Chrétiens / Païens - GENERAL

YawhéEstMonDieu

SA- soldat de choc
Membre confirmé
Membre
Joined
Jul 3, 2020
Messages
526
Reaction score
1,282

Papiniesque

SA- aspirant
Membre
Joined
Dec 29, 2020
Messages
4
Reaction score
3
Alors qu'aujourd'hui, la conversion aux histoires de bonnes femmes du vagabond judéen n'est plus obligatoire, il subsiste de nombreux imbéciles pour continuer cette ignoble religion, second panneau du triptyque hébraïque. Ces sémites mentaux renient leurs racines, ancêtres et sang au profit d'un triste témoignage de misère et d'inaction. Dans la rue, je ne vois guère plus de celtes ou de germains, tandis que les youtres colorées envahissent tout, tels les mauvaises herbes dans le potager. Comment peut-on continuer à proclamer cet éloge de la faiblesse et du renoncement ?
 

Ben_Klassen

SA- aspirant
Membre
Joined
Feb 7, 2021
Messages
144
Reaction score
385
L'auteur ne connait rien à nôtre culture, j'ai à peine envie de commenter

Vous proposez une construction artificielle tournant autour d'un homme et coupant nos racines, cela n'a aucun avenir, d'ailleurs ça n'en a pas depuis que cette invention existe
Vous parlez constamment de notre culture, de nos racines, certains ajoutent nos traditions.

Quel sens ont ces mots pour un Blanc né en France après 1968 ?

Nos racines, c'est clair, elles sont raciales. Il ne reste que cela à détruire.

Mais notre "culture", de quoi s'agit-il exactement ?
D'une langue ? On parle français au Maroc !
D'une histoire ? Quelle histoire, celle de la collaboration ou celle de la résistance ?
Les Français de moins de 50 ans n'ont hérité d'aucune culture dite française !
Les boomers emporteront la culture française dans leur tombe !

Quant à nos traditions, qu'elles retournent d'où elles viennent : en Judée !

LA RACE BLANCHE est la dernière chose qu'il nous reste à sauver.
Si nous échouons, cette planète sera un enfer pour l'éternité.
Nous devons faire de notre Race notre Religion pour faire de cette planète un paradis pour la Race Blanche et pour elle seule !
 

YawhéEstMonDieu

SA- soldat de choc
Membre confirmé
Membre
Joined
Jul 3, 2020
Messages
526
Reaction score
1,282
Vous parlez constamment de notre culture, de nos racines, certains ajoutent nos traditions.

Quel sens ont ces mots pour un Blanc né en France après 1968 ?

Nos racines, c'est clair, elles sont raciales. Il ne reste que cela à détruire.

Mais notre "culture", de quoi s'agit-il exactement ?
D'une langue ? On parle français au Maroc !
D'une histoire ? Quelle histoire, celle de la collaboration ou celle de la résistance ?
Les Français de moins de 50 ans n'ont hérité d'aucune culture dite française !
Les boomers emporteront la culture française dans leur tombe !

Quant à nos traditions, qu'elles retournent d'où elles viennent : en Judée !

LA RACE BLANCHE est la dernière chose qu'il nous reste à sauver.
Si nous échouons, cette planète sera un enfer pour l'éternité.
Nous devons faire de notre Race notre Religion pour faire de cette planète un paradis pour la Race Blanche et pour elle seule !

On touche le problème de fond : vous ne connaissez pas nos racines, si vous les connaissiez vous ne nous bassineriez pas avec vôtre groupuscule artificiel pas si révolutionnaire que ça, il y a du boulot
 

YawhéEstMonDieu

SA- soldat de choc
Membre confirmé
Membre
Joined
Jul 3, 2020
Messages
526
Reaction score
1,282
Vous êtes occupé à creuser afin de découvrir nos racines alors que ces espèces de juifs,bougnoules, nègres,etc, nous coupent le tronc.

Sans le tronc les racines meurent et vice-versa mais pour le moment le tronc prime.

