Confronter la judéocratie : les six étapes de l’illumination sur la question juive

A

AdminDP

Guest
Thomas Dalton
The Occidental Observer
05 juin 2021



Quiconque a passé ne serait-ce qu’un court moment à lutter contre la judéocratie a sûrement connu la frustration d’essayer de persuader un ami ou un collègue de confiance de la gravité de la situation, mais en vain. C’est sans doute l’un des aspects les plus décourageants et les plus troublants pour ceux qui se lancent dans la mission pour la vérité et la justice. Nous rencontrons régulièrement des personnes intelligentes et cultivées qui, à notre avis, doivent certainement partager notre sentiment d’inquiétude et d’indignation. Si ce n’est pas le cas, ce ne peut être que par manque de connaissances ; par conséquent, une courte conversation ou une ou deux lectures ciblées, pensons-nous, feront l’affaire. Les faits sont indiscutables, il s’agit donc d’une simple question d’information. Une fois que nos amis auront les faits requis, ils verront sûrement, sûrement, les choses comme nous. Et pourtant, à chaque fois, ils ne le font pas.

Comment cela se fait-il ? A quoi pensent-ils ? Quelle est leur logique ? Comment se fait-il qu’ils ne soient pas pleinement convaincus de la gravité de la question juive ? Ou même simplement compatir à notre position ? Comment se fait-il qu’ils deviennent parfois carrément hostiles – non pas aux juifs, mais à nous ? Comment peuvent-ils être dans le déni de ce qui est, d’un point de vue rationnel et objectif, certainement l’un des problèmes majeurs auxquels l’humanité civilisée est confrontée ? Cette question pourrait sans aucun doute faire l’objet d’un livre entier et je ne peux qu’esquisser quelques idées de base ici. Mais je pense qu’il y a un certain mérite à examiner les catégories de base des réponses et du déni qu’expriment ceux qui sont confrontés, peut-être pour la première fois de manière sérieuse, à la question juive et aux nombreux problèmes de la vie sous une domination qui de facto est juive.

Au niveau le plus élémentaire, la situation est celle où le novice relatif est confronté à un scénario difficile, troublant et potentiellement catastrophique : une profonde corruption sociale par des Juifs riches et puissants. (J’insiste sur le terme « relatif » ici ; tout le monde, même les analphabètes, a entendu quelque chose de négatif sur les Juifs, probablement beaucoup de choses négatives). C’est un genre de « mauvaise nouvelle » de première catégorie. Et la dernière chose que beaucoup de gens veulent dans leur vie ces jours-ci, c’est apprendre une énième mauvaise nouvelle. Dieu sait que nous avons eu assez d’ennuis ces dernières années : bouleversements politiques, émeutes dans les rues, pandémie mondiale, probèmes économiques, immigration effrénée, déclin environnemental, crises des opioïdes, montée en flèche de la criminalité, diminution de l’espérance de vie. Qui a besoin d’un désastre de plus dans son assiette ? « Les Juifs ? Vraiment ? Vous êtes sérieux ? Et je suppose que l’Holocauste n’a jamais eu lieu ! (Indice : il n’a pas eu lieu, pas de la manière décrite.) Vous êtes quoi, un nazi ? Un suprémaciste blanc ? » Et j’en passe.

Malgré tout cela, beaucoup d’entre nous persévèrent. Nous sommes conscients que l’éducation du public est l’une de nos principales armes dans la Grande Lutte, et nous sommes déterminés à aller de l’avant et à informer le plus grand nombre possible de personnes de la nature du problème. Par conséquent, il est utile de comprendre plus précisément comment les gens réagissent généralement à nos sollicitations, afin d’être plus efficaces dans notre communication. Après tout, nous poursuivons une noble cause, et nous souhaitons sincèrement que les gens soient bien informés et, idéalement, qu’ils se joignent à nous dans notre mission. En dehors de nos adversaires, nous voulons sincèrement que les gens nous aiment et nous apprécient. On ne va pas très loin si l’on passe pour un fanatique ou un crétin. Je suis convaincu que pratiquement aucun d’entre nous ne prend plaisir à se faire des ennemis pour le plaisir de se faire des ennemis. Nous n’avons aucune envie d’être antagonistes ou de faire de la propagande. En général, ce que nous avons, ce sont des faits, des expériences et des opinions éclairées sur les Juifs ; ces éléments, combinés à un sentiment général de préoccupation pour le bien-être social, la justice et l’état du monde, nous incitent à entreprendre des actions inhabituelles, impopulaires, mais très utiles pour éduquer les autres et formuler des solutions possibles. C’est la « tâche ingrate » par excellence, et pourtant nous la faisons quand même.



Elisabeth Kübler-Ross

Cela dit, il est utile d’avoir un modèle de la façon dont les gens réagissent à la question juive. L’approche que je vais exposer ici découle d’un autre modèle célèbre décrivant comment les gens réagissent à une situation de crise différente : la mort. Dans les années 1950 et 1960, la psychiatre suisse (puis américaine) Elisabeth Kübler-Ross a mis au point un schéma bien connu qui a été baptisé « les cinq étapes du deuil ». Selon elle, lorsqu’une personne est confrontée à une mort imminente, elle passe généralement par cinq phases mentales relativement distinctes : le déni, la colère, le marchandage, la dépression et l’acceptation. Le déni : « Non, ce n’est pas vrai, ça ne peut pas arriver. Il doit y avoir une erreur ». Colère : « Comment cela a-t-il pu m’arriver ? Ce n’est pas juste ! Quelqu’un est à blâmer. Mon Dieu, comment as-tu pu laisser faire cela ! » Le marchandage : « S’il te plaît, Dieu, aide-moi à traverser cette épreuve et je promets de faire x, y, z. Ou, doc, tu dois m’aider ; je ferai tout ce qu’il faut ». Dépression : « Ça ne sert à rien, rien ne marchera. Je suis condamné. À quoi bon essayer ? » Et enfin, l’acceptation : « Tout le monde meurt, et je suppose que mon heure est venue. Qu’il en soit ainsi. Il est temps de rencontrer mon créateur. » Ce schéma a été décrit pour la première fois dans son premier livre, On Death and Dying (1969).

Je ne débattrai pas ici des mérites ou des démérites de la théorie de Kübler-Ross. Certains l’ont trouvée utile, d’autres l’ont rejetée comme largement non pertinente ou du moins non fondée. Pourtant, en se basant uniquement sur le bon sens, je pense que nous pouvons voir qu’il y a là une certaine perspicacité, et que de nombreuses personnes – peut-être certaines que nous avons connues personnellement – ont effectivement vécu ces étapes à des degrés divers. Il est évident que tout le monde ne passe pas par les cinq étapes, et pas nécessairement dans l’ordre prescrit, mais néanmoins, ces étapes décrivent certains aspects essentiels de la réponse humaine à la tragédie imminente de sa propre disparition.

Inspiré par ce modèle, permettez-moi de proposer quelque chose d’analogue : les six étapes de l’illumination sur la question juive. Je ne revendique ici aucun fondement scientifique réel, et je n’ai pas réalisé d’enquêtes ou d’entretiens exhaustifs. Je me fonde simplement sur mon expérience personnelle, acquise au cours de plusieurs années, en confrontant les gens – étudiants, famille, amis, étrangers – aux dangers de la judéocratie. Mes six étapes sont les suivantes :

1. Déni
2. Non-pertinence
3. Impuissance
4. Colère mal placée
5. Acceptation
6. Colère et action justes

Comme pour la théorie de Kübler-Ross, je ne prétends pas que toutes les personnes connaissent toutes ces étapes, ni qu’elles les traversent nécessairement dans l’ordre. Mais je pense que de nombreuses personnes, lorsqu’elles sont confrontées aux données, passent par certaines ou la plupart de ces étapes. Permettez-moi de décrire brièvement chacune de ces étapes, puis d’exposer certains des faits pertinents qui plaident en faveur de l’illumination.

