliquent alors les méthodes de guerre utilisées sur le front russe. Les concepts de « brutalisation de la guerre » inventés par l’historien américain d’origine allemande George Mosse ou de « guerre totale » de l’historien britannique John Horne, prennent ici tout leurs sens. Après négociations par le préfet, 99 otages, dont 3 Mosellans sont néanmoins pendus aux réverbères du centre-ville. Cette exaction humiliante a été massivement pratiquée sur le front de l’Est. Toute personne en âge de porter une arme devient de facto un ennemi potentiel. Femmes, enfants, vieillards, il n’y a plus de limite dans les codes de la guerre. Afin de terroriser la population, le général SS Lammerding a donc volontairement utilisé la pratique de la pendaison, tout en ayant à l’esprit que, dans le Code pénal français de l’époque, cette pratique était vue comme particulièrement infamante pour qui recevait une telle exécution. On se rend compte donc ici de l’intense politisation des troupes allemandes et, bien entendu, des SS. Les exécutions sommaires n’étant réservées qu’à une catégorie de personnes : « terroristes » ou hors-la-loi qui devaient être traités comme tel. Et la tragédie se répète à une échelle supérieure, le 10 juin 1944, lorsque, après d’autres accrochages avec les maquisards locaux, la Das Reich, toujours dans sa marche vers le front de Normandie, décide de faire un autre exemple en réduisant en cendres le village d’Oradour-sur-Glane. La tuerie, perpétrée dans l’église de ce paisible bourg, symbolise au plus haut point cette violence de guerre sans limite. Au total, 642 personnes dont 246 femmes et 213 enfants sont tuées. Seuls 52 corps peuvent être identifiés et faire l’objet d’un acte de décès individuel. Parmi les victimes, 11 Alsaciens et 44 Mosellans.
 
Last edited:

TyrannoSSaure

SA- chef de section
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 6, 2020
Messages
1,229
Reaction score
5,512
Rien qu'à la miniature j'ai fûhrerieusement envie d'écouter l'émission. Mais j'en ai 2 autres à rattraper car je n'ai pas eu de temps libre en août. Promis je me dépêche pour pouvoir écouter la dernière. Bonne continuation et merci pour votre travail phénoménal. Cela fait toujours plaisir d'entendre des gens sains d'esprit alors que le quotidien est rempli de PNJ et de races de boue. Merci d'exister, la postérité ne vous oubliera jamais !
1525893827638.gif
 

edd

SA- soldat
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
107
Reaction score
670
Merci pour cette emission très instructive et d'une grande qualité, je n'ai pas vu le temps passer.
En cherchant des vidéos sur Oradour, je suis tomber sur celle-ci mettant en scène le menteur Robert Hébras tout fier de raconter ses salades aux nouveaux Français :
Un grand moment de rigolade.
 
Last edited:

MarkgrafVonBayreuth

SA- aspirant
Membre
Joined
Apr 5, 2020
Messages
21
Reaction score
44
02:10:40 Oradour
  1. SAS. Plutôt SOE, leurs prédécesseurs
  2. Max Hastings, ex rédacteur du Daily Telegraph.Trop jeune. Oui, il a écrit sur la division Das Reich mais il ne pouvait pas être l'agent de la SOE parachuté dans le Limousin. Quelqu'un d'autre pourrait-il nous éclairer sur l'identité de cet agent ?
02:41:00 Dresde
 

Bergoglio Diouf

SA-Hauptsturmführer
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
3,588
Reaction score
12,481
Merci pour cette emission très instructive et d'une grande qualité, je n'ai pas vu le temps passer.
En cherchant des vidéos sur Oradour, je suis tomber sur celle-ci mettant en scène le menteur Robert Hébras tout fier de raconter ses salades aux nouveaux Français :
Un grand moment de rigolade.

Le Centwe de la Mémoiwe !
Oh ! Là Là ! Owadouwe !
C'était la Guewe des blancs Wacontée par Wobewrt Hébwas !
La bawbawie nazie vécue en temps wéel !!!