Comme l'autre vous ne lisez pas, nos traditions ont toujours défendues le sang, vous n'avez rien inventés
 

Ben_Klassen

SA- aspirant
Membre
Joined
Feb 7, 2021
Messages
144
Reaction score
385
Quand il dit race c'est bien essentialiste
Il parle des juifs qui adorent yahve et le renient donc tous les juifs, tous ceux qui se disent juifs quoi car ce mot est une invention
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Comment_le_peuple_juif_fut_inventé


Notre racisme n'est agressif qu'à l'égard de la race juive. Nous parlons de race juive par commodité de langage, car il n'y a pas, à proprement parler, et du point de vue de la génétique, de ra.ce juive [...] La race juive est avant tout une race mentale [...] Une race mentale, c'est quelque chose de plus solide, de plus durable qu'une race tout court. Transplantez un Allemand aux États Unis, vous en faites un Américain. Le Juif, où qu'il aille, demeure un juif. C'est un être par nature inassimilable. Et c'est ce caractère même qui le rend impropre à l'assimilation, qui définit sa race. Voilà une preuve de la supériorité de l'esprit sur la chair !
Adolf Hitler
la supériorité de l'esprit sur la chair !

Rien n'est supérieur à "la chair" à la RACE !
RIEN !
 

LHLPSDNH

SA-Sturmbannführer
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 11, 2020
Messages
3,931
Reaction score
14,809
Il parle des juifs qui adorent yahve et le renient donc tous les juifs, tous ceux qui se disent juifs quoi car ce mot est une invention
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Comment_le_peuple_juif_fut_inventé
Les juifs ne seraient pas une race selon Shlomo Sand (normalement, rien que le prénom devrait t'inviter à la méfiance)...

AVT_Shlomo-Sand_431.jpg


Shlomo, qui a une gueule de bougnoule, est ashkénaze (de Pologne si mes souvenirs sont bons), vit en israel et te dit que les juifs ne sont pas une race, goy.

Puis, comment se fait-il que les juifs ont des traits particuliers ? Certes, certains d'entre eux sont moins marqués par ces traits, mais certains se métissent beaucoup, d'autres font de la chirurgie esthétique.

Puis, comment se fait-il que des tests génétiques peuvent démontrer le taux de gênes à kippa ?

Notre racisme n'est agressif qu'à l'égard de la race juive. Nous parlons de race juive par commodité de langage, car il n'y a pas, à proprement parler, et du point de vue de la génétique, de ra.ce juive [...] La race juive est avant tout une race mentale [...] Une race mentale, c'est quelque chose de plus solide, de plus durable qu'une race tout court. Transplantez un Allemand aux États Unis, vous en faites un Américain. Le Juif, où qu'il aille, demeure un juif. C'est un être par nature inassimilable. Et c'est ce caractère même qui le rend impropre à l'assimilation, qui définit sa race. Voilà une preuve de la supériorité de l'esprit sur la chair !
Adolf Hitler
Les tests génétiques n'existaient pas du temps de Hitler.

Les juifs sont une race, génétiquement ET mentalement.
 
Last edited:

Ben_Klassen

SA- aspirant
Membre
Joined
Feb 7, 2021
Messages
144
Reaction score
385
Un axe de réflexion:
https://www.youtube.com/watch?v=PeCQbMOttJo
Sur yewtu.be si youtube fonctionne mal sous tor
https://yewtu.be/watch?v=PeCQbMOttJo
Qu'est-ce que dieu ? La somme de toute la matière dans l'univers ? Une quantité d'énergie, une concentration de chaleur ? Dieu est-il une loi naturelle, comme la loi de la gravitation ?

L'idée d'un dieu qui s'incarnerait sur terre sous la forme d'un juif relève de la psychiatrie ! Il faut avoir un esprit profondément perturbé pour imaginer un enfer éternel après la mort !

Adolf Hitler avait donné un nom à dieu, il l'appelait PROVIDENCE. Il a cru à son dieu jusque dans les derniers mois de la guerre, nous connaissons la suite...

Oui, je suis d'accord, c'est à la religion de fixer le BIEN et le MAL.