LE DÉNI




Lorsqu’on entend pour la première fois une affirmation sérieuse selon laquelle les Juifs ont une influence démesurée et néfaste sur la société, qu’ils dominent les rangs des riches, qu’ils dirigent les médias ou qu’ils contrôlent la politique, la première réaction habituelle est le déni : « Non, ils ne le font pas. C’est ridicule. Il n’y a pas plus de Juifs au pouvoir que d’autres. C’est juste un mensonge antisémite. » Et ce, même de la part de personnes très instruites. Heureusement, il s’agit d’une question empirique ; une présence juive écrasante peut être facilement prouvée, compte tenu des données pertinentes. Je propose ci-dessous une version concise de cet argument.

NON-PERTINENCE




Une fois qu’il est démontré que les Juifs sont massivement surreprésentés dans des secteurs clés de la société, la réponse standard est que ce fait n’a pas d’importance. « Ok, il y a beaucoup de juifs dans les médias, la finance et la politique, mais cela n’a pas vraiment d’importance. Les gens sont juste des gens. Il y en a des bons et des mauvais. Si les Juifs occupent beaucoup de postes influents, cela signifie seulement qu’ils ont travaillé dur et qu’ils ont réussi. Et de toute façon, ils ne font que leur travail. S’ils ne le faisaient pas, quelqu’un d’autre le ferait. »

Cela semble être un point de vue de bon sens, mais faire une telle affirmation revient à avoir une vision du monde extrêmement naïve et mal informée. Il est vrai que la plupart des gens honnêtes, et surtout la plupart des Blancs, ont tendance à considérer les autres comme des individus ; il y a probablement des raisons évolutives à cela, que je ne développerai pas ici, mais voir le livre de Kevin MacDonald, Individualism and the Western Liberal Tradition, pour un bon compte rendu récent. Si nous jugeons tout le monde comme des individus fondamentalement bien intentionnés, alors bien sûr, il importe peu que les Juifs ou toute autre minorité dominent la société. Si les Juifs sont présents en nombre disproportionné, cela ne peut que signifier qu’ils sont beaucoup plus intelligents ou industrieux que les autres, et qu’ils méritent donc leur statut. (Nathan Cofnas fait de son mieux pour rendre cette thèse académiquement respectable – réfutée en plusieurs endroits, le plus récemment par Andrew Joyce). Et si certains Juifs commettent des crimes ou d’autres actions contraires à l’éthique, nous devons les juger et les punir individuellement, au cas par cas. C’est du moins ce qu’ils disent.

Celui qui pose la question juive doit alors répondre à ce postulat en démontrant qu’elle a de l’importance, que la surreprésentation juive est depuis longtemps et profondément ancrée dans des actions anti-blancs, voire anti-humaines, et qu’elle est remarquablement préjudiciable au bien-être social et humain. Il s’agit d’un argument plus long et plus difficile à faire valoir, mais il est possible de le faire ; une fois de plus, je présente ce cas ci-dessous.

IMPUISSANCE




Une fois que nous avons démontré l’effet délétère de la domination juive, la réponse suivante est généralement quelque chose comme ceci : « Ok, si les juifs ont tant de pouvoir et d’influence, alors vous ne pouvez pas gagner. Ils sont tout simplement trop forts. Alors pourquoi les combattre ? Cela ne peut que vous nuire à vous et à votre famille. Il vaut mieux ignorer toute la situation et vivre sa vie du mieux que l’on peut. »

Il s’agit certainement d’un point de vue pragmatique, et de nombreux critiques, par ailleurs bien intentionnés, adoptent cette ligne. Mais en fin de compte, cela signifie une reddition : une capitulation morale devant un pouvoir malveillant. Céder au mal est en soi un grand mal. C’est condamner son propre avenir, et celui de ses enfants et petits-enfants, à une vie de plus en plus brutale et grossière, de privations et de souffrances, de conflits et de guerres. Aucune personne véritablement concernée ne peut accepter cela. Nous devons affronter la situation de front. Lutter contre le mal, même en cas de défaite probable, est noble ; cela rend la vie digne d’être vécue. Même si la victoire est loin d’être acquise – et la victoire finale de notre camp est inévitable, une fois que nous comprenons l’histoire – c’est toujours un combat qui vaut la peine d’être mené. Vivre dans une judéocratie signifie que chaque aspect majeur de la société est affecté. Si vous avez des préoccupations ou des causes dans ce monde pour lesquelles vous pensez qu’il vaut la peine de se battre – l’environnement, la justice sociale, l’éducation, les droits de l’homme, la santé, la démocratie – alors vous devez vous engager dans la lutte contre la domination juive car elle a un impact négatif sur pratiquement toutes les autres questions sociales. Pour paraphraser Spengler, l’impuissance est une lâcheté.

UNE COLÈRE MAL PLACÉE




À ce stade, il est probable que votre ami commence à s’irriter – contre vous. En tant que téléspectateur typique, semi-réfléchi mais non critique, il a probablement absorbé et intériorisé le mantra pro-juif conventionnel : les Juifs sont un peuple persécuté et innocent qui a été injustement attaqué au cours des siècles, notamment pendant l’Holocauste, et nous leur devons donc de grandes réparations. De plus, étant une personne typiquement décente, il pense que quiconque s’en prend aux Juifs, ou à toute autre minorité, est un raciste ou un néo-nazi moralement déficient – et maintenant, c’est vous ! Pour l’amour de Dieu, tout le monde déteste les racistes ! Même Tucker Carlson déteste les racistes, comme il nous le dit tous les soirs, de sa manière irréfléchie, stupide et sournoise. Puisque vous détestez clairement les juifs, vous êtes maintenant officiellement un « détesteur ». Et tout le monde déteste les gens qui détestent, n’est-ce pas ?

Sentant qu’il a perdu l’argument, votre ami se lance alors dans des attaques ad hominem, subtiles ou ouvertes, contre vous. La discussion rationnelle n’a plus cours et c’est l’émotion qui domine. Vous êtes maintenant tout simplement une « mauvaise personne » ; il n’est plus nécessaire de débattre avec vous. Ayant démontré votre incivilité et votre cruauté de cœur, vous êtes soit plaint, soit détesté. D’un point de vue critique, l’attention s’est déplacée vers vous ; les Juifs sont soudainement absents, alors qu’il s’agissait de la seule question en jeu. Ils sont tout à coup tirés d’affaire. Comme c’est pratique ; les Juifs eux-mêmes n’auraient pas pu prévoir un meilleur résultat.

Malheureusement, de nombreuses personnes restent bloquées dans ce mode pendant longtemps, voire toute leur vie. Ils n’abordent jamais le vrai problème, mais continuent à penser négativement à vous et à vous seul. Il s’agit d’un résultat relativement bon pour eux ; le problème social n’est pas une multitude de Juifs riches, puissants et ethnocentriques, mais le petit bonhomme que vous êtes, et peut-être quelques-uns de vos amis qui vous détestent. Il est beaucoup plus facile, et beaucoup moins menaçant, de s’occuper de vous et de vos « semblables », plutôt que d’une force puissante, dispersée et malveillante comme la juiverie mondiale.