553FB55A-BABA-46E6-B6AA-4A4B31B9914F.pngB5E4E3CE-AE37-49A5-9CB5-497A8C9C55AD_4_5005_c.jpeg02765A3B-715E-4440-97D7-188F1D953158.png
- Y avait une équipe de foot à Owadouwe ?
- Ouais... on a joué contre les nazis... et on a perdu 642 à zéro !
 
Last edited:

Gervais DE FRANCE

SA- aspirant
Membre
Joined
Apr 18, 2020
Messages
129
Reaction score
224
Démocratie Participative
25 août 2020



Bonne écoute :


Pour télécharger directement l’émission, sur le lecteur ci-dessus cliquez sur cette icône
:



Ou la télécharger ici (Une fois sur la page, clic sur les trois points puis « Enregistrer sous »/ »Download »)

RSS

Nos participants :


Le programme :

Rubrique n°1 « Autisme radical »

Les Gothiques du Cameroun dans les Pyrénées

Discussion : Terreur sanitaire

PAUSE : « Helheim », Therion

Discussion : Le devoir de mémoire sélective


Goyim, shekels SVP


Monero :


4BBFd6nKXEd6LXUgTQxesu9ayEFf9hc3aj4R8SQCMMNdixt8TSBgqt8QmJ54Nc3pUVXU9atrHXXtP2uqUjy9azh4MLKV4Xg


Commentez l’émission sur EELB.su

Continue reading...
Cette émission était tout simplement géniale. J’ai appris tant de choses sur Oradour Par Gandalf. Merci
 

MarioCigale

SA- chef d'équipe
Membre
Joined
Apr 8, 2020
Messages
496
Reaction score
2,017
Très bonne émission !
Surtout pour moi qui aime l'Histoire.
Gandalf raconte très bien.
Et il s'est bien documenté.
J'ai encore appris des choses, alors que je croyais connaitre le sujet.
Un argument en faveur de la thèse de l'explosion accidentelle de l'église est qu'il n'y a pas eu de femmes et d'enfants parmi les pendus de Tulle, parce qu'ils n'ont jamais eu pour consigne ou pour habitude de tuer les femmes et les enfants.

La Normandie a particulièrement souffert des bombardements anglais et américains.
Ils ont tués environ 8000 civils dans le Calvados, 4000 dans la Manche, et 2000 dans l'Orne.
Les chiffres pour les villes sont de 2000 morts à Caen, 2000 au Havre, 800 à Lisieux, 350 à Vire, 270 à Coutances, 250 à Condé sur Noireau, 220 à Vimoutiers, 200 à Valognes, 200 à Aunay sur Odon, 180 à Falaise. Saint-Lô fut très touché aussi, mais je n'ai pas les chiffres.

La reconnaissance des victimes des bombes alliées est récente.
Par exemple, ce n'est qu'en 2017 qu'il a été décidé de dresser une liste précise pour la région de Falaise. Le décompte s'est terminé en 2020 avec la pose d'une plaque commémorative à Falaise qui mentionne les 490 morts de la ville et de ses 57 villages et hameaux des alentours.

Au Havre, 30 000 bombes incendiaires, 1 800 tonnes de bombes explosives, et 4 000 obus ont détruit la ville à 85%, sans toucher la garnison allemande qui se trouvait un peu à l'extérieur de la ville. Ailleurs, il s'est souvent passé la même chose. Les bombardements appelés "road-blocks" ont tué majoritairement des civils français, en faisant très peu de victimes militaires et en ne bloquant qu'assez peu les routes.
Jamais, les Anglais et les Américains ne se sont excusés pour toutes ces victimes et ces destructions.

Dans ma région, on vient de commémorer, non pas la paix, mais un massacre des Allemands, avec du champagne et des gâteaux pour les Francs-Maçons de la région, et plusieurs cars de Parisiens, d'Américains, de Canadiens et de Polonais.

Le bilan des morts de la bataille de Normandie en 1944 est de 80 000 militaires allemands, 37 000 militaires anglo-américains, et entre 25 000 et 30 000 civils normands.
 