Le bien c'est ce qui est bon pour la race blanche.
Le mal est ce qui est mauvais pour la race blanche.
 

LuxAeterna

SA- aspirant
Membre
Joined
Aug 20, 2021
Messages
133
Reaction score
413
De plus, je crois que tu fais erreur en disant "Le bien c'est ce qui est bon pour la race blanche."
Il y a deux façons principales de rejeter cette affirmation. L'une est de dire qu'il y a d'autres choses plus importantes que la race blanche. Pour un blanc, cela voudrait dire placer autre chose au-dessus de sa race. En d'autres temps où l'avenir de la race blanche semblait assuré, les querelles nationales pouvaient encore se justifier. Aujourd'hui à l'heure où notre survie est en jeu, c'est intenable.

L'autre est de dire que la fin ne justifie pas les moyens. C'est essentiellement ce à quoi revient cet argument:
Imaginons que la femme de ton ami soit de très bonne qualité raciale. Et que toi même, tu sois de meilleure qualité raciale que ton ami. Le bien pour la race blanche serait que tu prennes la femme de ton ami et que tu lui fasses des enfants, quelqu'en soit les conséquences.
Est ce le bien que tu projettes?
Le problème de cet exemple, c'est qu'il se concentre sur des effets immédiats visibles (les enfants issus d'une femme seraient un peu meilleurs), mais qu'il ignore les conséquences (aisément visibles ou non). Or on ne peut pas juger correctement des choses en ignorant une large part de leurs conséquences.

Ignorer les conséquences au-delà de l'immédiat, c'est préparer la souffrance du futur. L'exemple le plus moderne nous en est donné par les idiots qui vont prendre un (((crédit))) à 15% pour pouvoir s'acheter une télé. Dans l'immédiat, il y a un "avantage", mais sur le long terme les gens qui vivent à crédit sont dans une bien pire situation.

Souvent, plus le premier fruit d’une habitude est doux, plus les autres sont amers. Témoin : la débauche, la paresse, la prodigalité. Lors donc qu’un homme, frappé de l’effet
qu’on voit, n’a pas encore appris à discerner ceux qu’on ne voit pas, il s’abandonne à des habitudes funestes, non-seulement par penchant, mais par calcul.

Quelles sont les conséquences cachées de ce scénario qui nous paraît mauvais d'instinct ?

Il y a deux façons pour qu'il se produise:
- Que le cocufieur et la femme s'y prennent secrètement, trahissant la confiance de l'ami/époux. Une telle tromperie démontre un sérieux défaut moral chez le cocufieur et chez la femme. L'honnêteté et la loyauté sont des qualités fondamentales.
- Que cela se fasse ouvertement. Dans ce cas, il faut que l'ami soit un ectoplasme dépourvu de masculinité, et on se demande comment il peut être choisi comme ami ou comme mari.

La femme doit aussi avoir un net côté salope si elle couche concomitamment avec deux hommes. Dans les deux cas, ça commence mal.

Ensuite, les choses sont plus difficiles à discerner car la situation est complexe, mais les problèmes abondent : qui assumera le rôle de père des enfants ? À quel degré l'environnement familial sera-t-il dégradé ? Il ne fait pas de doute qu'il le sera. Si l'ami est dupé et qu'il découvre la supercherie, et qu'il est un tant soit peu homme, il cherchera légitimement à se venger de la traîtrise dont il a été victime, avec des conséquences très lourdes. S'il collabore à sa propre humiliation, l'environnement où seront élevé les enfants en sera fortement aggravé. L'injustice d'une différence de qualité mineure entraînant une énorme différence d'accès reproductif est en soi très conflictuelle.

Au final, une pareille pratique attiserait nombre de choses qui nuisent à la société : méfiance, surveillance, doute, envie, injustice, vengeance, mauvais environnement parental...

Le gain mineur supposé de "qualité raciale", douteux en soi, est contrebalancé par trop de mauvaises conséquences.