Parfois, cependant, et souvent de manière surprenante, il y a un changement d’attitude. Votre ami devient curieux. Il enquête, il lit, il pose des questions. Lentement, lentement, il se range de votre côté. « Tu sais, j’ai réfléchi, et je pense que tu as raison. Ces Juifs sont partout, quand on apprend à les repérer. Personne ne les critique. Personne ne remet en question l’Holocauste. Personne n’est même prêt à simplement nommer les Juifs. Ils s’en sortent avec tout… » Ainsi nous arrivons, avec de la chance, à l’ACCEPTATION. Oui, les Juifs dominent en fait des secteurs clés de la société. Oui, les juifs sont en fait les principaux tireurs de ficelles de la politique et des affaires. Oui, les juifs ne se soucient pas du tout du bien-être de l’humanité, et ils seraient prêts à causer des souffrances massives et même la mort, si cela leur rapportait quelque chose. Le négationnisme a été surmonté.

Une fois arrivé à cette phase, il n’y a qu’un pas à franchir pour atteindre la phase finale : La COLÈRE JUSTE – maintenant contre le véritable ennemi – et l’ACTION correspondante. Toute personne dotée d’une conscience, d’un sens de l’indignation morale et d’un sens plus large de la justice, sera totalement consternée par la situation. Ils deviendront alors des activistes, parlant, écrivant, informant les autres. Ils développeront la colonne vertébrale morale nécessaire pour affronter directement le pouvoir juif et ses mandataires. Étant vraiment bien informés, ils feront un adversaire redoutable. Le mouvement aura fait un petit pas de plus en avant. Et la victoire sera un jour plus proche.

Construire l’argumentaire


Étant donné que presque tout le monde commence à un certain niveau du stade du « déni », il est utile de présenter quelques faits spécifiques qui peuvent aider à construire des arguments contre lui. L’objectif, une fois encore, est de montrer que les Juifs sont massivement disproportionnés parmi les riches et les puissants de la société. C’est la vérité fondamentale dont découle tout le reste. Heureusement, comme je l’ai dit, c’est une question entièrement empirique. Une recherche de base révèlera la vérité. Bien sûr, les noms varient d’une nation à l’autre, et ils changent constamment au fil du temps. Un cas spécifique doit être fait à un moment donné dans le temps, et dans une nation spécifique d’intérêt. Puisque je suis américain et que les données sont nombreuses, permettez-moi d’examiner brièvement le cas des États-Unis d’aujourd’hui. Même un aperçu superficiel démontre l’échec du déni.

Nous pouvons examiner séparément quatre secteurs de la société américaine : la politique, le monde universitaire, la finance et les médias. En politique, nous avons une forte présence juive dans les trois branches du gouvernement – le Congrès, la Maison Blanche et la Cour suprême. En ce qui concerne cette dernière, nous avons actuellement 2 juifs parmi les 9 juges : Elena Kagan et Stephen Breyer. Jusqu’à la mort récente de Ruth Bader-Ginsburg, le chiffre était de 3 sur 9, et si le président Obama avait eu ce qu’il voulait à la fin de son dernier mandat, il aurait été de 4 sur 9, avec Merrick Garland. (Nous pouvons être sûrs que tout futur candidat de Biden sera juif).



Le Congrès américain actuel compte 38 Juifs parmi ses 535 membres, dont 10 au Sénat et 28 à la Chambre. Cela représente environ 7% du total des membres du Congrès, pour une population juive américaine de quelque 6 millions de personnes, soit un peu moins de 2% de la nation. Les Juifs sont donc surreprésentés au Congrès par un facteur de 3,5, et au Sénat par un facteur de 5. Le record de la représentation juive a d’ailleurs été atteint au lendemain des élections fédérales de 2008, lorsque 48 Juifs détenaient des sièges au Congrès (15 au Sénat, 33 à la Chambre).

L’administration Biden, comme celle de Trump, Obama, Bush et Clinton, a une présence juive importante. Commencez par les familles de Biden et de Kamala Harris. Fait remarquable, les trois enfants adultes de Biden ont épousé des Juifs : la fille Ashley a épousé Howard Krein, le fils Hunter a épousé la « cinéaste » Melissa Cohen, et le fils Beau, aujourd’hui décédé, a épousé Hallie Olivere. De même, trois des six petits-enfants de Biden sont à moitié juifs. La vice-présidente métisse Kamala Harris a épousé un avocat juif, Doug Emhoff, en 2014 ; heureusement, ils n’ont pas d’enfants.

Les sympathies de Biden pour les Juifs s’étendent, bien sûr, à ses postes administratifs de plus haut niveau. Sur 25 postes de cabinet ou de niveau ministériel, huit (32 %) sont occupés par des Juifs : Tony Blinken, Alejandro Mayorkas, Janet Yellen, Merrick Garland (oui, ce Merrick Garland), Ron Klain, Avril Haines (moitié), Isabel Guzman (moitié) et Eric Lander. Parmi les autres juifs de haut rang de Biden figurent John Kerry (moitié), Rochelle Walensky du CDC, Jeff Zients, Wendy Sherman, Gary Gensler de la SEC, David Cohen, « Rachel » Levine, Anne Neuberger, Andy Slavitt, Victoria Nuland et Roberta Jacobson. Et ceci sans parler des goyim judéophiles comme Jake Sullivan, ou des goyim ayant des conjoints juifs, comme Samantha Power. Je propose ci-dessous quelques réflexions sur les raisons exactes de cette situation.



Qu’en est-il du monde universitaire ? Voici une indication remarquable : On a récemment noté que sur les huit écoles de la Ivy League – Harvard, Yale, Princeton, Columbia, Penn, Brown, Cornell et Dartmouth – sept seulement ont des présidents juifs. En d’autres termes, 88% de ces universités d’élite sont dirigées par des Juifs. Nous pouvons être sûrs que cette orientation juive se répercute ensuite sur les proviseurs et les doyens qui sont juifs de manière disproportionnée, sur les membres du corps enseignant qui sont juifs de manière disproportionnée, et sur le programme d’études lui-même, qui répond sans aucun doute aux intérêts juifs de la gauche libérale.

Considérons ensuite le corps enseignant universitaire dans son ensemble. Dans un article publié en 2006, Schuster et Finkelstein ont constaté que « 25 % du corps professoral des universités de recherche sont juifs, contre 10 % de l’ensemble du corps professoral »[1]. Une étude plus ancienne de Steinberg[2] a révélé que 17,2 % du corps professoral des universités « de haut rang » étaient juifs. Selon une évaluation différente, Harriett Zuckerman[3] a examiné uniquement le corps professoral scientifique et de recherche « d’élite ». Elle a trouvé les résultats suivants, par grande discipline :

Droit 36% de juifs
Sociologie 34% de juifs
Économie 28% de juifs
Physique 26% de juifs
Sciences politiques 24% de juifs

Qu’en est-il des étudiants ? L’expérience montre que lorsque les Juifs constituent plus que quelques pour cent du corps étudiant, ils commencent à dominer la vie du campus. Il se trouve qu’il y a neuf grandes universités américaines qui comptent plus de 20% d’étudiants juifs (par ordre décroissant : Brandeis, Tulane, CUNY-Brooklyn, Binghamton, Queens College, George Washington University, Columbia, Boston University et Washington University-St. Louis). Et 23 autres grandes écoles comptent plus de 10% de Juifs (Maryland, American University, Brown, University of Miami, Rutgers, University of Florida, Cornell, Penn, Syracuse, Michigan, New York University, Northwestern, University of Hartford, Wisconsin, Yale, Indiana, UC-Santa Barbara, Duke, University at Albany, Harvard, Cal State-Northridge, Florida State et USC). Nous avons donc 32 grandes universités américaines, représentant l’élite intellectuelle de la nation, avec une présence juive extrêmement disproportionnée, du sommet à la base. Encore une fois, ceci dans une nation qui compte à peine 2% de Juifs.