Last edited:

beaufix

SA- chef d'escouade
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 8, 2020
Messages
740
Reaction score
3,186
Le rythme de cette émission est assez différent à cause de l'absence de Derrick. Ça marche bien, c'est plus à bâtons rompus, et les participants n'ont pas peur de rajouter leur grain de sel à tour de rôle, un peu comme dans les premiers épisodes de la Saison 1.
 

TournevisPatriote

SA- soldat de choc
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
381
Reaction score
1,215
Merci DP ! Excellente émission sur l'histoire d'Oradour et quelques faits méconnus qui aident à mieux comprendre les enjeux.

Très bonne émission !
Surtout pour moi qui aime l'Histoire.
Gandalf raconte très bien.
Et il s'est bien documenté.
J'ai encore appris des choses, alors que je croyais connaitre le sujet.
Un argument en faveur de la thèse de l'explosion accidentelle de l'église est qu'il n'y a pas eu de femmes et d'enfants parmi les pendus de Tulle, parce qu'ils n'ont jamais eu pour consigne ou pour habitude de tuer les femmes et les enfants.

La Normandie a particulièrement souffert des bombardements anglais et américains.
Ils ont tués environ 8000 civils dans le Calvados, 4000 dans la Manche, et 2000 dans l'Orne.
Les chiffres pour les villes sont de 2000 morts à Caen, 2000 au Havre, 800 à Lisieux, 350 à Vire, 270 à Coutances, 250 à Condé sur Noireau, 220 à Vimoutiers, 200 à Valognes, 200 à Aunay sur Odon, 180 à Falaise. Saint-Lô fut très touché aussi, mais je n'ai pas les chiffres.

La reconnaissance des victimes des bombes alliées est récente.
Par exemple, ce n'est qu'en 2017 qu'il a été décidé de dresser une liste précise pour la région de Falaise. Le décompte s'est terminé en 2020 avec la pose d'une plaque commémorative à Falaise qui mentionne les 490 morts de la ville et de ses 57 villages et hameaux des alentours.

Au Havre, 30 000 bombes incendiaires, 1 800 tonnes de bombes explosives, et 4 000 obus ont détruit la ville à 85%, sans toucher la garnison allemande qui se trouvait un peu à l'extérieur de la ville. Ailleurs, il s'est souvent passé la même chose. Les bombardements appelés "road-blocks" ont tué majoritairement des civils français, en faisant très peu de victimes militaires et en ne bloquant qu'assez peu les routes.
Jamais, les Anglais et les Américains ne se sont excusés pour toutes ces victimes et ces destructions.

Dans ma région, on vient de commémorer, non pas la paix, mais un massacre des Allemands, avec du champagne et des gâteaux pour les Francs-Maçons de la région, et plusieurs cars de Parisiens, d'Américains, de Canadiens et de Polonais.

Le bilan des morts de la bataille de Normandie en 1944 est de 80 000 militaires allemands, 37 000 militaires anglo-américains, et entre 25 000 et 30 000 civils normands.
Je complète en mettant en avant le Mémorial de Falaise, consacré aux civils dans la guerre. Il aura fallu attendre 2016 pour qu'un mémorial leur soit consacré ! "Lieu de mémoire unique au monde", en effet c'est bien la preuve du faible intérêt qu'ont eu nos (((élites))) encore en place vis à vis des civils de la guerre 39-45. Et pourtant, ça concerne nos ancêtres, pas seulement une communauté en particulier ou tel groupe politique, mais les Français du quotidien.

https://www.memorial-falaise.fr/
Falaise est à 35 kms de Caen. La ville est aussi bien réputée pour son château Guillaume le Conquérant que pour avoir été une "poche" de résistance allemande en 1944.
Un séjour en Normandie est en effet nécessaire pour se recueillir sur les lieux où les Américains ont bombardé à l'aveugle des milliers de civils innocents. C'est toujours par les bombardements, puis par le pognon et la gestion du chaos que notre pays est redevenue une (((démocratie))). La même chose qu'au Proche-Orient...