La fin justifie les moyens, certes, mais cela ne veut aucunement dire "tout est justifié". Au contraire, beaucoup de moyens ne peuvent que nuire à la fin visée, et ce d'autant plus que la fin visée est juste et légitime.
 

LuxAeterna

SA- aspirant
Membre
Joined
Aug 20, 2021
Messages
133
Reaction score
413
Je comprends tes distinctions mais pour moi c'est la même signification: il y a bien des choses qui ont au moins autant de poids que la race.
Je ne suis pas d'accord avec cette équivalence. Il y a beaucoup de choses qui participent à ce qu'une société soit belle, heureuse, forte... Ce sont de bonnes choses parce qu'elles mènent à de bons résultats. Cela ne les rend pas aussi ou plus importantes que ces bons résultats.

On peut aussi faire le parallèle avec ce qui permet à un individu de se porter bien. Une bonne alimentation est une bonne chose, elle permet au corps et à l'esprit d'être en bonne santé, d'avoir de l'énergie. Mais la bonne alimentation en elle-même n'est pas plus importante que la bonne santé.
J'arrive à suivre ton développement, mais quelque chose m'interpelle: tu es très libéral dans ton approche.
Si l'idée "Le bien c'est ce qui est bon pour la race blanche" venait à s'imposer sur notre territoire, je ne vois pas en quoi pèserait toutes ces tergiversations morales de "cocufieur, ectoplasme, salope...". Ca n'a plus de sens. La règle devenant les meilleurs reproducteurs avec les meilleures reproductrices, alors ce couple serait en anomalie, en faute, en erreur morale... Le mec irait voir le chef du territoire pour faire son devoir et le chef du territoire trancherait le sujet en 2 secondes...

Pour certains je vais sembler être un casse couille pinailleur, mais je ne crois pas.
Si Ben_Klassen avait écrit "Le bien c'est ce qui est bon pour le peuple blanc" est bien j'aurais acquiesser.
Car je fais une grosse différence entre "le bon pour le peuple blanc" et "le bon pour la race blanche"
En effet, la race blanche est une idée désincarnée, un objectif de grandeur et de beauté.
Le peuple blanc au contraire est bien incarné dans le réel, avec la complexité et les consensus inhérents. La fidélité, la justice, les actes réalisés vont avoir beaucoup de poids pour un peuple, alors que pour une déesse, ce ne sont que des outils pour atteindre une fin.
Une des grandes difficultés dans cette discussion, c'est toute l'ambiguïté qu'il y a dans "bien" et "bon". Nous serons d'accord pour dire que le seul mot "bien" ou "bon" ne définit pas de programme concret. Parler du "bien" de la race blanche (ou du peuple blanc) et de sa priorité morale ne clarifie pas exactement ce que l'on entend par là.

Pour ma part, je ne fais pas de différence entre "la race blanche" et "le peuple blanc". La race blanche n'est pas une simple idée abstraite, c'est une réalité concrète qui existe au travers des centaines de millions d'humains y appartenant. L'expression "race blanche" a suivi son existence physique, et non l'inverse.

Aimer la race blanche ne veut pas pour autant dire élever sa forme actuelle en idéal, tout comme on peut aimer ses germains, sa femme ou ses enfants, et pourtant avoir conscience de leurs défauts. Il est donc naturel, en se projetant dans le futur, de souhaiter que la race blanche change d'une façon positive. Le futur n'existe pas encore. Les idées générales ne contiennent pas tous les détails de leur application. En ce sens, ce souhait est par définition abstrait. Mais il n'est pas pour autant détaché de la réalité, il existe des façons concrètes d'amener sa réalisation.

On pourrait faire un parallèle entre ce que la fidélité, la justice... sont à un peuple et ce qu'une alimentation saine est pour le corps : des choses presque toujours bénéfiques, aisément perçues comme fins, mais d'abord moyens d'une fin supérieure.