Considérons ensuite le domaine de la finance et de la richesse. Lorsque nous parcourons la liste des Américains les plus riches, nous constatons un fait frappant : environ la moitié d’entre eux sont juifs. Parmi les dix premiers, on trouve cinq Juifs : Mark Zuckerberg, Larry Page, Sergey Brin, Larry Ellison et Michael Bloomberg. Parmi les 50 hommes les plus riches, au moins 27 sont juifs, dont Steve Ballmer, Michael Dell, Carl Icahn, David Newhouse, Micki Arison et Stephen Ross[4]. La richesse combinée de ces 27 individus s’élève à environ 635 milliards de dollars. Remarque : Si les Juifs étaient représentés proportionnellement parmi les 50 premières entreprises, il n’y aurait qu’un seul individu ; au lieu de cela, il y en a 27.

Plus largement, nous pouvons en déduire que cette « règle des 50% » s’applique à une grande partie de la hiérarchie des richesses. À l’appui, nous pouvons citer Benjamin Ginsberg, qui a écrit : « Aujourd’hui, bien qu’à peine 2 % de la population de la nation [américaine] soit juive, près de la moitié de ses milliardaires sont juifs »[5]. à l’heure actuelle, il y a quelque chose comme 615 milliardaires américains, ce qui implique environ 300 milliardaires juifs.

Ou peut-être les chiffres sont-ils encore pires que ce que nous soupçonnons. Une étude récente des capitalistes « vautours » les plus malveillants a montré une forte prépondérance de noms juifs, bien plus que la moitié. Et un classement établi il y a quelques années des gestionnaires de fonds spéculatifs les plus riches des États-Unis mentionnait le nom de 32 personnes ; parmi celles-ci, au moins 24 (75 %) sont juives. Il semble que plus on regarde, plus la situation s’aggrave.

De manière encore plus impressionnante, considérez la richesse privée totale. En 2018, le total des actifs de tous les ménages privés aux États-Unis a atteint 100 000 milliards de dollars pour la toute première fois. La règle des 50% suggère que les quelque 6 millions de Juifs américains possèdent ou contrôlent, au total, quelque 50 000 milliards de dollars. Cela représente une moyenne de 8 millions de dollars pour chaque homme, femme et enfant juif – un chiffre vraiment étonnant.

Voilà pour la richesse juive. Plus important encore, ces différents secteurs sont profondément interconnectés. La richesse juive est directement liée à l’influence politique juive. Prenez, par exemple, les principaux donateurs politiques de Joe Biden. Il s’avère, sans surprise, que la grande majorité des dons politiques de Biden proviennent de milliardaires juifs. Comme l’écrit Andrew Joyce, « sur [ses] 22 principaux donateurs, au moins 18 sont juifs », suivi de la liste des noms. C’est peut-être extrême mais pas surprenant, étant donné que les juifs fournissent globalement au moins 50 % du financement politique des démocrates et au moins 25 % de celui des républicains. Ces chiffres sont vraiment inquiétants pour quiconque s’intéresse à la corruption politique. Notez qu’il existe littéralement des centaines de groupes de pression, qui font tous des dons à leurs candidats préférés. Et pourtant, un seul lobby – le lobby juif – fournit 25 à 50 %, voire plus, du financement des principaux candidats. Imaginez que, disons, la moitié de vos revenus proviennent d’une seule personne et que l’autre moitié provienne d’un mélange de 200 autres individus ; qui écouteriez-vous ? La réponse est évidente.

Enfin, prenez les médias. Hollywood, comme nous le savons tous, a longtemps été un domaine juif, depuis ses origines dans les années 1910 et 1920. Il a été construit par des gens comme Carl Laemmle (Universal Pictures), Adolph Zukor, Jesse Lasky, Daniel et Charles Frohman, et Samuel Goldwyn (Paramount), William Fox (Fox Films, puis 20th Century Fox), et les quatre frères « Warner » – en réalité, le clan Wonskolaser : Jack, Harry, Albert et Sam. Ils furent bientôt suivis par Marcus Loew (MGM), William Paley (CBS), et Harry et Jack Cohn (Columbia), établissant ainsi un contrôle juif presque total sur l’industrie cinématographique.

Aujourd’hui, la situation n’a guère changé et n’est ni contestée ni même controversée. Un article notable publié dans le LA Times en 2008 proclamait ouvertement que « les Juifs dirigent totalement Hollywood »[6]. Il enquêtait sur tous les grands studios et ne trouvait que des patrons juifs. Aujourd’hui, les noms ont changé, mais pas les ethnies. Une enquête récente sur les principaux dirigeants ou propriétaires révèle ce qui suit :

20th Century Studios (S. Asbell)
Paramount (S. Redstone)
Studios Disney (A. Bergman, A. Horn)
Warner Bros Studios (T. Emmerich, A. Sarnoff, R. Kavanaugh)
MGM (M. De Luca)
Sony Pictures (T. Rothman, S. Panitch, J. Greenstein)
Lionsgate (M. Rachesky, J. Feltheimer)
Relativity Media (D. Robbins)
Millennium Media (A. Lerner)
The Chernin Group (P. Chernin)
Amblin Partners (S. Spielberg)
Participant (J. Skoll, D. Linde)
Sister (S. Snider, E. Murdoch)
Spyglass (G. Barber)
Glickmania (J. Glickman)

Avec une telle domination, il ne faut pas s’étonner de voir des thèmes pro-juifs apparaître de façon récurrente dans les films : de l’Holocauste et des « méchants nazis » aux « terroristes » arabes et musulmans, en passant par les Blancs ignorants et corrompus, jusqu’au soutien de divers comportements socialement et éthiquement dégradants tels que le sexe occasionnel, l’homosexualité, les couples et les familles interraciales, l’usage récréatif de drogues, le matérialisme grossier et le multiculturalisme rampant. Tous ces thèmes servent les intérêts juifs.

La situation générale des médias est encore plus révélatrice. Les cinq plus grands conglomérats médiatiques des États-Unis sont : 1) Disney, 2) Warner Media, 3) NBC Universal, 4) Viacom CBS, et 5) Fox Corporation. Un regard sur leurs propriétaires, leurs principaux actionnaires et leurs principaux dirigeants est révélateur :



Robert Iger

Disney : Robert Iger, président exécutif ; Alan Horn, président, Disney Studios ; Alan Braverman, vice-président exécutif ; Peter Rice, président, Contenu ; Dana Walden, président, ABC ; Lowell Singer, vice-président senior.



Jason Kilar

Warner : Jason Kilar, PDG ; David Levy, président, Turner Broadcasting ; Jeff Zucker, président, CNN ; Ann Sarnoff, PDG, Warner Pictures ; Michael Lynton, président, Warner Music (Société mère : AT&T : John Stankey, PDG).



Jeff Shell

NBC Universal : Jeff Shell, PDG ; Robert Greenblatt, président, NBC Entertainment ; Bonnie Hammer, présidente, Cable Entertainment ; Noah Oppenheim, président, NBC News ; Mark Lazarus, président, Sports ; Ron Meyer, vice-président, NBCUniversal (Société mère : Comcast : Brian Roberts, PDG).



Shari Redstone

Viacom CBS : Une situation inhabituelle : Viacom est une société « publique » mais les actions avec droit de vote sont détenues à 100% par Shari Redstone et les héritiers de Sumner Redstone. Les principaux dirigeants sont David Nevins, CCO ; Susan Zirinsky, présidente de CBS News ; David Stapf, président de CBS TV.



Rupert Murdoch

Fox Corporation : Semblable à Viacom, une société publique mais dont 39% des actions avec droit de vote sont détenues par Rupert Murdoch et Lachlan Murdoch.