Lisieux, feu "capitale du bois sculpté", détruite par les Alliés et reconstruite en moche. Les amateurs de cartes postales anciennes apprécieront...


Rouen : quand on s'y balade en 2020, on se dit "Jeanne, au secours !"
Caen, Argentan, Saint-Lô, Cherbourg, Le Havre, Évreux... BIM BAM BOUM !!!!!!

1598440489100.png1598440606100.png1598440692600.png

Et puis il y a les villes allemandes : Essen, Lübeck, Rostock, Cologne, Hambourg, Berlin, Nuremberg, Dresde, Wesel, Pfozheim, Mayence, Wurtzbourg, Potsdam... Beaucoup de belles villes historiques pour certaines sans intérêt stratégique, détruites sous les bombes démocratiques.
Les bombes atomiques d'Hiroshima et Nagasaki, on les doit aussi aux États-Unis, que je sache !

Prions pour nos martyrs.
 

score zénith

SA- chef d'escouade
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 7, 2020
Messages
892
Reaction score
3,479
La reconnaissance des victimes des bombes alliées est récente.
Par exemple, ce n'est qu'en 2017 qu'il a été décidé de dresser une liste précise pour la région de Falaise. Le décompte s'est terminé en 2020 avec la pose d'une plaque commémorative à Falaise qui mentionne les 490 morts de la ville et de ses 57 villages et hameaux des alentours.
tout à fait je peux en témoigner ,mon oncle de 16 ans ,que je n'ai jamais pu connaitre du coup , est mort dans un bombardement allié ,son train s'est pris une bombe en région bretagne ,lui se rendait à la ville comme on disait à l'époque pour s'acheter ses habits du dimanche,c'était tout un évènement à l'époque ce genre de sortie.
sur le monument aux morts de sa ville il y a son nom mais rien n'est précisé sur sa mort et est donc assimilé aux morts tués par les allemands dans la région et j'imagine qu'il n'est pas le seul nom auquel il n'y a pas plus de précision que ça

ps:
(vous croyez que je peux gratter un billet )
 

Supralunaire

SA- chef d'équipe
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 3, 2020
Messages
740
Reaction score
2,926
Gandalf est un grand conteur et un érudit ! Je parlais justement avec un ami de l'épuration après la guerre et je ne comprenais pas l'étendue et la sauvagerie de ces chasses à l'homme. Je pensais que c'était simplement de la sans-culotterie, l'expression du ressentiment du sous-homme contre ceux qui lui étaient supérieurs. Mais Gandalf m'a vraiment illuminé en expliquant que c'était voulu : le plan des communistes était de faire une révolution dans les mois qui suivraient l'été 44 et donc de liquider préventivement tous ceux qui pourraient leur résister. Merci à toi Gandalf et à tous les démocrates de nous donner ces billes si précieuses :)
 

Exercutis_Judaicus

SA- soldat
Membre
Joined
Apr 5, 2020
Messages
273
Reaction score
876
J'avais vu les vidéos de Reynouard mais il ne me semble pas (aurais-je oublié ?) qu'il avait évoqué ce qu'il s'était passé AVANT, en particulier la capture et l'évasion de l'officier supérieur Allemand qui change tout en particulier sur "l'innocence" des habitants du village et sur l'état d'esprit des troupes Allemandes.
Et il n'avait pas parlé non plus de la survivante à l'histoire incroyable d'évasion, avec saut de 7 mètres sans aucune égratignure.
Du bon boulot ! (y)
 

NewFag88

SA- soldat de choc
Membre confirmé
Membre
Joined
Jun 3, 2020
Messages
334
Reaction score
1,413
Très bonne cuvée. À archiver et partager. On fait le tour du sujet en 2 heures, comme lors d'une conférence de qualité.
Seul petit regret, que l'équipe n'ai pas enfoncé le clou en prolongeant l'analyse jusqu'aux aux meurtres de masse, viols et spoliations généralisées commis par "nos martyrs", comme dirait Castex, pendant la sinistre et tragique "épuration".
 
Last edited:
Top