La déesse race serait très contente d'avoir des blancs parfaits très obéissants, vaccinés tous les 6 mois, pistés avec leur phone, avec des règles et des controles de partout, permettant de garantir la préservation de sa société qui lui garantit le plus au niveau de qualité de la race.
Bah moi, j'emmerde cette déesse qui voudrait faire de nous des bots... comme toutes les esthétiques qui refusent le pragmatisme, l'incarnation, la race ne serait pas bonne pour le peuple, elle serait bonne pour sa putain de perfection, qui est un enfer pour beaucoup d'individus.
Il est facile d'imaginer une société oppressive, d'ajouter "tout le monde est blanc", et de conclure à juste titre que la qualité d'une société et d'un monde dépend de plus que sa seule proportion de blancs (ce que l'observation des sociétés blanches passées confirme aussi).

Je n'irais cependant pas dire qu'un monde où la race blanche a disparu, dominé par les bougnoules et les fourmis niakoués, y serait préférable. On ne soigne pas des troubles psychologiques en se coupant la tête.

Cela nous ramène à la notion de "bien" de la race et à celle de "qualité" de la race.

Il est facile de définir des conceptions de "bien de la race" qui peuvent sembler défendables sur le papier mais qui sont totalement erronées.

Par exemple, définir le bien de la race strictement par le nombre de Blancs est une très mauvaise idée. La réalisation d'un tel objectif mènerait à ce que les individus vivent dans des cages à lapin, dans des conditions infernales calculées pour minimiser la consommation de nourriture et d'énergie. Les jeunes enfants nécessitant moins de ressources, leur proportion serait augmentée en tuant la plupart à l'adolescence. Tout "superflu", soit toute beauté, serait effacé. Ce serait un enfer qui ne vaudrait pas mieux que la non-existence.

Le nombre de Blancs en rapport avec celui des autres races et au nombre nécessaire pour occuper la Terre a une pertinence quant à la santé de la race. Ce nombre devenant trop faible et la race risquant l'extinction sont directement liés. Mais cet indicateur n'est clairement pas une fin en soi à maximiser aveuglément.

Je pourrais construire d'autres exemples tout aussi funestes. Il en va de même pour les conceptions trop étroites de "qualité raciale".

Peut-on définir exactement, scientifiquement, ce que serait le véritable "bien de la race" ? Peut-être est-ce impossible. Mais le bien authentique est une chose désirable. Se demander "vivrait-on mieux ?" est pertinent même si c'est insuffisant.

C'est une dangereuse erreur d'opposer en contradiction le bien de la société/race et celui de l'individu. Le bien de l'individu est subordonné à celui de la société/race, mais le bien de la race profite aussi aux individus qui la composent.

Des individus égoïstes poursuivant leur "bien individuel" produisent une société corrompue et sans cohésion, où tout le monde chercher à tirer avantage de tout le monde. Une telle société est plus faible, mais les individus en faisant partie vivent aussi bien pire que si l'honnêteté régnait.

Les membres d'une société sont, à un certain degré (il y a des différences importantes), analogues aux cellules du corps. Le corps doit parfois faire souffrir ou sacrifier des cellules, mais un corps sain bénéficie aux cellules qui le composent. Si les cellules se comportaient en individualistes cancéreuses, le corps mourrait bientôt, et les cellules avec lui.

Pour en revenir à l'exemple totalitaire où toutes les actions sont contrôlées et où les individus sont des moutons "très obéissants". Si l'autorité supérieure est absolument bonne et juste, totalement infaillible... Alors il y aurait un début de justification à considérer la suite.

Historiquement, les personnes qui possèdent le pouvoir ont souvent cherché à s'accaparer plus de pouvoir encore en arguant des défauts de la population.