Tous ces individus sont juifs, à l’exception peut-être des Murdochs – bien qu’il semble certain qu’ils sont au moins en partie juifs[8]. Et étant donné la difficulté de déterminer l’appartenance ethnique, l’influence juive est certainement plus grande que ce qui est montré ici. Par conséquent, les chiffres ci-dessus sont sans aucun doute une estimation prudente. En outre, elle ne dit rien des nombreux subordonnés juifs qui mettent en œuvre les décisions au jour le jour. Encore une fois, il est difficile d’exprimer le degré de domination ici. Ces cinq sociétés produisent la grande majorité de tous les médias consommés aux États-Unis, ce qui inclut tous les principaux organes de presse et la plupart des grands studios d’Hollywood. En fait, le leadership ou la propriété juive au sommet se traduit dans toute l’organisation, chez les cadres intermédiaires, les employés, les journalistes, les personnalités de la télévision et les rédacteurs. Cela a un effet très concret sur la façon dont les médias sont produits, sur ce qui est présenté et sur ce qui ne l’est pas. Il affecte qui nous voyons et qui nous ne voyons pas.

Et il ne s’agit pas seulement des médias dits libéraux. Les médias conservateurs sont également dominés par des intérêts juifs, généralement par des juifs de droite ou néo-conservateurs. Fox News, et sa société mère Fox, détenue et exploitée par la famille Murdoch, est tout aussi pro-juive et pro-israélienne que les médias libéraux. Les présentateurs de Fox News désapprouvent avec véhémence à peu près toutes les positions libérales, et pourtant, chose remarquable, ils sont entièrement d’accord avec toutes les questions juives. Ils s’efforcent de surpasser leurs collègues de CNN et de MSNBC dans leur obéissance aux intérêts juifs et israéliens. 9] Là encore, ce n’est pas une coïncidence. C’est la preuve de la domination juive sur les médias américains, dans tout le spectre politique et dans tous les lieux.

En plus de ce qui précède, divers autres médias sont également bien représentés par les Juifs américains. Parmi les journaux, le New York Times est détenu et géré par des Juifs depuis qu’Adolph Ochs a acheté le journal en 1896 ; le propriétaire, éditeur et président actuel est Arthur G. Sulzberger. US News and World Report est la propriété de Mort Zuckerman. Le magazine Time appartient à Warner Media, et son rédacteur en chef actuel est Edward Felsenthal. Advance Publications est un mini-conglomérat médiatique entièrement détenu et géré par la famille juive Newhouse ; il gère un large éventail de sites, dont Conde Nast (Vogue, The New Yorker, GQ, Glamour, Architectural Digest, Vanity Fair, Pitchfork, Wired et Bon Appetit), Discovery Channel, Lycos et Redditt. Et dans le domaine de la radiodiffusion, nous avons la National Public Radio (NPR), qui a longtemps été une chasse gardée juive ; son personnel d’antenne est incontestablement composé pour plus de la moitié de Juifs[10].

Je pense que nous pouvons mettre un terme à toute dénégation ici.

La domination juive est-elle sans importance ?


Si nous passons ensuite à la deuxième étape, la non-pertinence, nous devons contrer l’opinion selon laquelle la domination juive est sans importance. Encore une fois, d’un point de vue naïf, la prédominance des Juifs dans le gouvernement, les universités, la finance et les médias ne semble pas avoir d’importance. Ces Juifs sont largement invisibles en tant que Juifs, et leur judéité est rarement affichée explicitement. Comme précédemment, l’influence se manifeste généralement par une myriade de moyens subtils : quelles voix et quels points de vue sont présentés (et lesquels ne le sont pas), quels individus sont autorisés à s’exprimer (et lesquels ne le sont pas), quelles valeurs sont projetées comme bonnes et positives, quelles causes sont dignes d’attention, etc.

Les questions centrales ici sont (a) que les Juifs ont tendance à travailler collectivement, dans leur propre intérêt, et (b) qu’ils ont tendance à avoir peu de considération pour tous les non-Juifs, et qu’ils ont tendance à avoir un mépris particulier pour les Européens blancs, qui se sont avérés, historiquement parlant, être leurs plus formidables adversaires. Les Juifs travaillent en tribu, en meute ; ils s’entraident pour attaquer et saper tous les ennemis perçus. Les Juifs de la finance et les Juifs universitaires peuvent compter sur les Juifs des médias pour leur donner une couverture positive et pour minimiser ou enterrer toute histoire négative. Les Juifs des médias calomnieront un ennemi même si les Juifs de la finance mettent la pression sur l’employeur de cette personne. Cela peut s’avérer très efficace lorsque plusieurs acteurs d’une cabale de plusieurs milliards de dollars se liguent contre vous.

À l’occasion, ces juifs dominants vont effectivement se battre entre eux, comme lorsque des juifs conservateurs de droite s’opposent à leurs frères libéraux de gauche – comme dans le cas du récent désaccord entre les juifs de droite de Murdoch et les juifs de gauche de l’ADL, en particulier Jonathan Greenblatt, au sujet des commentaires de Tucker Carlson. Mais il ne s’agit que d’une dispute interne sur la meilleure façon de promouvoir les intérêts juifs, rien de plus. La plupart des affrontements politiques actuels ne sont que du spectacle ; les querelles entre démocrates et républicains n’ont aucun sens lorsque les deux camps sont soutenus par de riches juifs. Et les juifs de tout l’éventail politique adorent utiliser des laquais païens comme Anderson Cooper, Chris Cuomo, Chris Hayes, Sean Hannity, et oui, Tucker Carlson, pour les couvrir. Cela sert à nouveau à masquer la véritable structure du pouvoir.

Mais le fait que les juifs puissants travaillent les uns avec les autres, contre tous les autres, est un fait historique bien établi qui a été attesté, au fil des siècles, par certains des plus brillants penseurs de l’Occident. Ce sujet nécessite littéralement un traitement sous forme de livre – voir mon livre Eternal Strangers : Critical Views of Jews and Judaism through the Ages (2020), qui est le premier à documenter entièrement le dossier historique. Il remonte à plus de 2 000 ans, au moins aux remarques d’Hécatée d’Abdera et de Théophraste vers 300 avant J.-C., puis à des personnalités comme Cicéron, Sénèque, Tacite, Porphyre, Thomas d’Aquin, Martin Luther, Voltaire, Rousseau, Fichte, Kant, Hegel, Schopenhauer, Bakounine, Nietzsche, Mark Twain, H. G. Wells, Heidegger et le génie des échecs (et demi-Juif) Bobby Fischer, pour ne citer que ceux-là. Il s’agit d’une liste impressionnante.



Bobby Fischer

Les critiques sont uniformément brutales et accablantes. Les Juifs sont « misanthropes et hostiles aux étrangers », « les plus vils de l’humanité », « ils considèrent tous les autres hommes comme leurs ennemis », « une race maudite », « le plus bas des peuples ». Ils sont profondément différents – dans le mauvais sens du terme – du reste de l’humanité. Les théologiens médiévaux ont condamné les Juifs pour leur usure et leur abus des chrétiens et du christianisme. Luther les qualifiait de « lourd fardeau, de peste, de pestilence, de malheur pur et simple », ajoutant que « nous sommes fautifs de ne pas les avoir tués ». Pour Voltaire, ils « manifestent une haine irréconciliable contre toutes les nations » ; pour Rousseau, la race juive était « toujours un étranger parmi les autres hommes. » Le philosophe allemand Johann Herder les appelle « une république très répandue d’usuriers rusés ». Kant les voyait comme « une nation de trompeurs ». Schopenhauer est particulièrement direct : « le rebut de l’humanité, mais le grand maître du mensonge ». Heidegger a bien résumé la situation en trois mots seulement : « maîtres criminels planétaires »[11].