Sur ce point, ma première objection reprendrait ces citations :
Puisque les tendances naturelles de l'humanité sont assez mauvaises pour qu'on doive lui ôter sa liberté, comment se fait-il que les tendances des organisateurs soient bonnes ? Les Législateurs et leurs agents ne font-ils pas partie du genre humain ? Se croient-ils pétris d'un autre limon que le reste des hommes ?
Ils ont donc reçu du ciel une intelligence et des vertus qui les placent en dehors et au-dessus de l'humanité ; qu'ils montrent leurs titres. Ils veulent être bergers, ils veulent que nous soyons troupeau. Cet arrangement présuppose en eux une supériorité de nature, dont nous avons bien le droit de demander la preuve préalable.
Ma seconde objection serait l'énorme vulnérabilité face à la subversion d'un système pyramidal où l'obéissance est élevée en vertu. Si l'autorité supérieure est subvertie ou corrompue, alors il devient très difficile voire impossible de restaurer une situation juste. Si nous sommes aujourd'hui dans une situation aussi catastrophique, c'est d'ailleurs largement du fait de l'incommensurable crédulité du blanc ordinaire.

L'obéissance n'est pas une vertu en soi. Elle peut-être justifiée, comme l'obéissance d'un enfant à ses parents, mais elle n'est pas un principe universel, au contraire. La capacité à remettre en cause l'autorité quand elle paraît faire erreur est une qualité.

Une société blanche où les individus sont prêts à penser par eux-mêmes, ont un authentique esprit critique, résistent aux ordres et appels à l'autorité, une telle société donc perd peut-être un peu en efficacité, mais elle y gagne grandement en résilience. Évidemment, aujourd'hui, la plupart des Blancs ont le cerveau lavé et sont trop susceptibles à un endoctrinement contredit par la réalité observable ; mais que chaque adulte soit un défenseur du bien et de la vérité est un bien meilleur idéal que de n'avoir que des drones téléguidés dans un corps humain.
 

LuxAeterna

SA- aspirant
Membre
Joined
Aug 20, 2021
Messages
133
Reaction score
413
Si l'idée "Le bien c'est ce qui est bon pour la race blanche" venait à s'imposer sur notre territoire, je ne vois pas en quoi pèserait toutes ces tergiversations morales de "cocufieur, ectoplasme, salope...". Ca n'a plus de sens. La règle devenant les meilleurs reproducteurs avec les meilleures reproductrices, alors ce couple serait en anomalie, en faute, en erreur morale... Le mec irait voir le chef du territoire pour faire son devoir et le chef du territoire trancherait le sujet en 2 secondes...
Je reviens maintenant à cette objection. Les clarifications précédentes sur la notion de "bien" devraient éclairer mes propos ici.

D'un point de vue très général, l'idée que les hommes de meilleure qualité devraient avoir un accès privilégié aux femmes de qualité, et potentiellement à plus de femmes, n'a rien de révolutionnaire.

Chez les animaux sociaux, on observes que les mâles dominants ont un accès privilégié voire (quand le groupe est suffisamment petit) exclusif aux femelles. Chez les humains mêmes, l'instinct masculin se satisferait bien d'avoir accès à plusieurs femmes si possible, alors que l'instinct féminin cherche un homme situé plus haut dans la hiérarchie sociale.

La civilisation a chamboulé les équilibres qui existaient autrefois, et aussi fortement amoindri le lien entre rang social et qualité authentique. Mais en principe, si les individus de qualité peuvent avoir une descendance plus nombreuse, alors la race va s'améliorer.

Alors, pourquoi rejeter l'objection de l'homme qui irait prendre la femme de son "ami" ?

Je maintiens mon raisonnement précédent sur les tares nécessaires pour permettre la tromperie.

Il est important de comprendre que la morale est la partie la plus essentielle des qualités raciales. La santé, la beauté, les qualités athlétiques... ont leur importance. L'intelligence est très importante. Mais de bons instincts moraux le sont plus encore. Une personne morale mais stupide ne sera peut-être pas très utile, mais elle ne sera pas nuisible. Une personne très intelligente mais moralement déficiente dispose d'une capacité de nuisance extraordinairement élevée.

C'est d'ailleurs pour cela que la justice authentique ne se borne pas à punir les crimes selon les dommages immédiats causés par une action répréhensible. Elle doit aussi tenir compte du défaut moral exposé. Une mère pauvre qui dérobe un morceau de viande pour nourrir son enfant est pardonnable (et on se demande comment s'est produite pareille situation). Une personne aisée qui, en faisant ses courses, va dérober des choses par pure cupidité et avarice (un phénomène plus commun qu'on ne le soupçonnerait) révèle en revanche une tare morale impardonnable, au point de justifier la peine de mort, même si les âmes sensibles sont trop faibles pour l'accepter.