Cette histoire de haine et de mépris du reste de l’humanité, vieille de 2 000 ans, se joue de nos jours, mais avec beaucoup de discrétion et de tromperie. Les Juifs travaillent souvent en arrière-plan, cachés, loin des feux de la rampe ; ils sont, comme le disait Hitler, les « tireurs de fils » (Drahtzieher) de la société contemporaine, utilisant l’argent et le pouvoir pour orienter les événements en leur faveur. L’histoire nous apprend que les Juifs sont prêts à tout – le plus odieux, le plus flagrant, le plus contraire à l’éthique – pour parvenir à leurs fins. Même la guerre : il existe une histoire tout aussi longue et accablante de l’implication des Juifs dans les guerres, depuis les guerres judéo-romaines des premier et deuxième siècles jusqu’à la « guerre contre le terrorisme » actuelle[12]. Ce ne sont pas des spéculations ; tous ces faits sont bien attestés et bien documentés. Il suffit de faire un peu de lecture de base, à partir de sources réputées.

L’essentiel, bien sûr, est que la surreprésentation juive dans les principaux secteurs de la société est importante – elle est très importante. Elle est sans doute à l’origine de la quasi-totalité de nos problèmes sociaux actuels, qui ont tous été créés ou exacerbés par de puissants Juifs. Nous pouvons difficilement imaginer ce que serait la vie sans leur présence manipulatrice et malveillante.

Ce bref exposé de l’influence pernicieuse des Juifs devrait permettre de mettre un terme à l’étape de « l’impuissance ». Mais l’impuissance ne doit pas être la conséquence. Acceptez la réalité, et dirigez votre colère vers les véritables cibles. Et ensuite, agissez. Gardez à l’esprit : Chaque victoire juive des siècles passés a été éphémère et s’est transformée en action concrète contre les Hébreux – isolement, ghettoïsation, incarcération, expulsion, ou pire encore. Et il en sera de même cette fois-ci. Soit les Juifs eux-mêmes reconnaîtront qu’ils sont au bord du gouffre et se retireront volontairement dans leur « patrie » en Palestine, soit les peuples autochtones du monde entier agiront, une fois de plus.

Le chemin vers l’illumination est difficile. Et pourtant, il faut le poursuivre, si l’on veut que l’humanité s’épanouisse et prospère.

1] J. Schuster et M. Finkelstein, The American Faculty (2006), p. 66.

2] S. Steinberg, The Academic Melting Pot (1974), p. 103.

3] H. Zuckerman, Scientific Elite (1977).

4] Bloomberg Billionaires Index (2018).

5] The Fatal Embrace (1993), p. 1.

6] « A quel point Hollywood est-il juif ? » (19 décembre 2008).

[7] Jusqu’à récemment, nous aurions pu inclure la Weinstein Company (aka Lantern Entertainment), mais le scandale sexuel entourant Harvey Weinstein a conduit la société à la faillite au début de 2018.

8] La mère de Rupert, Elisabeth Joy Greene, semble avoir été juive. Voir ici, ici, et ici. Nous pourrions également citer le prix décerné à Rupert Murdoch par le groupe fortement juif ADL en 2010, et le don d’un million de dollars de son fils James à ce même groupe en 2017. Si les Murdoch ne sont pas juifs, ils sont en très bonnes grâces avec eux.

Sean Hannity est un cas particulièrement flagrant à cet égard[10].

10] Les individus actuels et récents comprennent, au minimum : N. Adams, H. Berkes, M. Block, D. Brooks, A. Cheuse, A. Codrescu, K. Coleman, O. Eisenberg, D. Elliott, D. Estrin, S. Fatsis, P. Fessler, C. Flintoff, D. Folkenflik, R. Garfield, T. Gjelten, B. Gladstone, I. Glass, T. Goldman, J. Goldstein, J. Goldstein, R. Goldstein, D. Greene, N. Greenfieldboyce, T. Gross, M. Hirsh, S. Inskeep, I. Jaffe, A. Kahn, C. Kahn, M. Kaste, A. Katz, M. Keleman, D. Kestenbaum, N. King, B. Klein, T. Koppel, A. Kuhn, B. Littlefield, N. King, N. Pearl, P. Sagal, M. Schaub, A. Shapiro, J. Shapiro, W. Shortz, R. Siegel, A. Silverman, S. Simon, A. Spiegel, S. Stamberg, R. Stein, L. Sydell, D. Temple-Raston, N. Totenberg, G. Warner, D. Welna, L. Wertheimer, D. Wessel, E. Westervelt, B. Wolf et D. Zwerdling.

11] Pour une liste éclairante d’une cinquantaine de ces citations, voir le site de Clemens and Blair, LLC publishing (ici).

12] Voir mon livre The Jewish Hand in the World Wars (2019).

Thomas Dalton, PhD, est l’auteur ou l’éditeur de plusieurs livres et articles sur la politique, l’histoire et la religion, avec un accent particulier sur le national-socialisme en Allemagne. Ses travaux comprennent une nouvelle série de traductions de Mein Kampf, ainsi que les livres Eternal Strangers (2020), The Jewish Hand in the World Wars (2019), et Debating the Holocaust (4th ed, 2020), tous disponibles sur www.clemensandblair.com. Pour tous ses écrits, voir son site personnel www.thomasdaltonphd.com.



Commentez l’article sur EELB.su

Continue reading...
 

Une femme aryenne

SA- chef supérieur de section
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 7, 2020
Messages
1,180
Reaction score
6,490
Sublime! La rancoeur contre ce peuple maudit est aussi nécessaire que la bile l'est au sang!
Jesus parlait déjà de la "Synagogue de Satan". Pourquoi tout le monde a l'impression que quelque chose ne tourne pas rond dans ce monde? La réponse est sous leurs yeux, mais ils ne veulent ni voir ni entendre. C'est vrai qu'on peut utiliser des éléments de langage et autres arguments pour sauver quelques âmes , mais que d'énergie dépensée....
 
Last edited:

alex17360

SA- aspirant
Membre
Joined
Dec 17, 2020
Messages
5
Reaction score
12
Je ne m'y connais pas assez donc je pose la question, est ce que le récit de Hans Frank sur la possibilité que le grand-père de Hitler était juif est vrai ?
Autre question, est ce vrai que Hitler a donné des certificats d'aryanité à de nombreux demi-juifs ?
 

Freddy_Kruger

SA- soldat
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 16, 2020
Messages
265
Reaction score
640
Je suis convaincu que pratiquement aucun d’entre nous ne prend plaisir à se faire des ennemis pour le plaisir de se faire des ennemis
Excellent article purement factuel.
Pour la petite phrase au-dessus, on peut méditer avec celle-ci :"Se faire des amis est une obligation de commerçant. Se faire des ennemis est une occupation d'aristocrate." Henry de Montherlant.
 

Fanchanar

SA- aspirant
Membre
Joined
Apr 24, 2021
Messages
6
Reaction score
6
Très bon article effectivement. Néanmoins, un bémol, certains juifs ou demi juifs (je pense surtout à Boby FISHER le champion d'échec et Gilad AZTMON, dont le livre "La parabole d'Esther" explique vraiment bien, à mon sens, le comportement tribal des juifs) peuvent être de très bons alliés pour mieux connaitre l'adversaire et même l'attaquer de front. Mais pour le reste article parfait, rien à redire.
 

Zyklonneur

SA-Obersturmführer
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 11, 2020
Messages
2,610
Reaction score
9,358
Thomas Dalton
The Occidental Observer
05 juin 2021



Quiconque a passé ne serait-ce qu’un court moment à lutter contre la judéocratie a sûrement connu la frustration d’essayer de persuader un ami ou un collègue de confiance de la gravité de la situation, mais en vain. C’est sans doute l’un des aspects les plus décourageants et les plus troublants pour ceux qui se lancent dans la mission pour la vérité et la justice. Nous rencontrons régulièrement des personnes intelligentes et cultivées qui, à notre avis, doivent certainement partager notre sentiment d’inquiétude et d’indignation. Si ce n’est pas le cas, ce ne peut être que par manque de connaissances ; par conséquent, une courte conversation ou une ou deux lectures ciblées, pensons-nous, feront l’affaire. Les faits sont indiscutables, il s’agit donc d’une simple question d’information. Une fois que nos amis auront les faits requis, ils verront sûrement, sûrement, les choses comme nous. Et pourtant, à chaque fois, ils ne le font pas.

Comment cela se fait-il ? A quoi pensent-ils ? Quelle est leur logique ? Comment se fait-il qu’ils ne soient pas pleinement convaincus de la gravité de la question juive ? Ou même simplement compatir à notre position ? Comment se fait-il qu’ils deviennent parfois carrément hostiles – non pas aux juifs, mais à nous ? Comment peuvent-ils être dans le déni de ce qui est, d’un point de vue rationnel et objectif, certainement l’un des problèmes majeurs auxquels l’humanité civilisée est confrontée ? Cette question pourrait sans aucun doute faire l’objet d’un livre entier et je ne peux qu’esquisser quelques idées de base ici. Mais je pense qu’il y a un certain mérite à examiner les catégories de base des réponses et du déni qu’expriment ceux qui sont confrontés, peut-être pour la première fois de manière sérieuse, à la question juive et aux nombreux problèmes de la vie sous une domination qui de facto est juive.

Au niveau le plus élémentaire, la situation est celle où le novice relatif est confronté à un scénario difficile, troublant et potentiellement catastrophique : une profonde corruption sociale par des Juifs riches et puissants. (J’insiste sur le terme « relatif » ici ; tout le monde, même les analphabètes, a entendu quelque chose de négatif sur les Juifs, probablement beaucoup de choses négatives). C’est un genre de « mauvaise nouvelle » de première catégorie. Et la dernière chose que beaucoup de gens veulent dans leur vie ces jours-ci, c’est apprendre une énième mauvaise nouvelle. Dieu sait que nous avons eu assez d’ennuis ces dernières années : bouleversements politiques, émeutes dans les rues, pandémie mondiale, probèmes économiques, immigration effrénée, déclin environnemental, crises des opioïdes, montée en flèche de la criminalité, diminution de l’espérance de vie. Qui a besoin d’un désastre de plus dans son assiette ? « Les Juifs ? Vraiment ? Vous êtes sérieux ? Et je suppose que l’Holocauste n’a jamais eu lieu ! (Indice : il n’a pas eu lieu, pas de la manière décrite.) Vous êtes quoi, un nazi ? Un suprémaciste blanc ? » Et j’en passe.




Commentez l’article sur EELB.su

Continue reading...
Il convient aussi d'adapter l'argumentation au fait qu'il s'agisse d'une discussion orale, ou écrite.

Car à l'écrit (électronique), il est évidemment facile de joindre des sources aux arguments.
À l'oral, c'est nettement plus complexe.
 

TyrannoSSaure

SA-Hauptsturmführer
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 6, 2020
Messages
2,159
Reaction score
11,255
Je ne m'y connais pas assez donc je pose la question, est ce que le récit de Hans Frank sur la possibilité que le grand-père de Hitler était juif est vrai ?
Autre question, est ce vrai que Hitler a donné des certificats d'aryanité à de nombreux demi-juifs ?
Non cela était anecdotique et en récompense de grands services. Je ne me souviens plus pour l'Allemagne, mais je ne me trompe pas, les Aryens d'honneur ne furent qu'une douzaine environ en France.
 

TyrannoSSaure

SA-Hauptsturmführer
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 6, 2020
Messages
2,159
Reaction score
11,255
Très très bon article, je ne connaissais pas Dalton mais ça a l'air d'être quelqu'un de sain et interessant !
Oui je suis d'accord. Avec de tels éléments, les camarades Américains ne peuvent que réussir.

Le pouvoir des juifs donne le vertige dans cet article, mais ils sont plus que jamais visibles, car ils sont contraints de se salir les mains directement (les goyim n'étant pas tous assez corrompus ou efficaces, ou tout simplement trop goyim du tout). En effet, les juifs ont doivent désormais faire face au réveil des Blancs, à la haine des musulmans, à la concurrence envenimée des jaunes et aux électrons libres nègres (et peut-être éventuellement les latinos mais je ne puis m'avancer là-dessus, surtout que j'avais démontré que 100 millions d'entre eux étaient d'origine juive).

Les juifs ont pris des risques inconsidérés, ont poussé leurs crimes macabres à l'extrême et s'en sont pris simultanément au monde entier. Et comme l'Histoire de ce peuple se ponctue toujours pas des pogroms dévastateurs par les populations victimes, on devine sans trop difficulté ce qui va suivre.
 

Jevola

SA- chef de section
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,362
Reaction score
5,548
Synthèse efficace, qui devrait servir à dépuceler les plus endormis sur la question... après tout est question d'honnêteté intellectuelle...
 

Maha-II

SA- aspirant
Membre
Joined
Sep 12, 2020
Messages
140
Reaction score
300
D'un point de vue purement factuel, tout y est. Les noms, les 4 institutions majeures de la première puissance mondiale, etc.
Les faits sont incontestable, après bon, les connaisseurs n'ont pas forcément appris quelque chose - on peut se réjouir de voir tout cela regrouper est mis en page de façon propre.

Néanmoins je vais casser les couilles : Il reste un soucis, et de taille, un soucis "interprétatif".
Ma boussole personnelle pour juger de la qualité d'un judéosceptique s'est concrètement toujours focalisée sur un seul élément, dans ce domaine. Comment conçoit-il les races humaines ? C'est absolument essentiel - surtout quand le contenu nous vient des États-unis.

Est-ce que cet abruti va nous parler "d'humanité" ?

Comment peuvent-ils être dans le déni de ce qui est, d’un point de vue rationnel et objectif, certainement l’un des problèmes majeurs auxquels l’humanité civilisée est confrontée ?
(...)
Cette histoire de haine et de mépris du reste de l’humanité, vieille de 2 000 ans, se joue de nos jours, mais avec beaucoup de discrétion et de tromperie.
Les critiques sont uniformément brutales et accablantes. Les Juifs sont « misanthropes et hostiles aux étrangers », « les plus vils de l’humanité », « ils considèrent tous les autres hommes comme leurs ennemis », « une race maudite », « le plus bas des peuples ». Ils sont profondément différents – dans le mauvais sens du terme – du reste de l’humanité.
Oui, les juifs ne se soucient pas du tout du bien-être de l’humanité, et ils seraient prêts à causer des souffrances massives et même la mort, si cela leur rapportait quelque chose.
Le chemin vers l’illumination est difficile. Et pourtant, il faut le poursuivre, si l’on veut que l’humanité s’épanouisse et prospère.
On va pas s'égarer dans de la philo sur un concept que certains font remonter à l'antiquité, juste reconnaître que la notion a été suffisamment dévoyée pour qu'un dit "humanitaire" finisse par toujours par torcher le cul des nègres. Dans toutes ses occurences, en particulier chrétienne (et ça a une importance toute particulière pour un américain), l'humanité réfère toujours à un "Grand-être" supérieur, dont on dit qu'il a été "dévoyé, dès lors que Maurasse y a vu la nation".