Au sujet de l'homme procréant avec la femme de son ami, je maintiens qu'une telle action est une trahison au regard de l'engagement pris par une épouse ou de l'amitié, même si l'on ne considère plus que le cas où cela se passe ouvertement. Les conséquences néfastes sur l'environnement familial des enfants demeurent. La notion de vengeance demeure, et est pertinente parce que l'obéissance inconditionnelle et la soumission efféminée sont précisément contraires aux qualités que l'on veut cultiver.

Il est important d'établir que la morale n'est pas une idée pure détachée des contraintes du réel. Un "ce serait mieux si" peut être vrai ou faux, mais comme dit l'adage, avec des si on mettrait Paris en bouteille. Les conceptions d'organisation sociale qui ignorent la nature humaine peuvent paraître meilleures tant qu'on reste dans la vague théorie ; mais une fois appliquées en pratique elles finissent nécessairement par causer beaucoup de mal qui aurait été évitable en tenant compte des réalités. La conception détachée du réel et qui promet monts et merveilles n'est pas moralement préférable à la conception plus réaliste, bien au contraire.

Si on pousse à l'extrême l'idée que l'homme de meilleure qualité devrait avoir la priorité, et qu'on oublie les autres considérations, en allant "voir le chef du territoire" pour demander l'autorisation de procréer avec la femme de son ami, il devrait logiquement recevoir comme réponse d'amener la femme en question pour que le "chef du territoire" puisse s'en occuper lui-même. Une petite poignée d'homme aurait un accès exclusif à des millions de femmes.

Il n'est pas difficile de réaliser que, au delà des considérations sur les risques (une qualité réelle détachée de la "qualité" officielle) et défauts (bons gènes non présents dans la sélection trop limitée), une telle structure est extrêmement instable.

Il n'y a pas d'unité familiale solide mais des hordes de "mère seule avec enfants" (on sait les dégâts que cela produit) et d'hommes frustrés et marginalisés qui n'ont pas grand chose à perdre. Il n'est pas nécessaire d'entrevoir tous les désastres qui suivraient pour comprendre que c'est une mauvaise idée.

Donc, même dans une perspective d'amélioration raciale, il faut des limites à l'accès aux femmes des hommes de qualité.

On pourrait à l'opposé se demander : pourquoi la monogamie a-t-elle eu autant de succès ?

La monogamie systématique a des défauts évidents. D'un côté, la richesse de la civilisation fait qu'en l'absence de contrôle des naissances, les plus stupides tendent à se reproduire davantage. De l'autre, si un couple durable pour élever des enfants est un bon modèle familial qui est encouragé, associer à tout homme une femme d'un niveau similaire s'éloigne beaucoup des instincts reproductifs des hommes et des femmes. Ces instincts ne disparaissent pas, mais ce sont les personnes qui placent le moins de valeur sur leurs engagements, les plus hypocrites, qui auront un succès reproductif accru en violant leurs engagements. Cet argument peut être opposé à tout système avec des relations stables, et nécessite un degré de contrôle et punition, mais la façon dont hommes et femmes sont associés en accroît la portée.

La monogamie systématique est très stable socialement, puisqu'elle pacifie la masse d'hommes inférieurs qui autrement auraient beaucoup de mal à trouver une conjointe. Une proportion élevée d'homme frustrés sans conjointe ou famille est source de désordre social.

Il est désirable qu'une large proportion des hommes aient une épouse, ni plus (car cela empêcherait d'autres d'en avoir une et leur qualité personnelle ne le justifie pas), ni moins (stabilité sociale et bonheur). Dans une perspective d'amélioration raciale il reste possible d'encourager des familles plus larges en haut de la "zone monogame" qu'en bas. Écarter une certaine proportion des hommes a aussi des effets bénéfiques sur les couples et familles : l'homme aura plus fréquemment une intelligence un peu supérieure à sa femme. Une femme qui a l'impression que son époux est plus bête qu'elle a tôt fait d'être frustrée et de le tourmenter.
 