Nation exclusive (=territoire d'une race luttant pour ses intérêt propres) et "humanité" sont deux concepts complètement contradictoires. Et encore davantage dans le cadre d'un conflit à nos portes.

AUCUNE RACE, excepté le goy occidental, ne croit en la prévalence de "l'humanité". On en obtient des preuves tout les jours et les couillons s'en émeuvent. C'est là le point sensible de notre aveuglement : Les juifs passent leur temps à nous parler d'humanité, mais eux-même n'accorde aucun crédit à cette croyance bizarre. De même que la chrétienté est un produit d'exportation pour goy, "l'humanité" est un produit juif réservé aux goy.

Pour le juif, l'humanité s'arrête à l'hébreux, le reste c'est du barbare. À la façon des peuplades d'Amazonie ou des tribus africaines. Sa perfidie est lié à l'écart entre cette réalité constatable et le discours dont ils abreuvent ses adversaires :

"Soit empathique avec les aborigènes, avec les nègres, avec les bonobos, goy. Bientôt tu seras empathique avec ton steak, avec les moustiques, jusqu'à prendre en pitié les vers et leur donner ta carcasse".

Si tu te débarasses des juifs pour faire prévaloir une notion juive, tu n'es pas en demande de liberté, juste en demande de juifs de synthèse. C'est laisser la porte ouverte, là où tu ferais bien de la fermer, en fait. Être étranger aux autres peuples que le nôtres, voilà bien la seule chose que ce malin-là refuse de copier sur les juifs.

L'existence d'une "humanité" a été démenti par le national-socialisme, et a toujours été brandit par des colonisateurs tarés, en mal de maternage de nègre, cf. Jules Ferry.

Celui qui te parle "d'humanité" (fusse-t-elle à un degré de "civilisation" plus ou moins estimable) plutôt que des Blancs est un abruti génétique - au sens darwinien du terme.
 

Brigadeführer

SA- soldat
Membre
Joined
Jan 19, 2021
Messages
182
Reaction score
719
Merci infiniment pour cet Excellent article et travail énorme de traduction.
Le problème que j’ai c’est que mon entourage de droite qui vote RN ne veut pas par lâcheté voir ou comprendre la question juive , ils préfèrent se concentrer sur les bougnouls et l’islam qui sont effectivement un problème mais il ne faut pas prendre la partie pour le tout , la matrice de tous les problèmes économiques et sociaux est le juif.
 

Albrich Oberst

SA- chef d'équipe
Membre confirmé
Membre
Joined
Jun 5, 2020
Messages
779
Reaction score
2,910
Merci infiniment pour cet Excellent article et travail énorme de traduction.
Le problème que j’ai c’est que mon entourage de droite qui vote RN ne veut pas par lâcheté voir ou comprendre la question juive , ils préfèrent se concentrer sur les bougnouls et l’islam qui sont effectivement un problème mais il ne faut pas prendre la partie pour le tout , la matrice de tous les problèmes économiques et sociaux est le juif.
Se remettre en question dépasse parfois sa propre petite personne. Pour cela on doit rejeter une bonne partie de ce qui a construit son éducation donc des pans entiers de ce que nous nommons "nos acquis" ainsi que ceux de ceux et celles qui nous ont permis de les obtenir du fait que eux aussi ont été , pour la plupart, abusés par la manipulation juive.
Que cela donne le vertige reste compréhensible; renaître est beaucoup plus douloureux que naître mais la récompense est largement à la hauteur de la douleur.
 

Le rasoir d'Ockham

SA- chef d'escouade
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
1,736
Reaction score
3,691
Merci pour tout le travail abattu,la réinformation nous permets a tous,de tenir les lignes de front.
 

Attachments

William Calley

SA- chef d'assaut
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 4, 2020
Messages
2,796
Reaction score
8,916
je vais me le garder en peudeufeu çui la , car instructif et pedagogique , argumentaire de plus!
 

RL1868

SA- aspirant
Membre
Joined
May 6, 2021
Messages
72
Reaction score
130
Le genre d'articles qui devraient être plus souvent sur le site, bravo à M. Dalton !
 

Ch'tiConcassé

SA- chef d'escouade supérieur
Membre confirmé
Membre
Joined
May 24, 2020
Messages
1,953
Reaction score
4,510
Le pouvoir des juifs donne le vertige
Le temps est relatif, à partir de cette donnée, on peut estimer qu'une race parasite comme le juif ne puisse parasiter un hôte indéfiniment.
Le juif ne sait pas construire l'avenir, seulement l'exploiter, cette race maudite finira par s'user d'elle-même.
L'antisémitisme prend une tournure internationale, faut dire ils l'ont bien cherché.
L'apogée des juifs a encore de belles années mais le monde se vaccine peu à peu du péril juif.
Que serait un monde sans juifs ?, je pense qu'il serait bien plus beau et apaisé.
 

😳 AMOGUS 🍆

SA- soldat
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 15, 2021
Messages
285
Reaction score
500
Jesus parlait déjà de la "Synagogue de Satan".
L'histoire de rabbi Yeshoua antisémite, c'est à dormir debout.
Les judéo-chrétiens "nazis" aiment bien citer Jean 8:44, qui dit :

"Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge."

L'idée serait qu'il fait référence aux juifs de manière générale. Admettons. Mais attardons-nous plutôt sur le passage en entier ; qu'y apprend-on ?
Qu'il parlait à ce moment-là à des représentants de la caste des pharisiens :

"Là-dessus, les pharisiens lui dirent: Tu rends témoignage de toi-même; ton témoignage n'est pas vrai." (Jean 8:13)

Confirmation plus loin qu'il ne s'adressait certainement pas aux "juifs" en général, puisqu'il est au contraire écrit :

"Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples [...]." (Jean 8:31)

Bref, allez vénérer votre juif monté sur croix ailleurs. D'autant que le rédacteur en chef du site lui-même méprise votre secte, dont il s'était moqué ouvertement de l'un des mythes fondateurs :

"Comment la Papauté est-elle parvenue à coller dans les tronches une histoire de vierge juive enceinte jusqu’aux dents au beau milieu d’une forêt de sapins enneigés d’Europe du nord ?"
 

fffuuuuuuu

SA- aspirant
Membre
Joined
May 19, 2020
Messages
41
Reaction score
60
OK ça me sera utile si je dois convaincre un américain et que j'apprends les 14 pages par cœur
 

MarioCigale

SA- chef d'escouade supérieur
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 8, 2020
Messages
1,050
Reaction score
4,321
Je ne m'y connais pas assez donc je pose la question, est ce que le récit de Hans Frank sur la possibilité que le grand-père de Hitler était juif est vrai ?
(C'est hors-sujet, et j'espère que vous ne chercheriez pas à semer la discorde).
Il me semble que Vincent Reynouard avait répondu que c'était une généalogie douteuse établie pour le discréditer, mais je n'ai pas la référence.
 

Révolution Prolétaryenne

SA- aspirant
Membre
Joined
May 28, 2020
Messages
63
Reaction score
179
Bien la grande majorité des gens refusent de voire clair. Faut pas espérer de la classe populaire et surtout pas du prolétariat une illumination massive. Ces derniers semblent plutôt préoccupés que par des détails insignifiants de leurs vies. Vont-ils avoir assez d'argent pour des clopes, une caisse de bières. Est-ce que les nouveaux candidats de la nouvelle saison Les Anges vont être des belles filles et des beaux mecs.

Même si tu leurs apportes des arguments, une majorité vont dire: ''enh, bizarre! Tu en fumes du bon! Weird! Fuck top man!''.

Ceux qui ont fait la révolution Octobre rouge en Russie ou la révolution nationale-socialiste en Allemagne étaient tous des intellectuels avec un haut QI.
 
Top