Romain

SA- chef d'escouade supérieur
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 12, 2020
Messages
926
Reaction score
4,134
Je propose un futur ministère de la population, qui accordera un permi d'enfanter pour X enfants à chaque couple, X dépendant de la qualité raciale physique et mentale des deux époux. Dans des conditions correctes et sans propagande juive, les femmes normales veulent des enfants, elles iront jusqu'à X, et les meilleures de nos femmes éviteront si elles le peuvent les conjoints qui ne leur permettraient pas de les avoir.

De cette façon nous maintenons la monogamie souhaitable pour notre société et établissons un eugénisme doux qui améliorera notre race.

Pas besoin d'une religion pour ça, juste le sens du bien commun. Ceux qui veulent se plonger dans le mystique ou l'ésotérisme, soit, pas de problème tant qu'ils n'en font pas une secte.
 

Juden Raus

SA- chef de section
Membre confirmé
Membre
Joined
Apr 12, 2020
Messages
1,695
Reaction score
5,292
Dans des conditions correctes et sans propagande juive, les femmes normales veulent des enfants, elles iront jusqu'à X, et les meilleures de nos femmes éviteront si elles le peuvent les conjoints qui ne leur permettraient pas de les avoir.
Il y a un risque de multiplication des mariages consanguins et on voit tout le bien que ça fait aux bougnoules, mais également les anciennes familles royales comme les Habsbourg d'Espagne. Il faudra encadrer les unions et interdire celle dont le coefficient de consanguinité dépasse 10%, ce qui est déjà généreux, tout en faisant de la prévention pour éviter le plus possible ce type de mariage.

Je pense qu'une agence matrimoniale aidant les familles à trouver des partenaires pour les jeunes célibataires sera nécessaire, elle s'occupera d'évaluer chaque individu selon des normes pré-établis, d'organiser les rencontres entre partenaires potentiels suivant la qualité globale de chacun pour qu'ils puissent se choisir. Ce sera d'autant plus important dans les zones rurales qui sont moins peuplés.
 

LuxAeterna

SA- aspirant
Membre
Joined
Aug 20, 2021
Messages
133
Reaction score
413
En me lisant, je trouve déjà que c'est extrême lol, car j'aime bien la liberté individuelle.
Mais si on veut conserver une cohérence raciale et en même temps l'améliorer, il faut poser quelques contraintes... Cela étant, j'imagine que le peuple recevrait très mal de se voir qualifier en masse de 12/20...lol...
Faut un autre critère non racial pour booster les gens. Sinon les <14 n'en auront rien à foutre de la société, se considérant comme irrémédiablement en bas, même leur gosse....
La méthode des notes n'est pas une bonne idée "marketing", mais le fond et la façon de le présenter à la population pour que ce soit accepté sont deux choses différentes.

Vous voyez bien avec votre eugénisme incitatif qu'au fond votre distinction entre mon "bien de la race blanche" et votre "bon pour le peuple blanc" est assez mince.
 

Segomaros

SA- aspirant
Membre
Joined
Apr 8, 2020
Messages
124
Reaction score
342
Vive la Pagano-Chrétienté !

Relisez les Lais de Marie de France, le Mabinogion, les chansons de Geste chevaleresque, le Cycle de la Table Ronde, le roman de Mélusine, Tristan et Iseut... À la fois des oeuvres issues de la Tradition celtique et christianisées.

Le néo-paganisme des métalleux dégénérés et dépressifs est une farce ; le catholicisme prout-prout des cathos tradis bourgeois est aussi une farce.

Ressourçons-nous à la lumière médiévale.

Que certains prient la Vierge Marie ou la Grande Déesse Bélisama est pour moi la même chose : Ce sont deux avatars de la Déesse-Mère, Principe Suprême manifesté de la Création continuelle et éternelle.

Donc, vive la Tradition Pagano-Chrétienne !
 
Top